13/02/2017

La RIE III était nauséabonde ! La démocratie en a eu raison.

Il ne fallait pas déconner !

Dans un rapport de 20 millions de francs de budget de campagne contre moins de un, en menant une campagne plus que agressive voire même injurieuse, en ayant plusieurs rédacteurs en chef dans leurs poches, en mobilisant toute la droite politique d'un spectre des plus larges et avec l'appui des organisations faîtières habituelles - aux bureaux climatisés et aux horaires de bureau, donneuses de leçons et faisant de la politique avec les cotisations de leurs membres - ils ont réussi à prendre 60 pour cent de NON dans les dents...
Et ils avaient encore de puissants lobbys en renfort.
Peut-être, tout simplement, parce que le peuple n'aime pas être pris pour crétin. Il n'a plus envie d'un système où ceux qui ont déjà beaucoup veulent encore plus. Le peuple vit et voit son quotidien se précariser. D'un monde qui multiplie le nombre de travailleurs pauvres il n'en veut plus.
Le peuple n'a pas voulu que quelques nantis puissent déduire fiscalement des intérêts et des frais fictifs.
Le peuple commence à en avoir plein le dos pour ne pas dire autre chose des pseudos élites qui s'engraissent, se gavent sur la classe moyenne et sur les classes les plus défavorisées. Le peule, aussi, n'aime pas, que l'on tente malhonnêtement de monter les emplois contre les fonctionnaires et contre l'État. À coup sûr, ce 12 février 2017 est à considérer comme un avertissement sérieux !