19/09/2012

Les délits boursiers seront criminalisés !

Les manipulations de cours boursiers seront considérées à présent comme des crimes et non plus comme des simples délits. Le législatif vient de mettre sous toit un durcissement de la loi fédérale sur les bourses. Les coupables risquent des amendes jusqu’à 10 millions et cinq ans de détention.

A l’avenir, tous les délits d’initiés seront sanctionnés.

iStock_000001486480XSmall[1].jpgA la bonne heure, contrairement à ce que m’affirmait un patron de presse économique, il y a quelques années – « le délit d’initié est le seul crime qui ne fait pas de victime », les manipulations de cours et les délits d’initié sont criminels… et ils font beaucoup de victimes. Ces agissements immoraux sapent notre système libéral basé sur la confiance. Ils mettent à mal l’aléa moral. De l’argent facile se fait sur l’épargne des autres. Des caisses de pension et une quantité de petites gens sont sérieusement impactés par les délits boursiers. Et pour une coiffeuse, un ouvrier ou encore un fonctionnaire qui a travaillé dur toute sa vie pour mettre un peu d’argent de côté pour améliorer sa retraire, s'offrir le beau voyage de ses rêves ou encore financer les études des enfants, il est intolérable de perdre le fruit du travail de sa vie en raison de la malhonnêteté de financiers suffisants et dépourvus de considération pour l’autre.

Alors OUI ! Il faut criminaliser ces méfaits. Il est incroyable de voir autant d’indulgence jusqu’à ce jour de la part de certains partis de droite.

Les conséquences directes et indirectes sur la classe moyenne et sur la classe contributive sont assimilables à celles du trafic de drogue.

Encore faudra-t-il attraper ces criminels en col blanc.  

Les commentaires sont fermés.