08/10/2017

Catalogne (Espagne) : les séparatistes sont minoritaires et depuis toujours !

IMG_2288.PNGLES FAUTEURS DE TROUBLE ONT NON SEULEMENT TORT MAIS ILS AURONT À RENDRE COMPTE !

(Exrait de la Newsletter "Positionnement")

"Dans la région espagnole de Catalogne, il existe bel et bien une crise. Cette lutte de pouvoir divise les Catalans eux-mêmes. Le rapport de force engagé par quelques meneurs peu scrupuleux avec Madrid est un aveu de faillite politique. Cette riche région industrielle – tout-de-même endettée à hauteur de 100 % de son PIB ! - ne s'est toujours pas remise de sa folie spéculative immobilière et bancaire de la dernière décennie. La région qui bénéficie déjà d’une très large autonomie jusqu’à la gestion de sa police, de sa justice comme de ses prisons - un statut inégalé dans toute la péninsule - est traversée par plusieurs courants politiques que tout oppose. Des nationalistes aux indépendantistes, les relans de victimisation, de racisme et de fermeture reviennent. C'est la sur enchère du slogan. L'historien et spécialiste de l'Espagne Benoît Pellistrandi nous l’explique : "C'est la société catalane qui est divisée. Ce n'est pas l'Espagne."
La majorité catalane silencieuse qui n’ose plus même exprimer publiquement son refus de la sécession de peur d’être fustigée et taxée de fasciste par les virulents "meneurs de jeu" est prise en otage. Et les images de la Guardia Civil matraquant des manifestants sont, une fois de plus, malheureuses. Elles ne sont nullement le reflet du pourrissement de la situation voulue par une poignée de politiciens n’ayant comme seul programme celui de désigner un ennemi et de monter les uns contre les autres. À la politologue franco-espagnole Sylvia Desazars de rappeler qu'aucune constitution européenne ne permet un référendum d'auto-détermination déclaré de façon unilatérale. On ne joue ni avec la démocratie ni avec l’Institution. Pour rappel, ce conseiller à l'intérieur à la Généralité de Catalogne qui distinguait les victimes catalanes des espagnoles au lendemain des attentats du 17 août dernier… vil récupération politique, une fois de plus. Racisme et victimisation sont les poisons dilués à petites doses certes mais régulièrement dans une population en proie aux mêmes angoisses que nous tous. À savoir, à quelle sauce une mondialisation brutale, néolibérale et déshumanisée va la consommer elle et les générations futures. En attendant, comme le précise Pierre-Olivier BEFFY, chef économiste de Exane du groupe BNP Paribas, Gas Natural est la dernière entreprise, après les grandes banques Sabadell et Caixa, à avoir annoncé le départ de son siège de Catalogne. Plus généralement, ce sont 4800 entreprises qui l’ont fait depuis 2012. Par ailleurs, est-il nécessaire de rappeler que Madrid - taxée de voleuse par ces mêmes fauteurs de troubles - redistribue une part bien plus importante de son PIB aux autres régions d'Espagne que la Catalogne… Le fait que nombre de personnalités catalanes illustres ayant elles-mêmes connu la dictature franquiste se soient désolidarisées du pseudo référendum est significatif."

Commentaires

Bonjour Monsieur Meylan les Catalans font penser aux jeunes Protestants fraichement confirmés qui dans les années 60 ont commencé à l'ouvrir plus souvent ayant réalisé qu'ils étaient minoritaires face aux catholiques plus nombreux dans notre pays
Ce qui ne s'est pas arrangé depuis ! nous sommes de plus en plus minoritaires ce qui permet de mieux comprendre les revendications des Catalans
Mais c'est une affaire entre eux et le gouvernement de leur pays et nous ne sommes qu'observateurs , donc savoir rester neutres face aux décisions des deux parties
Tout ceci nous ramène aux avertissements des pasteurs qui à l'époque déconseillèrent aux catéchuménes filles d'épouser un catholique et le destin a prouvé à toutes celles qui avaient transgressé qu'il avait raison
Bonne journée

Écrit par : lovejoie | 09/10/2017

Les commentaires sont fermés.