08/05/2019

La propagande séparatiste catalane s’invite au 33ème Salon du Livre à Genève...

71592127-8320-4C06-9F64-7D5C19CE84FB.jpegDu 1er au 5 mai dernier, s’est tenu le renommé et internationalement connu Salon du Livre. Sous prétexte de nous faire découvrir la belle Barcelona - catégorie : rencontre, lieu: pavillon du voyage - qui, il est vrai, est enchanteresse, le Centre català lausana ginebra, sis à la rue de Genève 91, à Lausanne en a profité pour répéter la propagande séparatiste. Le centre qui célèbre son cinquantième anniversaire, il est important de le souligner, ne représente plus l’autonomie catalane depuis belle lurette.

Tellement il s’est politisé. On connaît la rengaine. Vous n’êtes pas d’accord avec les séparatistes... on vous met automatiquement sur le banc des « traîtres » et on vous traite de « facha » pour fascisme.

A87D7CCC-7EAF-48C2-B13E-E32F05B9CAEA.jpegCes gens qui prétendent s’inspirer de la Suisse comme pays du référendum ont, en réalité, une notion de la démocratie à géométrie variable. Au point, où plus un Catalan non séparatiste - on parle tout de même de la majorité sociale, ils étaient plus de 61% à s’exprimer lors des législatives, dimanche 28 avril 2019 - ne se reconnaît dans la radicalisation du discours séparatiste. Pourquoi j’emploie le terme séparatiste et non indépendantiste ? Parce que indépendantiste à une connotation positive. C’est l’élévation de soi vers l’indépendance et la responsabilité. Ce n’est pas le déni de l’autre ni la fracture sociale comme l’a fait l’appareil séparatiste catalan. Celui-ci s’appuyant sur un projet politique et criminel totalitaire. Basé sur la corruption, le mensonge, la manipulation des masses, en passant par la falsification des livres scolaires et j’en passe !

5A698B88-6CEE-4A26-84E7-B3BB9F44B07D.jpegPour enfoncer le clou, dimanche 5 mai, à 16:00, la « journaliste » Mireia Domènech i Bonet venait présenter son livre au profit de l’appareil séparatiste. Le C.-V. de Madame Domènech i Bonet, nous apprend qu’elle habite à Bodensee, en Allemagne. Qu’elle a une expérience de quinze ans en tant que conseillère en communication tant pour des entreprises que pour des institutions. Mais c’est en l’écoutant que l’on comprend qu’elle est plus propagandiste que journaliste au sens de la glorieuse Charte de déontologie de Münich qui dicte comme mission première la recherche de la vérité. Ce n’est de loin plus le cas pour cette pseudo journaliste qui ne l’est plus. Même si elle ressent le besoin de le rappeler au terme de la présentation de son livre propagande tant elle ne s’était pas préparée a rencontrer une opposition dans l’auditoire. A savoir la mienne. On a envie d’enquêter aux presses universitaires de Perpignan qui ont édité son pamphlet pour déceler la trace de financement de l’appareil séparatiste (Diplocat, Omnium Cultural, l’ANC ou encore là Generalitat sur le dos des contribuables catalans comme cela se fait depuis plus de vingt-cinq ans). 

370FDCEA-B9C9-4D2F-AD54-E415734F4F13.pngExplorons la réthorique. Elle est toujours la même, en ce qui concerne les séparatistes catalans.
Ainsi,  haut et fort que des « experts » de divers horizons ont participé. Elle en mentionne. Assez vaguement, mais elle en cite. Notamment, des gens de l’ONU, de Science Politique Paris, des personnalités du monde de la presse, de la culture et même de l’Université de Genève tel le professeur Nicolas Levrat. Celui-même qui selon, le rapport du Tribunal de Cuentas, a reçu 36000 euros pour établir une étude en leur faveur.  Ce besoin d’illusion de légitimité est nécessaire pour compenser la pauvreté de leurs arguments;

Ensuite, c’est l’intimidation. La pseudo journaliste sait que je la filme et que je l’enregistre alors - pas beau du tout pour un orateur face à son public - elle fait mine de me filmer aussi. Vient le chapitre récurrent : la fustigation de la méchante Espagne... trop jeune démocratie qui peine encore à évacuer son passé franquiste. Dans la volée, Domènech i Bonet nous parle de la fondation Francisco Franco et la statue du dictateur mort il y a quarante ans. Le tout serait subventionné par l’État... 

Elle piétine, au passage, le Parti Populaire (PP), la droite conservatrice, et se gargarise en taxant Vox d’extrême droite. J’y ai aussi droit. N’étant pas d’accord avec elle, je suis jugé d’appartenir à l’extreme droite moi aussi, comme la jeune formation Ciudadanos. Eh oui vous avez bien lu... Cs est d’extrême-droite. C’est filmé et enregistré. Cela en dit long, à la fois, sur la connaissance en la matière de Madame Domènech i Bonet. Surtout, sur sa crédibilité... Elle fait aussi le déni de la majorité sociale catalane opposée à toute sédition avec l’Espagne parce qu’elle se sent autant espagnole que catalane. Ce n’est pas un crime, jusqu’à nouvel avis. Cela ne justifie en tous cas pas de se faire traiter de fasciste. Finalement, elle reconnaît dans le discours qu’il existe des « unionistes ». C’est-à-dire des Catalans qui ne pensent pas comme elle. Ou plutôt... pas comme ceux qui la paient pour son opération de propagande.

Il est regrettable d’avoir ce triste spectacle au Salon du Livre. 

Et il est alarmant de constater que ni les autorités espagnoles ni les institutions catalanes n’aient encore pris la mesure de la gigantesque opération de diffamation qui se déploie à l’échelle mondiale contre eux. 

On notera que à peine arrivé sur les lieux, j’étais apostrophé et filmé.