28/05/2019

Fausses ambassades catalanes... la Suisse abusée !

83578D23-6134-4B9B-84F9-E0719B58652D.jpegQuand on nous a signalé la présence d’une représentation gouvernementale arpentant Catalonia à Genève, rue de la Cité 1, nous ne l’avons pas cru. Pourtant, la trace de cette pseudo représentation diplomatique sur la toile et sur les réseaux sociaux est bel et bien présente. Nous avons aussitôt vérifié la liste officielle du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). La Catalogne n’y figure pas. Normal, ce n’est pas un État. Sur la liste du DFAE, on trouve l’Espagne mais pas l’autonomie catalane. C’est normal. Alors, nous nous sommes rendus sur place. A la rue de la Cité no 1, à Genève. Nous y avons fait connaissance avec la société de coworking Multiburo SA. Celle-ci abrite bel et bien, parmi une multitude d’autres enseignes, Government of Catalonia. Nous avons souhaité rencontrer le personnel de cette officine. Au 1er étage, nous nous sommes trouvés face à la sympathique réceptionniste de Multiburo SA qui nous a expliqué que Government of Catalonia ne possédait ni personnel permanent, ni cartes de visite ni documentation de présentation. Si on voulait un rendez-vous, il fallait laisser nos coordonnées et on nous contacterait... peut-être ! Et qu’en est-il d’un cas urgent dans ce cas ? Nous avons, malgré les protestations de notre interlocutrice, photographié l’inscription de Government of Catalonia, sur le tableau digital de Multiburo SA. Eh oui ! À défaut qu’un journaliste suisse fasse enfin son travail d’investigation sur les agissements de l’appareil séparatiste catalan, nous avons pris les devants. Nous avons avisé tant l’ambassade d’Espagne à Berne que le DAFE, en passant par la police cantonale genevoise.


À l’heure où s’écrivent ces lignes, nous n’avons reçu aucune réponse. Soit près de trois semaines plus tard. Durant ce laps de temps, nous avons informé un journaliste ayant ses entrées à la Berne fédérale. Il a eu plus de chance. Sous moins de 24 heures, son e-mail a obtenu réponse. La position du Département fédéral des affaires étrangères est plus que simpliste pour ne pas dire simpliste : « nous ne reconnaissons pas cette représentation alors nous nous en occupons pas. » Le DFAE réagirait-il de même si il était question d’une fausse représentation pour « L’État de Californie », « La République corse » ou encore la « Fédération de Crimée » ? Rien n’est moins sûr. Parce que tant les États-Unis que la France ou encore nos voisins seraient déjà montés aux barricades. 

988531C3-58AA-4F4F-B5C0-D1ECDC19735E.jpegMais à quoi sert alors cette fausse représentation séparatiste catalane qui ne semble devoir rendre compte à personne ? 

Premièrement, à sortir de l’argent de l’autonomie catalane, ce à la barbe de tous ses contribuables. Ensuite, exercer une forte activité de lobbyiste basée sur trois piliers : critiquer et salir l’image de l’Espagne; s’adonner au du trafic d’influences et finalement à donner l’illusion que la Catalogne est bel bien un état et fonctionne en tant que tel. Pour cela le budget paraît illimité. Printemps 2017, il était estimé à plus de 700’00 euros pour une « représentation diplomatique fantôme » sans personnel ni cahier des charges c’est un peu beaucoup. 

BEB53DF3-B2C2-4C50-8FBB-7178CAB0D75C.jpegMais que fait alors son préposé Manuel Manonelles ? Surtout, il évite de croiser le consul d’Espagne ou l’ambassadrice. Il sera présent aux nombreux événements mondains et culturels où il est certains de ne pas rencontrer les vrais diplomates. Que cela soit le 33ème Salon du livre, un vernissage, un repas avec un journaliste ou une visite dans le milieu académique. Partout, il pèsera de tout son poids à la faveur du projet séparatiste. Qui rappelons-le ne représente pas la majorité sociale catalane qui, même si elle n’a pas voie au chapitre dans nos médias, est opposée à toute sédition avec l’Espagne. Elle est plutôt fière de sa double culture. 

 

Le récent article de presse d’OK Diario vient appuyer les faits relatés ci-dessus : 

 

Le Generalitat de Quim Torra a dissimulé plus de 7 200 documents de la Cour des comptes (Tribunal de Cuentas) pour effacer les preuves de malversations répétées, par l'intermédiaire de son « Département des affaires étrangères » et de son réseau international de fausses ambassades. La Cour des comptes a déjà conclu le rapport selon lequel la Generalitat a dépensé depuis 2011 un total de 416,8 millions d'euros par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères. L'avis indique qu'une grande partie de cet argent a été affectée à un objectif illégal : promouvoir le processus de sédition à l'étranger. Rechercher des soutiens à l’étranger. 

Il s'agit d'un délit de détournement de fonds, qui peut se chiffrer à plusieurs millions, dont les anciens présidents Artur Mas et Carles Puigdemont devront répondre, ainsi que des hauts fonctionnaires du « Ministère des Affaires étrangères. » Toutefois, la Cour des comptes n'a pas été en mesure de retracer toutes les preuves de détournement, car l'exécutif actuel de Torra a caché des milliers de documents.

