30/11/2021

Renault : la Mégane survivra mais en mode électrique

4AC697E6-C43C-4C6A-A7B9-CD4E1F566C90.jpegL’entreprise Renault a 122 ans. Il s’agit du quatrième constructeur automobile mondial. L’Alliance conclue jadis avec la japonais Nissan ne porte pas ses fruits. Renaultpeine déjà à générer des marges suffisantes et Nissan ne lui apporte que des pertes. Le groupe a été chahuté par deux années de flottement dans sa gouvernance. La Covid-19 n’a fait que d’exacerber des difficultés déjà existantes avant la crise. Depuis 10 mois, le groupe s’est repris en mains. D’une stratégie de masse à très faibles marges et focalisée sur l’Asie, Renault va réduire sa production maismonter en gammes. La classique Mégane va survivre mais en mode électrique. La Renault Alpine reste présente en Formule 1. Avec toute la visibilité que cela comporte d’avoir une écurie. Les sites de productions sont revisités et quelques 15'000 employés vont être requalifiés. Le plus significatif est l’arrivée à la tête de la société de Luca de Meo. Il a déjà contribué à redresser Fiat. On lui doit la remise à jour de la légendaire Fiat 500. Ce fut un succès. Il compte faire de même avec la Renault 5. Vingt-quatre nouveaux modèles vont sortir d’ici 2025. L’objectif est l’électrisation de tout le parc d’ici 2030. Luca de Meo est également adepte de l’économie circulaire et considère que « L’âme des constructeurs automobiles est dans les racines. » Surtout, il a compris que la voiture s’est foncièrement transformée. La connectivité est devenue incontournable. La voiture ne sera plus une carrosserie équipée d’électronique mais une boîte high tech sur des roues… et encore. Pour cela des partenariats sont conclus avec Atel ; Dassault Systèmes et d’autres. Spécialiste. On y ajoute le recrutement, il y à cinq mois, de Luc Juliacomme directeur scientifique. Julia vient de la Silicon Valley, en Californie, où il a créé l’application SIRI et de Samsung.Le redressement ou plutôt la réorientation de la marque au losange est à suivre.

Les commentaires sont fermés.