24/04/2017

Attentats sur les Champs Élysees... À quand les bonnes questions ?

IMG_0044.JPGAttentats sur les Champs Elysées, les bonnes questions à poser !

Le soir-même de la tuerie des Champs Elysées qui a coûté la vie au policier Xavier Jugelé, âgé de 37 ans, et à son agresseur, les avis sont unanimes : l’élection présidentielle va se dérouler sous une menace terroriste de très haute intensité. Une fois la nouvelle tombée et l’émotion absorbée, les questions légitimes demeurent. Qui sont ces terroristes ? Quel est leur objectif stratégique ? A qui profite le crime ? En effet, on nous dit que l’organisation criminelle que l’on nomme Etat Islamique (EI) menace... Mais qui finance ces bandits ? Qui a permis leur déploiement ? Et, dans quel but ? Force est de constater que ces questions on se les posait déjà l’an dernier. Et, il y a deux ans aussi. Il y a trois ans également et ainsi de suite. Rappelons que depuis mars 2012, neuf policiers et militaires français sont déjà tombés dans le même contexte. Dans le cas précis, il est à déplorer que l’assassin avait déjà été arrêté le 23 février, avant d’être relaxé. Puisque ces questions demeurent toujours sans réponse, malgré l’augmentation du nombre des victimes, ne faudrait-il pas examiner le phénomène sous un autre angle ? Les médias endossent une responsabilité bien réelle dans le statu quo de la compréhension actuelle de la violence politique. Depuis le 11 septembre 2001, ils ne cessent de traiter l’information de manière binaire, au premier degré. Ils font le lit de deux fantasmes clé. Le premier étant celui d’une guerre des civilisations. Le second étant celui de l’instauration d’un nouveau califat mondial. De Al-Qaïda à Daech, on ne sort pas de cette croyance stérile. On tourne en rond. On ne sort pas non plus d’une information qui baigne dans le sensationnalisme et le simplisme. Alors que la recherche de la vérité devrait déjà écarter l’hypothèse farfelue de l’instauration d’un califat. L’immense majorité de l’Oumma – la communauté des musulmans – a comme préoccupation : l’emploi, le pouvoir d’achat et répondre aux besoins de sa famille, dans la dignité. Le moindre que l’on puisse dire est que ces attentats éludent à chaque fois et pour quelques temps les vrais problèmes existentiels. L’autre élément à écarter et celui d’imaginer que quelques électrons libres, au lieu de s’adonner à une partie de bowling ou encore d'aller au cinéma, décident spontanément d’aller faire un carnage sur une terrasse de bistrot, dans une salle de spectacle ou encore dans une rame de métro. Ces attaques nécessitent, à chaque fois, des armes, des caches, des planques des véhicules, de la planification et de l’argent… d’où complot. Nous sommes confrontés à de la criminalité organisée. Elle doit être traitée comme telle. Celle-ci a des mandants, des mandataires et elle profite à quelques-uns. Sinon, elle ne se déroulerait pas. Personne n’a envie de perdre du temps, de l’énergie, de l’argent en même la vie pour rien. Et comme le rappelle très bien le philosophe Luc Ferry : aujourd’hui, on ne meurt plus pour la religion. Pour la plupart, elle ne fait plus partie du sacré. Il n’y a qu’à constater le très faible degré voire même l’absence d'une réelle culture religieuse chez les assassins. Par contre, l’instauration d’un climat infra guerrier permet l’enrichissement illégitime comme la prise du pouvoir.
Posons-nous les bonnes questions !

20/04/2017

Le journalisme est lui-seul responsable de son destin!

IMG_9835.PNGAlors que ces élections cantonales vaudoises 2017 sont couvertes, par l'ensemble des médias romands, avec un déficit criant de déontologie, j'ai pris sur moi de rappeler qu'il existe une Charte qui fait référence en la matière. Il est encore temps pour certaines Rédactions de la redécouvrir... au risque de disparaître.