 

Par les instructions 1/2011 et 1/2013, la Generalitat a mis en place un système exhaustif selon lequel toutes ses unités administratives devaient soumettre aux membres du Gouvernement des rapports, des notes et des mémos périodiques sur leurs activités développées et prévues.

 

Par les instructions 1/2011 et 1/2013, la Generalitat a mis en place un système exhaustif selon lequel toutes ses unités administratives devaient soumettre aux membres du Gouvernement des rapports, des notes et des mémos périodiques sur leurs activités développées et prévues.

 

La Generalitat de Quim Torra n'a fourni à la Cour des comptes qu'une partie de cette documentation correspondant à la période allant de janvier 2011 à février 2016. L’explication donnée est qu'à cette date, tous ces rapports ont cessé d'être préparés.

 

Bien entendu, la Cour des comptes ne croit pas cette explication. D'autant plus que Torra lui cache les documents correspondant aux années 2016 et 2017, alors que pratiquement toute l'activité de l'Exécutif de l’autonomie était axée sur le processus de sédition avec l’Espagne.

 

L'organe de contrôle estime qu'au cours de la période considérée, entre 2011 et 2017, le Ministère des affaires étrangères a dû traiter plus de 10 000 rapports de gestion, mais la Generalitat ne lui en a fourni que 2795, ce qui lui cache plus de 7200 rapports de gestion et notes, afin d'effacer la preuve du crime de détournement de fonds.

 

Il en va de même pour les données comptables : la Generalitat cache à la Cour des comptes toutes les entrées pour 2011 et 2012, sous prétexte qu'elles n'ont pas été conservées en raison d'un changement dans le système informatique.

 

Malgré toutes ces limites, les conclusions du rapport de la Cour des comptes suggèrent que le crime de détournement de fonds peut atteindre plusieurs dizaines de millions d'euros. Juste quelques exemples. Depuis 2011, les présidents de la Generalitat ont effectué 40 voyages officiels à l'étranger, pour un montant total de 887 846 euros. Parmi ceux-ci, au moins 11 voyages étaient directement liés au processus d'indépendance (une dépense illégale de 363 439 euros).

 

En juin 2014, Artur Mas a effectué un voyage aux États-Unis (qui a coûté 75 613 euros), au cours duquel il a participé à plusieurs actes pour défendre le référendum illégal sur l'indépendance 9-N. La plupart de ces manifestations ont été organisées par la société ID, à laquelle le Diplocat (le consortium de "diplomatie publique" de la Generalitat) a versé 1,5 million d'euros pour contribuer à créer un climat d'opinion favorable à l'indépendance dans les institutions et médias internationaux.

 

Une fois de plus, Artur Mas a effectué un voyage de six jours aux Etats-Unis en avril 2015, avec une suite de 13 personnes, ce qui a coûté 107.891 euros. Dans ce cas également, presque tous les événements ont été axés sur la promotion du processus illégal de l'indépendance.

 

Son successeur, Carles Puigdemont, a effectué deux autres voyages aux États-Unis en 2017 dans le même but. La premier, en mars 2017, d'une durée de six jours. Accompagné d'une suite de neuf personnes : il a coûté 81´061 euros. Puigdemont a récidivé, un mois plus tard, avec neuf convives. Soit une dépense, sur le dos du contribuable, de plus de 100´000 euros. L’un de ses objectifs étant alors de rencontrer l'ancien président Jimmy Carter pour tenter de le convaincre que sa fondation, le Centre Carter, participerait à l'organisation du référendum illégal 1-O. Carter a refusé. Auparavant, en 2016, Puigdemont avait effectué plusieurs voyages officiels en Flandre (17´429 euros), à Londres (16´897 euros), à Paris (22´000 euros) et à Bruxelles (7373 euros). Toujours, dans le but d'obtenir le soutien du processus illégal de l'indépendance.

 

Quant au ministre des Affaires étrangères Raül Romeva (aujourd'hui emprisonné), en 2016 et 2017, il a dépensé un total de 31´000 euros, sur le dos du contribuable, pour 16 voyages internationaux liés au processus séparatiste. Bien que Quim Torra ait dissimulé plus de 7 200 rapports, la Cour des comptes a réussi à accréditer d'autres articles millionnaires destinés aux mêmes fins illégales.

 

Le Diplocat a dépensé 105´833 euros publics pour des rapports, commandés à des experts présumés, sur le processus d'indépendance. 

 

Ces avis portent des titres tels que "La Catalogne : un État jusqu'en 1714", "Introduction au processus d'autodétermination en Catalogne : pourquoi les Catalans veulent-ils organiser un référendum sur leur avenir", "La Catalogne va-t-elle vers l'indépendance", "La situation difficile de la Catalogne en Espagne", "300 ans après la perte des libertés institutionnelles : la question de l'indépendance en Catalogne", "45 exemples des dix dernières années en Catalogne".

Les commentaires sont fermés.