11/03/2022

Palantir et la recherche de la rentabilité

E52C5744-541D-4978-8253-10E649D56BCB.jpeg« L’intelligence économique (...) marquera les 25 prochaines années comme le marketing a marqué les 25 dernières. »
Alain Juillet, ex-responsable de la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE)

C’est très bien résumé. Jadis, tout le défi du Renseignement sécuritaire résidait en la difficulté d’acquérir l’information. Aujourd’hui, la difficulté est de la traiter. On a jamais eu accès à autant d’informations sur tout et sur rien. Des plateformes comme Google et Facebook en vivent. Elles commercialisent le big data. Nos habitudes de consommation et notre comportement sont scrutés en permanence. Ces données sont analysées et sont vendues à des fins de marketing aux plus offrants. Imaginons que toutes ces données puissent aider des Etats ; les services de sécurité; les ONG et les entreprises privées à lutter contre la criminalité ; à anticiper des actions terroristes ou à prendre les bonnes décisions quant à l’affectation des ressources. C’est dans cette constellation
qu’intervient la firme américaine de Denver Palantir Technologies. Elle commercialise des logiciels d’analyses et d’exploitations du big data. On crédite, entre autres, à Palantir qui fut fondée en 2003 avec le concours de la CIA la traque et la capture d’Oussama Ben Laden. Seulement voilà, la firme qui a comme clients de multiple acteurs de la Défense américaine et Crédit Suisse ; JP Morgan Chase ; Airbus ; Fiat-Chrysler ; Ferrari ; Axel Springer ; Sanofi ou encore la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) peine à être rentable. Pourtant, Palantir ne cesse d'augmenter, année après année, le nombre de ses clients et son chiffre d’affaires. Chaque contrat porte sur une durée minimale de trois ans et pèse plusieurs millions de dollars. La majorité des clients renouvellent. Palantir Technologies a renouvelé au mois de février 2019 avec le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) un partenariat pour cinq ans pour rationaliser l’acheminement de l’assistance alimentaire ou financière lors des opérations de secours et d’urgence. Mais la rentabilité doit encore être trouvée dans un domaine incontournable mais très énergivore en terme de ressources. Le cours de l’action est à 10.96 dollars. Morningstar estime sa juste valeur à 31 dollars. Le consensus des analystes (10) est plus prudent avec un objectif de cours à 17.11 dollars. A suivre...

 

Les commentaires sont fermés.