02/08/2016

Ne pas confondre libéralisme avec néo libéralisme qui est son contraire !

IMG_8430.JPG*Le mieux est souvent l'ennemi du bien. On peut résumer ainsi le corolaire existant entre le libéralisme et le néo libéralisme.
 
Si le terme « néolibéralisme », voire « ultralibéralisme », est un terme plutôt vague, son idéologie illustre une vision de l’économie des plus radicales. Celle qui oppose le capital à l’Etat. Ce qui veut dire que le capital est promut au-dessus de la collectivité. Il prime sur l’Etat nation et sur le bien commun. Pire, l’Etat est à combattre. Il est à affaiblir. Il coûte. Il empêche et il régule. Il est le dernier rempart à toutes sortes de libéralisations et de privatisations. Le plus ennuyeux encore est qu’il transcrit, généralement sous l’impulsion du législateur, la moralité dans le Droit. Le Droit avec un grand « D » qui devrait s’appliquer à tous.
 
Alors que dans la pensée libérale qui prend ses sources déjà dans l’Antiquité avec le philosophe Aristote, l’Etat est important. Il est même indispensable au développement du libéralisme. Parce que l’Etat est souvent arbitre. Pour le moins, il doit garantir la justice et la stabilité du vivre ensemble. Sans ces préalables, le libéralisme ne peut s’épanouir. Puisque humaniste qu’il est le libéral ne peut se développer et s’élever dans un univers de sauvagerie
et de brutalité. Dans lequel un marché sans foi ni loi encouragerait la réalité d’une « économie » Far-West. Dans laquelle le lent est mangé par le rapide et le petit est tué par le gros.
 
Pour nous faire avaler la pilule nauséabonde du néo libéralisme – néo comme nouveau enimage001 (1).png
 
grec – on réduit dans le discours la pensée libérale. Comme à la page 35 de son livre de
 
nature didactique et de bonne qualité « Comprendre l’économie politique », l’économiste suisse Philippe Paoly résume le libéralisme comme suit :
 
« L’individu prime sur la collectivité. L’individu est libre. Le libéralisme est lié à l’économie de marché. »
 
Ce qui est faux. L’épanouissement économique de l’individu est étroitement lié au destin du bien commun et du vivre ensemble. Aussi, l’individu ne supplante pas la collectivité. Une vérité est plutôt que l’interdépendance s’impose naturellement. L’individu est libre certes.
 
Mais sa liberté s’arrête où celle des autres commence. C’est un principe élémentaire de la pensée libérale qui on a trop tendance à l’oublier promeut avant toute chose la responsabilité individuelle.
 
Heureusement, le même auteur privilégie la moralité quand il nous parle d’Adam Smith – philosophe et économiste écossais des Lumières qui reste dans l’histoire comme le père des sciences économiques modernes. Son œuvre majeure « La Richesse des nations », publiée en 1776, demeure l’un des éléments fondateurs du libéralisme économique.
 
Philippe Paoly en résume qu’Adam Smith admet, dans la dernière partie de son ouvrage, qu’il doit y avoir des règles pour des raisons éthiques. Ces règles proviennent de la morale et du droit donc d’un Etat fort.
 
Les néo libéraux qui prétendent revisiter voir réformer le libéralisme occultent intentionnellement ou par ignorance cet d’aspect du philosophe écossais.
 
La survie du libéralisme et de là de notre système économique actuel qui reste le moins mauvais que notre civilisation ait connu passe certainement par l’énoncé du sociologue et philosophe français Edgard Morin, dans son ouvrage « Où vont les valeurs, 2004 ».
 
 « Aujourd’hui, le thème de terre patrie doit inclure les patries singulières et non par les détruire. La relation entre le genre humain et l’individu passe par le développement de la citoyenneté terrestre. Le citoyen est celui qui se sent responsable et solidaire. »
 
 
*Texte écrit pour Orbis Terrae, sous le titre "Le néo libéralisme est l'ennemi du libéralisme".

Commentaires

Bien le bonjour Monsieur Meylan en effet tous ces néo sont pléonasmes ni plus ni moins
Quand on voit le sauvetage d'aliments comme en Allemagne pays pourtant reconnu pour son peuple parmi les plus bosseurs on croit rêver
Car pour construire un monde de ramiers il y n'y a pas mieux sans compter tous les aliments souillés par des mains sans gants et qui dans le plastic développeront des toxines pour mieux faire grimper les Soins Santé qui solidairement seront payés par les autres
Si je parle de ce sujet c'est pour éviter aux écolos et bobos de notre pays des erreurs qui peuvent être lourdes de conséquences et pour eux et leur porte monnaie
Il ne faut t pas blouser les jeunes à coup de mots comme, solidarité
Comme chez nous ou il y a de nombreux services pour aider les gens seuls mais à payer au noir et sans charges sociales ,lesquelles devront bien être payées par les citoyens
Solidaires on l'est en Suisse ! de un avec l'Armée de deux en payant ses impôts et assurances et surtout n'oublions pas le nombre de retraitées surtout qui refusent l'aide complémentaire croyant que celle-ci pourra aider des chômeurs
Si vous permettez je pense qu'il faut vraiment avoir franchi toutes les portes de la vie et c'est quand la dernière commence peu à peu à prendre forme qu'on se rend compte de la vraie réalité
Et entre nous Monsieur Meylan , sur l'air de la plaisanterie ,répondre aux commentaires de temps à autre ceci ne fait -il pas partie du mot solidarité ? rire
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 03/08/2016

:-)) +++ Merci. Vous avez dit la vérité sur les idéaux de la pensée libérale.

Écrit par : pachakmac | 03/08/2016

Un libéral qui en parlant " du néolibéralisme " nous sort les vieux poncifs les plus éculés des ennemis du libéralisme on aura tout vu.

http://www.wikiberal.org/wiki/N%C3%A9olib%C3%A9ralisme

D.J

Écrit par : D.J | 03/08/2016

Cela contrairement au "nazional socialismus" dont peu ne parle et qui pourtant sévit un peu partout !

La plupart des dictatures "néo-libérales" comme la Chine, le Venezuela depuis quelques années, la Russie, et quelques républiques ex-soviétiques, et bien d'autres sont à la tête de ce que représente le "néo-libéralisme", pourtant elles déclarent toutes être socialistes ou communistes, voir progressistes comme la Syrie, la Libye et l'Irak !!

Et bientôt l'UE, au train où ça va, pourra se targuer elle aussi de ce qualificatif, elle s'en approche à grand pas, mais peut être qu'en dernière minute le "national-socialisme" la sauvera in-extremis ???

Écrit par : Corto | 05/08/2016

Les commentaires sont fermés.