15/01/2016

Abus d'initiatives populaires !

12299135_921505541265060_9111545702952073382_n.jpgQuand l'initiative populaire a été introduite dans le marbre de la Constitution fédérale, en 1891, elle était conçue comme l'arme du faible. Aujourd'hui, force est de constater, qu'elle est trop souvent utilisée à des fins de marketing politique. Soit par des groupes de pressions - souvent minoritaires - soit par les appareils de partis traditionnels en mal d'exister. Pourtant, les idées et projets pour faire évoluer ce droit populaire ne manquent pas. En plus de son coût, environ six millions de francs l'organisation du scrutin populaire, elle risque de devenir l'ennemi du bien.
À ce titre, les propositions du think thank Avenir Suisse sont pertinentes.
Entre autres, on y trouve :
1) D'élever le nombre nécessaire de signatures à 4% du corps électoral - soit un peu plus de de 200´000 au lieu de 100'000 actuellement;
2) Ne pas voter sur plus d'une initiative à la fois, afin de favoriser les débats en profondeur.

Commentaires

Beaucoup de citoyens se sont rendu compte qu'il valait mieux ne pas donner de trop bons oonseils via le Net
Comme par exemple celui-ci utilisé très souvent dès 2004 ,faites preuve d'esprit d'initiative mais et grave erreur en ayant occulté le mot, personnelles Et c'est à partir de là qu'on est noyé sous des tonnes d'initiatives mais à voter par le peuple qui en a de plus en plus ras le bol
Sans doute est-ce la meilleurs manière de se débarrasser de certains complexes car en faisant voter tout le monde celui qui en souffre obtient satisfaction personnelle au cas ou l'initiative est acceptée
Ou faites faire par d'autres ce dont nous nous moquons complètement du moment qu'on parle de nous le reste on s'en fiche surtout en voyant els naifs courir aux urnes pour satisfaire d'autres naifs
On avait War games désormais on War initiatives
Belle journée Monsieur Meylan

Écrit par : lovejoie | 16/01/2016

J'ai lu "Avenir Suisse", ce qui suffit à s'apercevoir que c'est une mauvaise idée.

J'ai beau être de droite, mais "Avenir Suisse" représente l'économie dans tout ce qu'elle a de plus méprisable. Leur but est d'exploiter au maximum hommes et ressources de la terre, pour maximiser le profit d'un nombre réduit de personne.

Il ne faut surtout pas que le peuple puisse s'exprimer, puisqu'il risquerait de nuire à leurs plans.

Donc du moment qu'un groupe fait une proposition avec un tel objectif inavouable, elle doit donc être rejetée.

Écrit par : Frédéric | 16/01/2016

N'hésitez pas à proposer vous-même une initiative allant dans ce sens, car c'est par là que tout commence. J'espère qu'en toute cohérence avec vous-même vous renoncerez d'ailleurs à porter le texte à la Chancellerie fédérale s'il n'est pas porteur d'au moins deux cent mille signatures, n'est-ce-pas! Faire autrement serait un poil hypocrite! Il faut donner l'exemple!

Mais je pense que vous et vos collègues choisiront plutôt de pousser ce genre de question en douce par voie parlementaire, histoire de vous épargner le boulot de la récolte de signature.

Quoi qu'il en soit, j'espère que ce genre de projet finira devant le peuple, de moins en moins dupe de ce genre de manœuvres, et que le résultat des urnes vous fera bien comprendre à quel point le réflexion d'Avenir Suisse est totalement coupée de la réalité.

Écrit par : Stéphane Montabert | 17/01/2016

Les commentaires sont fermés.