27/06/2013

Vers une Armée plus "light" mais efficace

photo (1).JPGLe Conseil fédéral a mis en consultation jusqu'au 17 octobre, sa proposition de réformes au sujet de la grande muette. Ainsi l'effectif doit passer de 180'000 à 100'000. Le texte prévoit également de réduire le nombre d'école de recrues de trois à deux par an. Sur ce point, on fait un retour à ce qui s'est longtemps traditionnellement fait soit l'Ecole de recrue (ER) d'hiver et celle d'été.

Une nouveauté très appréciée et appelée des veux de tous depuis longtemps est la réduction des cours de répétition. Ils dureront 13 jours au lieu des 20 actuellement.

Dans ce sens, chaque militaire devra en accomplir six, pour un total de 225 jours, au lieu de 260 aujourd'hui.

C'est une évolution réjouissante dans un pays de la taille du nôtre. On s'est souvent plaint qu'on courrait pour attendre à l'armée.

En réduisant la durée disponible pour accomplir un service de qualité et une satisfaction partagée, on adopte un rythme plus dynamique et on apprend à redéfinir les priorités.

Le concept de sécurité globale ne peut qu'en ressortir plus fort et plus ancré.

Commentaires

Meuh non, ca va rien changer, les soldats en cours s'emmerderont moins longtemps, et c'est tant mieux.

Écrit par : Lefredo | 27/06/2013

Il semble que votre méconnaissance de la chose militaire perdure « malheureusement », nonobstant votre dernier billet qui démontrait votre incompétence en ce qui concerne le Gripen E, (qui s’avère être à niveau et supérieur au Rafale dans bien des domaines et moins cher), l’ordonnance du CF sur la révision de l’armée pose plusieurs problèmes :

En premier lieu, 13 jour de CR (ou SIP) ne permettent pas dans la majorité des « armes » à maintenir un niveau suffisant. Les trois semaines actuelles permettent au moins la variation de l’instruction.

Six cours de répétitions sont effectivement suffisant, mais à la condition d’augmenter les jours d’école de recrues, ce qui n’est pas le cas.

L’ordonnance ne précise rien en ce qui concerne l’encadrement des ER et CR, hors, c’est justement là que le problème subsiste. On attend toujours plus d’officiers et sous-officiers contractuels afin d’améliorer l’instruction.

Le CF veut un budget de 4,7 milliards, alors que le besoin est de 5 milliards comme le recommande les deux commissions de sécurité.


En bref, à part diminuer un peu plus les effectifs, l’encadrement, la formation, la motivation ni la modernisation ne sont à l’ordre du jour ! Donc l'efficacité dont vous parler est totalement caduc !

Et pour terminer, permettez-moi de vous signaler que le terme « grande muette » utilisé par les médias, concerne l’armée française durant la guerre 14-18, plus spécifiquement, lors de la première offensive de la Marnes !
Cette appellation ne peut être utilisée pour la Suisse, à plus forte raison puisque les récentes réformes ont fait passer les effectifs de 650'000 à 180'000.

Écrit par : Steeve | 27/06/2013

L'expression la "Grande Muette" a été donné avant 1945 à l'armée active en raison des restrictions apportées par la loi aux libertés individuelles des militaires (droit de vote, d'association, d'expression, etc ...) est un peu curieuse de l'appliquer à notre pays alors qu'à l'origine elle l'était pour la France.
Je ne pense pas qu'en Suisse les mêmes restrictions se soient appliquées.
Pouvez-nous nous éclairer à ce sujet ?

Écrit par : MBA | 30/06/2013

L'expression la "Grande Muette" a été donné avant 1945 à l'armée active en raison des restrictions apportées par la loi aux libertés individuelles des militaires (droit de vote, d'association, d'expression, etc ...) est un peu curieuse de l'appliquer à notre pays alors qu'à l'origine elle l'était pour la France.
Je ne pense pas qu'en Suisse les mêmes restrictions se soient appliquées.
Pouvez-nous nous éclairer à ce sujet ?

Écrit par : MBA | 30/06/2013

Les commentaires sont fermés.