06/04/2021

Le marché de la dernière demeure est encore méconnu sous nos latitudes

service corporation international,sci,marchés funéraires*Il y a près d’une quinzaine d’années, alors que je travaillais dans une grande banque de la place, un client, patron de pompes funèbres, avait répondu à mon collègue spécialiste des crédits qui semblait faire la fine bouche : « Cher Monsieur qui étudiez mon bilan, je peux vous assurer que demain j’aurais encore des clients. On ne peut pas en dire autant en ce qui vous concerne ! » Il avait raison. Pourtant, qui va investir dans le marché au combien rentable des services funéraires, à part les initiés ? **La mort fait partie intégrante de la vie. Et elle représente la dimension la plus démocratique de notre société. Nous sommes tous égaux face à elle et elle constitue bien la seule certitude de notre existence. A présent, dans une société occidentale et consumériste qui la cache il ne vient à l’idée de personne – ou presque – de dire à son banquier : « Monsieur le Banquier, j’aimerai investir sur le funéraire.»  Pourtant, c’est un marché comme un autre. Autrefois pris en charge en France par des acteurs publics et notamment la Société des Pompes funèbres générales au 19ème siècle, le secteur est libéralisé depuis 1993. C’est le cas dans la majorité ses pays développés. Si on y rencontre une multitude de petits et moyens acteurs privés avec un ancrage territorial fort, le marché tend à se concentrer autour d’acteurs nationaux majeurs tels que Funécap et OGF. Si en Suisse nous ne connaissons pas d’acteur majeur qui soit coté à la bourse, en Angleterre (Dignity), en Espagne (Funespana), en Australie (InvoCare) ou encore en Chine (Fu Shou Yuan International) des sociétés de pompes funèbres sont listées. Une fois de plus, c’est aux Etats-Unis où le marché est le plus rentable. Si on ose parler ainsi. Le cours boursier de l’entreprise Carriage Services s’est apprécié de 100 %, au cours de la dernière décennie. Les accidents boursiers de 2013 ; de 2015 ; de 2018 ou encore le krach pandémique n’ont pas altéré l’action.
867AC913-E51B-4F07-A43E-391C4F0F95E7.jpeg**La palme revient, à n’en pas douter, à Service Corporation International (SCI), ISIN : US8175651046, qui a vu son cours s’apprécier, sur la même période, de plus de 400 %. Le cours de l’action passant de 10 dollars à 53 dollars ! De quoi rivaliser avec les GAFAM (Google – Apple – Facebook – Amazon – Microsoft), avec l’intelligence artificielle ou tout autres domaine à forte croissance. Par ailleurs, l’histoire boursière est parsemée d’une grande quantité d’anges déchus tant dans les domaines liés à la haute technologie qu’aux modes. En effet, rien ne nous assure que Facebook sera encore leader demain. Ni qu’une nouvelle technologie ne viendra pas détrôner Apple. Pour ça, il suffit de constater le nombre d’entreprises high tech qui ont disparu depuis 1990. A contrario, l’intemporalité de la clientèle des décédés tranche avec l’éphémère des modes de consommation. Ce qui fait dire à François Normandin, chargé de cours, formateur et professionnel de recherche à HEC Montréal que les services funéraires sont une industrie vigoureuse. Comme pour tout secteur commercial, cette industrie traverse des phases de concentration et doit continuellement évoluer. Côté concentration, ’un des acteurs majeurs des rachats effectués ces dernières décennies tant aux Etats-Unis qu’en Europe – Suisse incluse – est Service Corporation International (SCI) qui a près de 20% du marché nord-américain. SCI a été fondée en 1962.  Depuis on siège, à Houston au Texas,  le géant emploie plus de 20'000 collaborateurs, pour un chiffre d’affaires de plus de 3,4 milliards de dollars et un résultat net de 456 millions de dollars.

service corporation international,sci,marchés funéraires**Côté adaptation, les mœurs évoluent. Les familles endeuillées préfèrent de plus en plus la crémation comme méthode de disposition des défunts. Le service funéraire commun au sens catholique romain n’est plus la norme. Ce qui pourrait laisser penser à une érosion des revenus. Hors, il n’en est rien. La cérémonie funéraire, à notre époque laïque et multiculturelle, s’est ouverte à la personnalisation. Et celle-ci a un prix. La journaliste Perianne Boring, dans son article « Death Of The Death Care Industry And Eternal Life Online » nous apprend qu’aux Etats-Unis une cérémonie qui pouvait coûter en moyenne 700 dollars en 1960 coûtera aujourd’hui entre 8000 et 10000 dollars. Soit une augmentation de 1300 % ! Des urnes et cercueils biodégradables à la numérisation du souvenir du défunt, les exigences de la clientèle augmentent.  Pour y faire face, les fusions et acquisitions sont de mise comme une grande souplesse. Le marché s’adapte. Il rencontre aussi ses défis et ses opportunités. De plus, il est caractérisé par une visibilité à court, à moyen et à long terme. Tout le monde ne peut pas en dire autant. 

*Éditorial du journal en ligne Wealth Gram, avril 2021, auteur François Meylan

** Photos prises à Barcelone, auteur François Meylan 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.