*À l’heure où on évoque l’avenir des médias et de la presse écrite en particulier, il est urgent de rappeler qu’il existe des règles pour le journaliste. Elles en font un très beau métier quand il est exercé avec professionnalisme et éthique. La Charte de déontologie de Munich – appelée aussi Déclaration des devoirs et des droits des journalistes – en fixe les contours. Elle a été signée en 1971, à Munich, par les représentants de l’ensemble des fédérations et des syndicats de journalistes européens. Elle s’appuie en grande partie sur la Charte des devoirs professionnels des journalistes français écrite en 1918 et a été remaniée en 1938. Le document qui est devenu une référence internationale, énonce les dix devoirs et les cinq droits du journaliste. On notera la mission première qui est la recherche de la vérité. Le respect de la vie privée, le secret professionnel et la protection des sources d’informations y sont inscrits. Pas seulement, on attend aussi du journaliste qu’il s’interdise le plagiat, la calomnie, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information. En période électorale comme c’est aujourd’hui le cas à la fois dans l’Hexagone voisin et dans le Pays de Vaud, on sera particulièrement attentif au devoir No 9 : « Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs. » Autant dire que si la branche poursuit sa dispersion dans le « publireportage bricolé », l’organisation de forums pour annonceurs et le vedettariat elle risque de se transformer, au détour des réseaux sociaux gratuits tels que Facebook, en « réseaux non sociaux mais payants » avec une trajectoire certes brillante mais courte.

*Texte destiné et publié jeudi 20 avril 2017 par le "LausanneCités".

15/04/2017

Transparence inachevée aux Chambres fédérales

*Il faut améliorer l’information du public sur les liens entre élus et groupes d’intérêts

iStock_000005218304XSmall[1].jpgAu lendemain du refus, en votation référendaire, de la loi sur la réforme de l’imposition des entreprises III (RIE III), le soufflé semble déjà retombé. On sent, dans la population, une fatigue générale. Une attitude qui correspond peut-être à la saison, à moins qu’elle marque simplement le passage à autre chose, comme une envie de tourner la page.

Force est de constater que la campagne RIE III aura été d’une intensité incroyable, inquiétante même. Non seulement en raison des montants colossaux engagés par le camp du oui ou de la virulence des débats. Le droit à l’image a même été bafoué. Des personnalités politiques qui s’étaient clairement affichées en faveur du non ont vu leurs portraits photo dévoyés. Cette campagne a été menée au rythme des pressions et des menaces. Une fois de plus, on a joué sur les peurs. Pas sur n’importe lesquelles, mais avant tout sur celle qui revient le plus souvent en tête dans les baromètres des préoccupations de la population: la peur de perdre son emploi.

Les ingrédients de cette campagne finalement mise en échec ne sont pas sans rappeler ceux employés pour combattre l’initiative populaire contre les rémunérations abusives, dite initiative Minder du nom de son auteur, à l’hiver 2013. Nous retrouvons les mêmes adversaires. A savoir, d’un côté, les protagonistes d’un néolibéralisme visant l’affaiblissement de l’Etat par la continuelle réduction de ses moyens et, en face, une mobilisation de la société civile et une action des autorités en faveur de l’intérêt général et de la cohésion sociale.

A l’époque, j’avais activement provoqué et organisé la campagne, en Suisse romande, en faveur de l’initiative Minder. Ce qui m’a valu d’être très défavorablement surpris par mon ancienne formation politique, le parti démocrate-chrétien (PDC). J’ai découvert que ce parti, connu pour accorder une attention prioritaire à la famille et à la classe moyenne, avait choisi de faire corps et âme avec le leadership néolibéral. Et de tenter de faire échouer un texte pourtant plein de sens, luttant contre les abus salariaux d’une poignée de «capitaines mercenaires» et contre la spoliation de nos grandes entreprises cotées en bourse. En regroupant les informations obtenues, en tant que secrétaire politique de la section vaudoise, j’ai alors compris que le dicton «qui paie, commande» vaut également pour le débat démocratique. Le PDC, comme d’autres formations bourgeoises, avait reçu de l’argent des sociétés visées particulièrement par l’initiative Minder.

A l’été 2016, usant de mon droit personnel, j’ai déposé une pétition munie de 134 signatures, demandant davantage de transparence de la part de nos élus aux Chambres fédérales. Ces derniers devraient renseigner sur leurs liens avec des représentants des groupes d’intérêts. Répertoriée sous le numéro 16.2013, ma pétition suivra la procédure parlementaire d’usage. Le secrétariat des Commissions des affaires juridiques a pris soin de me prévenir: cela prendra du temps.

