10/03/2013

L’article constitutionnel sur la famille n’était pas la priorité du PDC

A défaut de comprendre comment le centre-droite peut à la fois prétendre promouvoir de nouvelles conditions cadre en faveur de la famille et soutenir l’ouverture dominicale des magasins, des questions s’imposent.

Famille, Minder, PDC, InitiativeEn écartera aussi les arguments de l’UDC contre l’article constitutionnel du Parti démocrate-chrétien (PDC) sur la famille qui tournaient essentiellement autour du financement et d’une vision conservatrice du fédéralisme. Toutefois, force est de constater que les agrariens sont les seuls à poser les bonnes questions sur notre conception de la famille. Celles qui automatiquement dérangent. Quel modèle est-on prêt à classer aux oubliettes et lequel constitue une fuite en avant à la faveur d’un monde consumériste qui s’est emballé avec son lot de pertes de repères.

Mais revenons au PDC qui avait le lead de la campagne qui nous occupe. Pour moi, clairement il n’y avait pas une réelle volonté de faire aboutir l’article constitutionnel sur la famille.

Comment expliquer que les secrétaires généraux des sections cantonales du PDC n’ont reçu les flyers et le matériel de campagne que début février. Soit à moins de quatre semaines de l’échéance du 3 mars ?

Pourtant, déjà à la fin novembre 2012, nous recevions, par le biais du Secrétariatphoto (15).JPG général du PDC suisse, les flyers de campagne d’Economiesuisse contre l’initiative Minder avec en photos des hauts calibres de l’appareil tels les parlementaires Yannick Buttet, Christophe Darbellay ou encore le Conseiller aux Etats Urs Schwaller.

Autre fait relevant, mardi 5 février 2013, le président national, Christophe Darbellay, invité par Pascal Descaillet, dans les studios de Léman Bleu - émission « Genève A Chaud » (GAC) - à part marquer son opposition à la LAT et « flinguer » la section cantonale vaudoise qui soutenait l’initiative contre les rémunérations abusives, n’a pas pipé mot sur l’article constitutionnel.

Question légitime : une campagne a-t-elle vraiment été conduite ?

Un débat dans le canton de Vaud a bien opposé l’UDC Parmelin au PDC Neyrinck, devant une trentaine de personnes. De son côté, la PDC Lecrezia Meier-Schatz a parlé de la famille lors du forum de Gland (VD), samedi 9 février. Elle a également débattu du sujet avec force, lors de l’Assemblée générale des Délégués du PDC réunie à Olten (SO), en janvier. Mais au cours de cette journée, son écho fut bien faible à côté des Schwaller, Darbellay et Bischof qui martelaient combien il était prioritaire de rejeter l’initiative Minder. 

Commentaires

Bravo et merci François ! Félicitations pour ta clarté dans tes propos, ton courage humain et politique, ton engagement infaillible dans toutes les causes dans lesquelles tu t'engages, ton honnêteté et tes nombreuses capacités qui font de toi ce que tu es : quelqu'un de très bien !

Eva Mikulski

Écrit par : Eva Mikulski | 10/03/2013

Cher Monsieur Meylan,vous semblez oublier une chose primordiale,beaucoup de gens aiment travailler le week'end et le soir afin justement de laisser du temps libre aux familles qui elles ont des enfants et qui préférent travailler la semaine et profiter de leurs soirées.Tandis que pour d'autres ce travail justement leur offre des moments non négligeables pour ne pas rester seuls chez eux
A moins que la liberté de respirer et de vivre selon ses envies passe elle aussi dans le containers des suppressions des choix et désirs qui se doivent de rester personnels et non adaptés a l'Hitlérisme d'il y a 75 ans.
Cordiales salutations et bon dimanche pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 10/03/2013

La famille c'est le foetus de la société. Notre société celle qui maintenant va à la dérive et qui ne tient plus son rôle dans l'éducation
nécessaire aux futurs adultes.
Les volatiles PDC ne font plus depuis longtemps de la politique pour leurs électeurs, mais de la promotion pour eux-mêmes (Darbellay ne parlait jamais de la famille avant son mariage et son enfant).
La prise de conscience familiale et parentale fait peur et coute chère aux contribuables dans notre mode de fonctionnement actuel.
Pourtant il suffirait de defiscaliser les allocations familiales, et d'offrir une rétribution mensuelle aux femmes qui choisissent de rester chez elle afin d'être présentent pour leurs enfants un certain temps.
Milles choses sont possibles et quand on sait le résultat dans l'éducation des enfants, c'est un choix qui n'a pas de prix, ni pour les parents, ni pour notre communauté.
Mais n'oublions pas au passage et Monsieur Meylan c'est peut-être là que j'apporte une esquisse de réponse à votre analyse. L'état, donc les politiques n'ont aucun intérêt à mettre en place ce genre de politique familiale (pas seulement pour faire de l'obstruction systématique à l'UDC)
car les contributions ont largement intérêts a ce que les deux parents travaillent et rapportent l'impôt (taux progressifs) tellement nécessaire "aux oeuvres de bienfaisances" étatiques.
Bien à vous et belle semaine.

Écrit par : Corélande | 11/03/2013

M. Meylan, si le PDC vous déplaît tant, pourquoi y restez-vous? Après une telle analyse, personne ne vous retiendra si vous le quittez. A vous lire et à vous entendre flinguer les responsables nationaux de ce parti (le PDC n'est qu'une micro-formation totalement atypique dans le canton de Vaud), vous seriez sans doute beaucoup mieux au PS.

Henri Lapierre

Écrit par : Henri Lapierre | 12/03/2013

Les commentaires sont fermés.