20/06/2014

Les lobbies financiers auront notre peau.

images2.jpgJeudi 16 octobre 2008, la Confédération et la Banque Nationale Suisse (BNS), c’est-à-dire nous tous, sauvions l’UBS d’une faillite retentissante. Entre temps, la BNS a pu, grâce au rebond de l’immobilier résidentiel américain, dénouer son exposition dans le « Stabfund » - fonds pour actifs toxiques de la grande banque. Par un salutaire coup de chance couplé d’une prouesse. Pour rappel, la BNS avait augmenté le risque de son bilan de 35 milliards de francs. Soit 1/5ème de la taille de son bilan. C’était une opération de sauvetage à haut risque. Du jamais vu.

 

Le tout s’est fait sans aucune perte – du moins officiellement – pour les deux banques… UBS comme pour la BNS.

 

Cette dernière n’est pour autant pas sortie d’affaire. Elle risque d’être fortement mise à contributionimages3.jpg lors de l’éclatement de la bulle sur l’immobilier domestique. Par ailleurs, elle sera prochainement testée par les marchés financiers sur la solidité de son plancher de change EUR/CHF à 1.20.

 

images4.jpgComme la banque centrale américaine (FED) et la Banque Centrale Européenne (BCE), la BNS qui n’a pas su alléger ses réserves de change durant la dernière accalmie dans la zone euro – il lui manquera de la munition – va devoir faire face à d’autres dangers qui arrivent tel un immense iceberg sur le Titanic. Aux déficits abyssaux étatsunisiens ajoutons l’aberration d’une monnaie unique sans Etat. Soit une solide convergence économique, sociale et fiscale. Les politiques préférant laisser le pilotage de l’euro à des « technocrates spéculateurs » issus de Goldmann Sachs, entre autres.

 

L’impressionnante croissance de la « base monétaire » est passée de 7% du produit intérieur brut mondial (PIB), en 1995, à 26 % en 2013 !  

 

Nous entrons à plein pieds en territoire inconnu et ce pour le principal profit d’une poignée de spéculateurs.

Les bilans des banques centrales trinquent et la « guerre monétaire » fait rage. images1.jpg

 

Il est plus que jamais temps de sortir de l’idéologie néolibérale et monétariste. Mais voilà… la puissance des lobbies financiers l’emportent sur des dirigeants faibles et influençables.

 

Commentaires

" Jeudi 16 octobre 2008, la Confédération et la Banque Nationale Suisse (BNS), c’est-à-dire nous tous, sauvions l’UBS d’une faillite retentissante. "

" Il est plus que jamais temps de sortir de l’idéologie néolibérale "

Je ne savais pas que l'interventionnisme de l'état qui vient au secours d'une banque était du néolibéralisme. Vous devriez relire Hayek.

Vous arrivez à vous contredire sur un petit article de 20 lignes.

D.J

Écrit par : D.J | 20/06/2014

@Monsieur Meylan D'un côté on a la guerre monétaire et de l'autre on a la guerre des nerfs grâce aux Socialistes,les Verts et les écolos sans occulter les décroissants qu'on a tendance à oublier ou devrais-je dire plutôt les néo-nazis
Ou donc est passé l'aura charismatique qui seyait si bien à nos anciens politiciens?
Vous savez ces hommes discrets qui ne se laissaient pas embobiner par des Bobos ou n'importe quel groupuscule d'anarchistes en culottes courtes et qui surtout respectaient leur électorat
Certes ils n'étaient pas parfaits cependant ils savaient se démarquer du monde des vedettes et surtout aucun parti ne s'empressait d'imiter comme c'est trop souvent la cas de la part des Socialistes leurs homologues Français
Le monde actuel fait penser au livre,Au risque de se perdre tellement on a perdu des milliards et de l'argent pour redonner vie à des ordures en oubliant l'essentiel, l'humain et sa dignité
Et lorsqu'on regarde le monde dès 1970 à nos jours c'est la décadence folle sarabande qui peu à peu nous ramène tous et à pas feutrés aux années 30
En 60 on critiqua les Usines Renaud pour leur travail à la chaine aujourd'hui c'est une remonte fédérale ou chaine de d'humains en r'naud qui se méfient de plus en plus de certains élu aussi bien en France qu'en Suisse
Dans le temps des hommes très bien de leur personne et pas stupides du tout avaient dit,ne donnez jamais trop de pouvoirs aux scientifiques et il est bien de savoir la parution de plus en plus de livres écrits par des scientifiques indépendants afin de un ne pas mourir trop bête et surtout ne pas rentrer dans le jeu de la culpabilité recherchée par une classe politique ayant eut la sombre idée de ressusciter cette tare Calviniste et Luthérienne frappant de plus en plus de jeunes étudiants non scientifiques dégoutés de la vie.
Si gouverner c'est mener au pilori le peuple sans avoir les tripes nécessaires pour éviter ce que beaucoup et de plus en plus sentent à distance un retour au Bolchévisme c'est faire peu cas de l'enseignement reçu de nos anciens qui ne se laissaient pas aussi facilement acheter et qui grâce à leur intuition qui se meurt aujourd'hui grâce au tout informatisé leur permettait de sentir le danger à distance
toute belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 21/06/2014

Etes-vous sûr d'être irréprochable ?

Vous adorez donner des leçons ...

Écrit par : MBA | 21/06/2014

Les commentaires sont fermés.