Avouer ses accrédités

La demande est aussi concrète que précise: lors des campagnes en vue de votations fédérales, organisées au maximum quatre fois par an, les élus aux Chambres fédérales devraient communiquer, lors de toute prise de position publique, l’identité des personnes auxquelles ils ont remis une carte d’accès au Palais fédéral.

Il faut savoir que chaque parlementaire a le droit d’accréditer une à deux personnes de son choix, pour toute la durée de son mandat de quatre ans. Ces gens, souvent des lobbyistes, ont accès à toutes les parties non publiques du Palais du Parlement – hormis bien sûr les salles des Conseils.

Les élus de droite choisissent volontiers les représentants de grands groupes d’influence ou de cabinets de conseils – servant notamment de paravent à des industries aux odeurs de nicotine ou encore de poudre. A gauche, les personnes proches des ONG tendent à dominer. Mais pas seulement: on voit aussi des parlementaires de toute obédience faire bénéficier du très utile statut d’accrédité leur(s) collaborateurs personnel(s) bien sûr, voire des invités, amis ou parfois membres de leur famille.

On observe, notamment, que la conseillère nationale Céline Amaudruz (UDC/GE) a accrédité le très actif lobbyiste Patrick Eperon, secrétaire de la Fédération patronale vaudoise chargé de la coordination des campagnes politiques, ainsi que Manuel Trunz, cadre d’UBS SA. Autant dire que, sans le savoir, les électeurs de la Genevoise ont fait rentrer la plus grande banque suisse sous la Coupole, où elle bénéficie par ailleurs de l’accréditation par un élu alémanique, et non des moindres puisqu’il s’agit de Martin Landolt (PBD/GL), président national de la formation issue de l’UDC. Autre multinationale à ne pas être en reste, Swisscom est l’une des accréditées du parlementaire Bernhard Guhl (PBD/AG). Pour sa part, l’ancien journaliste Fathi Derder (PLR/VD) a accrédité Cristina Gaggini, la directrice romande de l’imposante faîtière Economiesuisse et celle qui l’avait précédée dans cette fonction, l’influente Chantal Balet Emery, désormais représentante du milieu des avocats et notaires.

Comme on le sait trop peu, les listes des accrédités auprès des membres du Conseil national et du Conseil des Etats, remises à jour chaque mois, sont consultables sur la Toile. Tout comme le Registre des intérêts tant pour le Conseil national que pour le Conseil des Etats, que tout parlementaire doit remplir ou mettre à jour à chaque (ré)élection. Encore faut-il le savoir et surtout s’y référer.

Une transparence relative

Certes, nos institutions fonctionnent d’une manière relativement transparente. Et cela grâce à la loi fédérale sur le principe de transparence dans l’administration, entrée en vigueur en 2006, qui s’applique également aux services du Parlement; et grâce aussi bien sûr aux développements d’Internet. Une somme considérable d’informations est désormais accessible au public. Toutefois, il faut bien faire la distinction entre la consultation facultative des informations mises à la disposition du peuple et une publication automatique de ces mêmes informations, chaque fois que cela s’avère utile et pertinent.

Exemple: il est demandé aux cigarettiers de faire plus que de valider la dangerosité de leurs produits pour la santé des consommateurs et de leur entourage. Le risque encouru doit également figurer sur chaque paquet vendu. L’effet n’est pas le même.

C’est justement le but recherché par ma pétition: que toute l’information nécessaire à l’élaboration de son choix atteigne effectivement l’électeur. Que celui-ci puisse comprendre où se situe réellement l’élu qui émet une recommandation de vote et apprendre le cas échéant par qui cette dernière est inspirée. Les connivences éventuelles, comme les conflits d’intérêt, doivent apparaître aux citoyens, afin qu’ils puissent se prononcer en connaissance de cause. A défaut de transparence, les opinions deviennent achetables et la démocratie une sorte de marchandise au plus offrant.  

Les défis présents, comme ceux qui attendent les générations futures, sont de taille. Et comme l’énonce l’auteur et consultant politique français Jacques Attali, au Club de la presse, sur Europe 1: «Le jour où la démocratie ne répondra plus aux besoins primordiaux tels qu’un emploi et la sécurité, les générations suivantes s’en débarrasseront.» Ou encore: «Si les marchés n’intègrent pas le long terme, la démocratie sera remplacée par la dictature.»

*Article écrit pour et publié par "Domaine public", le 19 février 2017

https://www.domainepublic.ch/articles/31040