01/10/2015

L'impôt qui n'a pas été perçu est perdu à jamais.

Il est indéniable que nous avons mangé notre pain blanc. Les conditions économiques vont considérablement se durcir et ce à tout niveaux. Aussi, il est regrettable de constater la somme d'impôts qui n'a pas été perçue au cours de la décennie d'exemption spéciale autorisée par l'Arrêté Bonny. Notons que notre canton en a usé et abusé. De Vale à St-Prex (VD) à Yahoo à Rolle (VD) en passant par Monsanto à Morges, ce sont des dizaines d'entreprises - multinationales - qui ont bénéficié de la franchise d'impôt. Pourtant, entre payer rien du tout, payer 7% d'impôts comme cette PME lausannoise active dans le négoce des matières premières au Brésil et 22% comme la plupart des commerçants locaux qui triment au quotidien et parce qu´ils sont du cru et qu'ils seront encore là demain, il y a un spectre de possibilités que l'Etat de Vaud ne semble pas avoir exploité. Ces multinationales ont certes créé des emplois. Mais elles ont également engendrés des coûts d'infrastructure considérables. Il est utile de rappeler que ceux-ci prennent, pour le moins, vingt ans à être amortis. Soit bien plus longtemps que la durée moyenne escomptées de ces entreprises dans notre pays. Notre région qui bénéficie de conditions cadre tout azimuts qui sont exceptionnelles au monde ne s'est pas faite en un jour. Et la multinationale qui n'est venue s'installer sur nos terres que pour des considérations fiscales n'aurait pas du être accueillie. La gratuité n'a jamais été synonyme d´évolution économique ni de prospérité. Que l'on arrête de nous bassiner comme le fait encore, récemment, Pierre-Gabriel Bieri du Centre Patronal : "lorsqu´on évoque les sociétés bénéficiant de statuts fiscaux privilégiés, il faut se souvenir du rôle qu'elles jouent en matière de recettes fiscales, de valeur ajoutée et d'emplois."

Des milliers d'entreprises remplissent en Suisse ces fonctions clé. Beaucoup le font depuis plus d'une génération et toutes en s'acquittant convenablement de l'impôt.

 

Commentaires

Monsieur Meylan c'est un vaste débat qui ne se résoudra pas via le Net cependant au niveau impôts il est intéressant de voir que la France va exiger des impôts aux particulier qui vendent des produits sur le Net
Certes il y a une marge de manœuvre mais une fois celle-ci dépassée il est normal que tout le monde passe à la caisse
Le Net a permis le développement de nombreux marchés parallèles et qui tout comme contribuable doivent aussi participer à l'effort collectif
Sinon ce qui est toléré pour ce qu'il faut bien nommer un genre de fraude fiscale doit l'être pour tout le monde
Je pense que lorsqu'on veut dépolluer la pyramide de la fraude fiscale il faut toujours commencer par le bas sinon c'est du temps et de l'argent perdu et tout petits sous perdus forment de grandes rivières
très belle journée

Écrit par : lovejoie | 02/10/2015

Monsieur Meylan je me permets de rajouter ceci.Tout le monde surtout les utopistes espèrent un monde propre en ordre
Mais avec et grâce à l'informatique il n'a jamais été aussi pollué psychologiquement
Aussi les incivilités actuelles montrées du doigts accusant les jeunes de nombreux maux ,je pense à Temps Présent d'hier soir , n'agissent -ils pas inconsciemment pour inciter les politiciens en tout premier qui sont pour le tout informatisé à se remettre en cause`?
On sait que l'informatique était réservée aux entreprises dont certaines ont connu quelques déboires grâce à l'indélicatesse morale de certains de leurs employés préférant tchatter plutôt que travailler ou utilisant des messageries qui n'taient pas la leur
Ce qui aurait dû inciter les politiciens à savoir ce qui s'ensuivrait et le monde des jeunes ne reflète t'il pas ce que tout parent refuse d'admettre quand son enfant est en colère ? ce dernier n'étant que son propre reflet

Écrit par : lovejoie | 02/10/2015

Vous oubliez quelques détails : les employés, cadres et dirigeants de ces multinationales que vous DETESTEZ dépensent de l'argent en Suisse. Et oui, comme tout un chacun, ils mangent, boivent, s'habillent, sortent, vont aux restaurants, etc... en un mot CONSOMMENT !

Écrit par : Hélène | 02/10/2015

Les commentaires sont fermés.