20/05/2019

L’Espagne est en guerre mais refuse de le voir !

F042C27C-8FCF-436C-9ED1-BCF8751951E2.jpegMon appréciation de la situation est la suivante. L’Espagne est attaquée tant en son sein que depuis l’extérieur.
De facto, c’est la construction européenne qui est en danger.
Le projet est criminel et sert des intérêts particuliers. Criminel parce qu’il s’appuie sur méga affaire de corruption des 3% du clan Pujol et du blanchiment d’argent qui en a suivi. Criminel aussi parce qu’il s’appuie sur les détournements de fonds publics de la Generalitat à des fins de propagande. On appelle cela abus de bien sociaux. Et criminel parce qu’il s’appuie sur la délinquance, l’apologie de la haine et de la violence par le biais des « Comité de défense de la République » les CDR. Le tout étant relayé par une police politique. Soit une quantité de Mossos d’Esquadra qui ne sont plus policiers mais désobéissants. Et pour certains, ils sont même devenus délinquants. Criminel, enfin, parce que tentative de coup d’État a été fomentée en 2017.
Le fantasme du nationalisme couplé d’un suprémacisme rappelant les nazis servant à endoctriner et à manipuler les masses. L’appareil séparatiste catalan est criminel. Osons appeler les choses par leur nom. L’histoire nous l’a démontré, plus d’une fois, que l’échelon politique réagit tardivement de manière efficace à l’occurence du danger. La raison étant souvent liée à l’agenda mais aussi à l’absence de courage de voir les choses telles qu’elles sont. De nommer les choses comme elles doivent être nommées.


337A4CF7-CAF0-421A-9AA9-CE1CC9F0AD99.jpegEn 2012, un appareil séparatiste comprenant, entre autres, l’ANC, Omnium Cultural, Diplocat et la Generalitat a bel et bien décidé de conduire une guerre de la communication à l’encontre de la démocratie espagnole et de sa population. En volant tant l’autonomie catalane que l’Espagne. En 2012, celles et ceux qui ont dit que le temps arrangerait les choses sont les mêmes qui l’ont répété en 2015... En 2017, on assistait à une tentative de coup d’État !
La réponse doit venir de tous les Espagnols et Catalans. Combien de temps encore vont-ils tolérer qu’on les humilie ? Qu’on souille la terre de leurs ancêtres ? Les chiffres sont là pour rétablir l’État de droit :
41 millions d’Espagnols en Espagne et 5,5 millions de Catalans et Espagnols dans l’autonomie catalane contre 2 millions de séparatistes...
83´000 Espagnols en Suisse contre peut-être 1000 Catalans séparatistes...


D0596BA2-CD20-4A48-BAB6-EC352CD4EABE.jpegLa réponse doit être celle d’une posture policière. Rechercher, surveiller, enquêter, dénoncer systématiquement partout où les séparatistes agissent dans l’illégalité. C’est très souvent le cas !
Suivre les filières de l’argent et faire la lumière sur les complicités étrangères. Elles sont nombreuses ! On parle de chaînes télévisées, de journalistes, d’universités, de politiques et de milieux culturels. Autant d’acteurs qui perdent leur efficacité quand ils sont découverts et que leur compromission est révélée au grand public. Concernant les lieux géographiques, les lieux publics et les réseaux sociaux, il n’existe pas un endroit où les Espagnols et Catalans n’ont pas le droit de s’y rendre. Qu’attendent-ils pour traquer les séparatistes où ils se trouvent sur Telegram, Twitter, Facebook, Berga, Vic, Gerona, Santpedor ou encore les Clubs catalans... ? Au lieu de rester chacun dans son coin, mobilisons-nous et occupons tous ces espaces publics.
Il est minuit moins une !
Il n’y a rien à négocier avec l’appareil séparatiste catalan qui ne repose que sur un fantasme et sur un projet criminel. Apportons-lui une réponse appropriée et ferme celle de la loi et de la justice. Dénonçons-le lui et ses agissements partout où qu’ils se trouvent.

Les commentaires sont fermés.