18/05/2018

Visite chez Òmnium Cultural, le gouvernement de l’ombre.

BF69AA56-22D7-4B14-BE21-48BD89D0A476.jpegVisite chez Òmnium Cultural, le gouvernement de l’ombre, à son siège national, Disputació 276, 08009 Barcelona...

Deux guetteurs au bas de l’immeuble, la femme avec l’oreillette fait le tri et prévient un « gorille » à l’entrée de leurs bureaux, au premier étage. Pour ma part, j’ai du me faire passer pour un journaliste pour accéder à la réception. Photos interdites, une queue de petites gens... certains pour demander des nouvelles de ce qu’ils appellent les prisonniers politiques - pour moi et pour une bonne majorité ce sont des brigands - d’autres pour demander un coup de pouce financier ou pour trouver plus facilement un logement. Le puissant lobby Òmnium Cultural vend aussi toutes sortes d’articles et gadgets pour participer aux prochaines manifestations ou encore pour suspendre à son balcon. C’est également une affaire financière. 6C476BBC-EDEE-4944-9C07-0F3481262494.jpegPar le biais de ses socios, des cotisations mais aussi grâce aux généreuses subventions reçues de la part de la Generalitat - les impôts de toutes et de tous. Comme me l’a dit un passant révolté : « Ici en Catalogne, les non séparatistes et on est beaucoup, on se fait traiter publiquement de cons tant par la TV3 que par Òmnium Cultural avec l’argent de nos impôts. C’est un comble ! »


C’est que Òmnium Cultural est aussi connu pour diffuser mondialement et depuis des B0944B74-8A5B-400C-978D-B92E1F313041.jpegannées des vidéos de propagande comparant la situation en Catalogne à l’Ukraine en guerre ou encore aux conflits des Balkans. Cette véritable machine de propagande au service d’une projet de discrimination raciale recrute massivement dans les quartiers les plus populaires et les moins aisés.
Quant à moi, l’entretien que je sollicitais avec un responsable de cette organisation de l’ombre et sombre je ne l’ai jamais obtenu. Démasqué que j’ai été. Ces gens qui propagent mensonges et qui travestissent la réalité ne supportent pas la contrariété.

 

François Meylan, 3 mai 2018, Barcelona

Commentaires

Bonjour Monsieur Meylan suite à la dernière phrase êtes vous sûr qu'il n'y
en ait pas chez nous ?
Dommage qu'on ne puisse pas passer toutes les infos au podologue ou mieux au détecteur de mensonges que ce soit en Catalogne en Suisse et ailleurs
Car cette maladie des infos intox s'est aussi généralisée et il faudra affirmer comme Saint Thomas ,dorénavant on ne croira plus que ce qu'on peut toucher
Bonne Pentecôte

Écrit par : lovejoie | 20/05/2018

ZUT je voulais dire,podoscope

Écrit par : lovejoie | 20/05/2018

Les commentaires sont fermés.