04/09/2015

l'EI ou le miroir de notre mal-être !

daech.jpgAvant, nous avions les séries TV comme « Dallas » et « Dynastie ». Puis, on nous a servi et on en a redemandé les émissions de real TV telles que « Loft Story » ou la « Star Ac ». Nous sommes tous des voyeurs. Et les criminels de l’Etat islamique (EI) – au demeurant une organisation criminelle de droit commun - le savent et ils l’exploitent. Ils renouent, à chaque fois, d’ingéniosité morbide pour nous servir un nouvel épisode des plus sordides.

Ils n’ont pas même à faire la promo de leurs courts métrages. Les médias occidentaux, globalement, dégénérés et décadents s’en chargent. Tout doit être fait pour provoquer encore plus de peur et de sidération. Ça c’est pour notre complicité de consommateurs occidentaux. L’autre aspect du miroir que nous impose Deaech – l’EI en arabe – est notre dépendance volontaire avec le bourreau.

Un litre d’essence sur quatre que nous consommons à la pompe nous le payons à l’Arabie Saoudite. La monarchie abritant le berceau d’une secte rigoriste, d’un autre temps, appelée wahhabisme. La suite de l’histoire on la connaît. A coups de pétro dollars, la secte est devenue majoritaire au sein de l’Islam. Non en nombre de croyants mais en visibilité et en violence. Ce n’est pas moins septante pour cent des mosquées de Casablanca, au Maroc, qui sont financées par les fanatiques de Ryad. Plus près de nous, la grande mosquée de Genève a régulièrement défrayé la polémique.

Ne manquons-nous pas de cohérence ? Nous nous indignons devant les atrocités perpétrées par l’EI et nous commerçons allègrement avec le Royaume saoudien qui a procédé à cent deux exécutions capitales rien qu’au cours du premier semestre de cette année contre 90 pour tout 2014. Comme le précise Amnesty, il s’agit de décapitations au sabre – souvent on ne sait pas même pourquoi. Sur des places publiques, les cadavres comme les têtes tranchées sont habilement exposés !

L’autre grand financier de l’horreur n’est autre que le Qatar. Mais voilà, le Qatar est devenu un partenaire commercial qu’il s’agit de soigner. Pour une Europe en faillite financière, on ne va pas mordre la main de l’émirat même si les attentats du 11 septembre 2011 en portaient déjà son odeur, entre autre. Notre faiblesse est mise à nu. Trop d’intellectuels et de biens pensants noient tentent encore de noyer le poisson. Appelons un chat un chat. Oui il y a le feu dans la maison Islam. Oui ce sont les Musulmans eux-mêmes qui en paient le plus lourd tribut et tous les jours qu’Allah fait. Mais il n’y a pas qu’eux.

Pour le philosophe et essayiste Pascal Bruckner, récemment interviewé par « Marianne » : « Il faut considérer que le dogme religieux est confronté à une modernité dans laquelle il se sent à la fois exclu et diminué. L’islam réagit alors par un raidissement doctrinaire jusqu’au meurtre de masse. Peut-être faut-il regarder ce qui arrive au monde musulman à la lumière de ce qui s’est passé dans le christianisme, après la Renaissance. Quatre siècles ont été nécessaires pour qu’après de sanglants affrontements les humanistes, la Réforme et les idées des Lumières l’emportent sur la barbarie. »

Plus pragmatiquement, nous récoltons les premiers effets non souhaités du choix que nous avons fait pour un monde sur lequel nous avons installé un autre califat. Celui du capital. Ce dernier déshumanise l’humain. Avec toute sa brutalité, il le réduit à l’instrumentalisation. L’humain consomme et est consommé à son tour. En vide de sens et de culture, nous sommes plongés dans le petit écran du smartphone. Dans un monde où les réseaux sociaux atténuent gravement la responsabilité individuelle, tout en nourrissant la lâcheté. Cela Daech l’a aussi compris.

Tel le démon, il attise le feu : « Faites ce qu’il vous plait mais surtout soyez le plus extravagants possible. » Cela veut dire le plus macabre et pensez avant toute chose à l’image. Pour combler un vide intellectuel évident on nous abreuve d’images. L’image a bel et bien sublimé en piétinent la raison, la réflexion et le coeur.

Peut-être bien que l’un des chemins les plus vertueux pour circonscrire le mal serait d’encourager la responsabilité individuelle et de promouvoir des images dignes de sens et de dignité.

Daech nous a bel et bien déclaré une guerre de l’image. Et tous masochistes que nous sommes nous en redemandons. L'EI va encore nous pousser dans nos derniers retranchements tant que nous ne réagirons pas en tapant du poing sur la table.

Ces bandits se jouent de notre lâcheté et de notre irresponsabilité.

A méditer…

02/09/2015

Le courage en politique !

Winston_Churchill_cph_3a49758.jpgQui était Winston Churchill ?

Cet ami de la Suisse, l’indomptable Britannique – comme l’appelait récemment « Le Point », aurait-il sa place aujourd’hui ? Certainement que oui et plus que jamais à une époque où le peuple est en manque de leader.

Alors pour résumer la bête politique qui pour beaucoup restera l’homme politique du siècle dernier, donnons seulement quelques anecdotes.

« Certains changent de principes pour l’amour de leur parti. Moi, je change de parti pour l’amour de mes principes. » Parce que le Premier ministre en a effectué des changements de parti, au minimum quatre. Il a quitté une position confortable pour s’installer dans l’opposition. Confortable, finalement pas tant que cela… un confort apparent mais qui le mettait à mal avec son courage et ses principes. À un moment donné, il a même créé son propre parti.

