09/12/2014

Demain, ce sera mieux !

formation.pngLe monde est devenu incontrôlable. Un monde qui va trop vite. Le manque de leadership se fait ressentir, avec une absence de direction claire. Nous constatons également une absence de détermination politique. Bref, nous vivons un monde effrayant d’instabilité. La mondialisation nous invite dans un jeu à somme nulle de redistribution des richesses. Les gagnants ancrent leur prospérité sur la récession des perdants. Le plus grand lésé dans l’histoire est encore le climat ou l’environnement… simplement notre capital nature. En l’absence de vision globale, nous avançons avec deux cadences distinctes. Nous marchons dans le brouillard géopolitique, à petits pas. Nous progressons vers la croissance démentielle, à grand pas. Comme si nos ressources étaient inépuisables. L’ex ministre socialiste français Michel Rocard illustrait la croissance comme un individu à vélo… S’il arrête de pédaler, il tombe. Et malheur au politique qui oserait aborder la décroissance. Il ne serait pas réélu. Pour autant, le cycliste est-il obligé de s’emballer ? De pédaler toujours plus vite ? Ainsi, nous  trouvons aspirés dans une fuite vertigineuse. En admettant que le seul garant du bien commun reste encore l’Etat, celui-ci s’est dramatiquement affaibli sous la pression des flux des capitaux et des flux migratoires. Des premiers, il tente de capter un maximum de substances ne serait-ce que pour financer les bouleversements occasionnés par les seconds. Comme évoqué plus haut, pénalisé par un déficit de leadership flagrant, l’Etat ne fait que réagir aux crises successives tant financières que sociales. Il semble impuissant face à l’inégale et criante répartition des richesses. Il est devenu stérile devant l’amoralité du système. A force d’épuiser la principale classe contributive qui est la classe moyenne – la colonne vertébrale, il court le risque de mettre à terre et pour longtemps des économies nationales entières. Ce fut le cas en Argentine, en 2002. La Grèce, entre autres, le vit depuis 2010. Pire encore, nous peinons à regarder ce qui est. Nous préférons ne pas voir. Les solutions et les voies d’amélioration se trouvent à plusieurs niveaux. Sur le plan éducatif, c’est certain. Sur le plan politique aussi, c’est évident. Entre une droite qui suit aveuglément « le capital prédateur » et une gauche qui pour exister multiplie les initiatives extrêmes, le citoyen se désintéresse de l’hémicycle. La droite a des œillères. La gauche est animée par une hargne d’impuissance et stigmatise « le riche. » L’une comme l’autre se rejoignent dans leurs extrêmes. Elles nous amènent à ce que décrit l’essayiste Jacques Attali : « Il y a des gens qui sont résignés à accepter leur aliénation, qui pensent n’avoir aucune chance de trouver les moyens de se développer eux-mêmes et qui se contentent de réclamer le maximum de l’Etat, de la collectivité, des entreprises, etc. C’est l’attitude masquée dans l’idéologie de la consommation et dans celle de l’assistance. »

 

Force est de constater que tant la droite politique que la gauche ne sont pas étrangères à ce résultat angoissant. La première croit assurer son électorat et sa pérennité, en augmentant le nombre de fonctionnaires – autant d’électeurs acquis. En suscitant les besoins d’assistanat. Quant à la droite elle est devenue le sbire d’un système qui réussit à protéger à la fois des intérêts particuliers et des situations de position dominante. Dans le but d’asservir toujours plus le « citoyen – consommateur. » De cannibaliser le monde du travail. De monter les uns contre les autres.

 

Le constat semble sans appel. Nos concepts politiques actuels sont obsolètes. Ils ne répondent plus aux problèmes éducatifs et globaux d’aujourd’hui.

 

A l’écart du collectivisme comme de l’individualisme, il est temps d’explorer des pistes plus sensées, plus durables… simplement plus humaines.

 

Commentaires

Monsieur Meylan ne croyez vous pas qu'en vous posant moins de questions et en étant beaucoup plus actifs vous ne seriez pas entrain de jouer au cherche midi/ceci ne vous étant pas spécialement dédié je tiens à le souligner
Vous dites vous même que rien ne va plus et vous voulez encore tout réformer ? mazette heureusement que nos anciens avaient une vision du monde beaucoup moins rigoriste et perfectionniste sinon nous en serions restés à l'ére des quinquets de de l'allumeur de réverbère
Quand aux prévisions catastrophistes laissez les à Dame Irma .Apprenez à relativiser vous verrez les nombreuses portes du négativisme ambiant s'effacer de votre imagination laquelle est accentuée grâce au virtuel qui fausse tout y compris le relationnel
On a survécu en travaillant dès le plus jeune âge si on y est arrivé pour autant que vos enfants aient hérité de votre force et de votre caractère faites leur confiance ils y arriveront aussi
Désolée de vous écrire ceci mais si vous saviez combien nous sommes fatigués de vous entendre tous gémir alors que le 24 vous serez tous entrain de festoyer alors que les vrais pauvres eux ne se plaindront jamais
très belle soirée pour Vous et merci pour votre blog

Écrit par : lovsmeralda | 09/12/2014

Monsieur Meylan ,j'y reviens car le gouvernement Français donne vraiment l'impression de jouer au hamster en tournant la roue aux idées
Au pays des Gaulois c'est comme en Suisse ou le WWF taxe le peuple de gaspi en tous genres mais il existe une solution la seule et l'unique ,supprimer toutes les cartes de crédit à la consommation
Tous ces points cumulus qui font courir pour dépenser beaucoup en croyant que l'article recyclé sera payé moins cher,ne rêvons pas seuls les célèbres Timbres escompte d'un époque plus toute jeunette offraient des produits fabriqués exprès pour répondre à la gentillesse de la clientèle fidéle aux petits commerces et qui elle était respectée
Et si pour une fois les gouvernements qui jouent à Marie-Madelaine à l'année ne prendraient-ils pas le taureau par les cornes pour en finir avec ces cartes de crédit qui font couler l'économie ?
ce serait tout de même plus intelligent que ces ONG prenant toujours le peuple en otage pour le fustiger de tous les défauts alors qu'initialement ce sont les pleureurs en tous sens et genres qui eux sont responsables?
Pour en revenir à la France chaque nouvelle tête élue apporte de nouvelles idées à creuser quand à leur réelle efficacité attendons pour voir surtout que dans 2 ans ,un nouvel élu risque d'arriver avec de nouvelles illusions pour faire croire au Père Noel ce à quoi beaucoup d'anciens Français eux ne croient plus depuis longtemps
Je vous souhaite ainsi qu'à votre famille d'excellentes fêtes de fin d'année

Écrit par : lovsmeralda | 10/12/2014

Les commentaires sont fermés.