25/03/2017

Violences politiques : le douloureux rappel de Londres.

IMG_8709.PNG*Au lendemain du nouvel attentat de Londres, je parcours le livre du candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon.

Un ouvrage écrit à la hâte, sans tête de chapitre ni même une table des matières. Néanmoins, dans son livre intitulé «Pour la génération qui vient», éditions Equateurs, un peu plus d’une centaine de pages écrites en grands caractères, quelques points me permettent de lier la réflexion aux assassinats perpétrés la veille à Westminster par le ressortissant britannique Khalid Masood.

Celui-ci, au volant de son véhicule, fauchant, des passants sur le pont de Westminster, puis poignardant à mort un officier de police. Avant d’être, à son tour, tué. Il était connu de la justice. Notamment pour avoir été condamné à plusieurs reprises pour agressions et possession d’armes. D’autre part, son attaque a été revendiquée par l’organisation criminelle Daech. Toutefois, selon «The Gardian», Khalid Masood ne figurait pas sur la liste des trois mille personnes les plus suspectées de passer à l’acte. Répertoriée par le service de renseignement intérieur britannique (MI5).

Alors, je relis quelques pages de Benoît Hamon. Il rappelle que lors d’une enquête nationale effectuée en 2014, ses concitoyens ont estimé que les musulmans représentaient un tiers de la population française. Alors qu’en réalité ils sont à peine huit pour cent. Il souligne également l’importance des actions de la police de proximité. Celle-ci connaît sa population, comme son environnement. Il appuie le postulat de la prévention sur la nécessité d’investir d’avantage au niveau de l’école. «La lutte contre les inégalités et les discriminations commence sur les bancs de l’instruction publique: c’est là que naissent l’espoir et l’envie de vivre ensemble».

Vu ce qui précède, je suis de plus en plus convaincu que ce que nous nommons terrorisme est avant tout un dérivé de banditisme et de crime organisé. Cas échéant, la police de proximité et les ilotiers chers à Benoît Hamon sont certainement plus efficaces dans la lutte contre l’assassinat que les bombardements ordonnés de l’autre côté de la Méditerranée par le président sortant François Hollande. Les terrorismes – les violences politiques, je préfère – trouvent toujours un dogme, une idéologie, des arguments pour construire la cause. Pour établir la justification du crime. Mais qu’il soit l’œuvre de l’IRA irlandaise, des séparatistes basques de l’ETA, des activistes arméniens ou encore du PKK kurde, le terrorisme emploie les même réseaux financiers et logistiques que le grand banditisme.

En outre, il permet l’instauration d’un climat infra guerrier qui «autorise» le vol, l’extorsion, le racket, l’impôt révolutionnaire et toutes autres activités crapuleuses. Des individus s’enrichissent par le biais des violences politiques. Et tout porte à croire qu’en invoquant la «guerre» de religion ou encore l’instauration d’un pseudo «califat» on se trompe dramatiquement de cible. Les violences politiques sont à appréhender comme le crime de droit commun.

*Article écrit pour "la méduse", journal online indépendant suisse  

Commentaires

Excellent article et le dernier paragraphe démontre à lui seul la stupidité du monde actuel
je ne connais que trois réseaux sociaux qui le sont vraiment ,l'eau l'électricité et le gaz que je mets en dernier en souvenir de tous ceux qui déjà à notre époque se suicidaient avec
Les petites frappes et tous ceux qui ont besoin de faire parler d'eux quitte à en inviter d'autres à se suicider voient leurs souhaits se réaliser grâce à cette modernité qui tue l'envie de cultiver sa propre personnalité autrement que par des actes de terreur
Actes de terreur encouragés par un ciel qui pousse tous ceux souffrant de pulsions meurtrières à agir pour tuer la bête qui repose en eux
On peut aller loin pour essayer de comprendre le comportements d'actes aussi sordides encouragés grâce et par ces réseaux New Age et anti antisociaux
On en a de plus en plus la preuve ,jouer à l'autruche ne sert à rien au contraire c'est encourager ceux qui pour ne jamais se faire oublier ou souffrant d'abandonnite n'hésiteront pas à se suicider à tuer à violer juste pour montrer qu'ils existent en tant qu'entités humaines et non complètement robotisées
Dés 2002 avec les premiers natels on a assisté à une montée en flèche des suicides car une fois les victimes bien harponnées ,les machiavels refusaient de répondre aux SMS ,leur monde était redevenu le monde des fantômes comme identique à celui" des Oubliés" en éternels déplacements et pour lesquels encore aujourd'hui pour beaucoup n'existe aucune réponse logique aux : Pourquoi !
Il faut aussi admettre qu'en Occident les gens mordent très vite aux hameçons du soi disant modernisme qui n'a jamais été preuve d'humanisme sinon cela se saurait depuis longtemps
Très bon dimanche pour Vous Monsieur Meylan

Écrit par : lovejoie | 26/03/2017

Merci de nous faire découvrir le nouveau journal La Méduse ! on y découvre des articles forts intéressants

Écrit par : lovejoie | 28/03/2017

Les commentaires sont fermés.