Il cumula les postes de sous-secrétaire d’Etat aux Colonies à Premier ministre (plusieurs fois), en passant par lord de l’Amirauté (aussi plusieurs fois) à chancelier de l’Echiquier. Comme tout leader et bâtisseur, il avait une composante artistique marquée. Entre autres, il obtint en 1953 le prix Nobel de littérature et s’adonna à la peinture, jusqu’au crépuscule de sa vie. Ce qui ne l’empêcha pas de faire une dépression et de se retourner à la case départ de ses ambitions politiques, lors du passage de la quarantaine.

On doit également à Winston Churchill : « Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre. »

Franc-maçon, Churchill a connu les joies et les déconvenues les plus diverses. Il n’a été épargné ni par les élections, les honneurs ni par le fait d’avoir été non réélu ou même congédié.

Officier militaire, il s’est révélé être, plus d’une fois, un vrai fauve de guerre. Mais il est toujours resté Winston Churchill fidèle à ses valeurs et à ses principes.

En véritable dynamo, le Premier ministre s’exclamait : « J’aime qu’il se passe quelque chose, et s’il ne se passe rien, je fais en sorte qu’il se passe quelque chose. »

Mais quels étaient ses moteurs ? Comme pour beaucoup, on soulignera un sentiment d’injustice très fort. Une fracture irréparable subie par la non reconnaissance de son père… Certains parleront même de non amour. Mais cela ne suffit pas à expliquer ni à comprendre sa bravoure. Une composante extrêmement puissante n’est autre que sa foi inébranlable en lui. Le tout couplé d’un libre arbitre entre le bien et le mal demeuré conquérant. Ce malgré toutes les tentations et les perversions auxquelles on est confrontés ici-bas. Comme d’autres, il a aussi été heurté par la politique politicienne et les calculs électoralistes d’un vrai monde de putes... qu'est celui de la politique.

La guerre ou plutôt les guerres qu’il a conduites et traversées l’ont probablement aidé à se maintenir au-dessus de la mêlée. À rester digne et à se concentrer sur des combats nobles.

Pendant cinq années, dix-huit heures par jour, 365 jours par an, ce chef de guerre va mener sa nation à travers les tourments et les horreurs d’une guerre sur trois continents.

Il aura aussi à lutter contre les indolences, les procrastinations du temps de paix, les intrigues, les menaces et même les trahisons… mais Winston Churchill est toujours resté Winston Churchill.

01/09/2015

Conflits d'intérêts multiples dans la santé

FullSizeRender (2).jpg

"L'instrumentalisation de professionnels par des études dites indépendantes est d'autant plus efficace si eux-mêmes n'en sont pas conscients"*

Dr Rainer Kaelin**

François Meylan

Nous notons, avec l'avènement des réseaux sociaux, un trend versRainer Kaelin.jpg plus de transparence. Aux Etats-Unis, depuis le 30 septembre 2014, les patients peuvent savoir si leur médecin a reçu des avantages de la part des fabricants de médicaments. Dans notre pays, cela devrait enfin entrer en vigueur en 2016. Mais la participation des pharmas ne sera que volontaire. Comme pour le financement des partis politiques totalement opaque en Suisse, qui sont pourtant des faiseurs d'opinions, un effort sérieux de transparence est indispensable à la survie de notre système. L'avenir de notre démocratie est en question. Nous ne saurions préserver la libre concurrence, la liberté d'entreprendre et la liberté de contracté sans la foi et la confiance dans nos institutions.

Le public perçoit les conflits d'intérêts des politiciens, lorsque ceux-ci défendent manifestement l'avantage particulier de leur prochaine réélection ou des lobbys  plutôt que le bien commun. Malheureusement, les conflits d'intérêts se cachent partout.

Au printemps 2013, le cardiologue Hiroaki Matsubara a dû démissionner de son poste universitaire à Kyoto, car il avait faussé les essais concernant une indication secondaire d'un médicament de Novartis. L'étude avait été utilisée pour la prolongation de vie du brevet, arrivé à échéance.

L'enquête mit à jour 34 falsifications. Le but de la supercherie était de "prouver" que le médicament Diovan de la firme bâloise était supérieur aux autres médicaments préventifs contre les accidents vasculaires cérébraux.

La faute du chercheur détourne l'attention de l'énorme pression qu'exercent les firmes sur la corporation médicale en général.

Nous retrouvons les mêmes conflits d'intérêts avec l'industrie du tabac. A ce titre, la convention-cadre sur la prévention du tabagisme de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) exhorte les Etats et les sociétés civiles à tenir compte des multinationales à l'origine du problème, qui sabotent les efforts pour le réduire. Les organisations de santé gagneraient en crédibilité par une position commune parfaitement transparente sur les intérêts des cigarettiers dans ce marché.

Et les médias seraient bien inspirés de servir la transparence par une communication complète des enjeux. Autrement, ils se feront, par naïveté ou méconnaissance de la matière, complices d'efficaces actions de promotion pour une industrie dont l'intérêt général n'a jamais été une considération.

 

*Extraits de l'article publié le mercredi 4 décembre 2013, dans les lignes économiques de Forum, sous la rubrique "Les invités", Le Temps.

L'intégralité de l'article disponible sur demande.

**Pneumologue et médecine interne, ancien vice-président de la Ligue pulmonaire suisse, membre du groupe tabac de la Société suisse de pneumologie.

Remarque : les jours suivants, cet article a été couvert largement par une émission sur les ondes de Radio Cité Genève.