12/08/2016

OUI à une économie durable !

iStock_000016015539XSmall[1].jpgNotre pays doit faire un choix non seulement économique mais aussi de société. C'est simple. Soit on poursuit notre fuite en avant, tête baissée, dans une situation d'équilibre précaire. Autant dire jouer la montre. Ou on devient responsable et lucide même si c'est douloureux. Cas échéant, on ancre dans le marbre de la Constitution quelques principes élémentaires en matière environnementale. Et même avec ça tout restera encore à faire.

Faut-il le rappeler ? Notre économie ne montre plus de signes de croissance véritable.

Le 25 septembre prochain, nous voterons sur l’initiative populaire « Pour une économie durable et fondée sur une gestion efficiente des ressources ». Appelé aussi "Economie verte" le texte - léger et agréable à lire - a le mérite d’énoncer des principes fondamentaux. L'initiative déposée déjà à l’automne 2012 s’inscrit non seulement dans la dynamique de l’agenda international pour une économie verte voulu par le sommet "Rio+20" tenu sous l'égide de l'ONU sur le développement durable mais aussi dans la constellation d'une tendance lourde. Tout le monde parle de durabilité et d’efficience énergétique. Pour autant, ce n'est pas un phénomène de mode. C'est une réelle et profonde prise de conscience. Le train est bien là et il s’agit de le prendre.

Pour sa part, le Conseil fédéral l’a lui-même reconnu. Il a proposé une révision de la loi sur la protection de l'environnement comme contre-projet. Il aurait probablement pu éviter ainsi l’appel aux urnes de septembre prochain. Le contre-projet n’a pas passé la rampe du Parlement. Il faut le rappeler celui-ci sent le poids grandissant du lobby economiesuisse qui semble avoir tourné sa veste récemment. La faîtière appelait, il y a peu, à accueillir favorablement l'initiative.

De quoi s’agit-il exactement ? Nous consommons bien plus que ce que la planète Terre peut à la fois produire et supporter. Par exemple, à partir de ce mois d’août, nous vivons déjà à crédit. Aussi, l’objectif est d’ici l'année 2050 d’encourager une économie durable qui ne laisserait comme empreinte carbone « que » l’équivalent de ce que produire une seule Terre. C'est logique. Jusqu'à preuve du contraire, nous n'en avons qu'une.

Bien entendu pour nous Suisses le tout ramené à la taille de notre pays. Notons que d’autres sont encore bien plus ambitieux tels que la Finlande. Pour y arriver, nous devons remplacer l’économie du tout-jetable et nous orienter vers une économie dite circulaire. C’est-à-dire qui mise sur des produits durables et écologiques et qui revalorise les déchets.

Quel magnifique potentiel d'innovation et de création de nouveaux emplois !

Vision que rejoint l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) :

"Il s’agit d’une part de prendre des mesures pour permettre à nos entreprises de continuer à jouer la carte de l’innovation et proposer sur les marchés mondiaux des technologies d’avenir peu gourmandes en ressources, et, d’autre part, de rendre la consommation plus écologique."

Acte de foi et de bon sens qui pourtant vont être attaqués par certains milieux privilégiés par les affaires ou sur l’autel du dogme néo libéral : du minimum d’Etat et de réglementation.

Seulement voilà, la doctrine néolibérale  se résume à : « Après moi, le déluge. »

Et du déluge nous n’en voulons pas. Refuser d'inscrire ce changement de paradigme majeur et historique dans notre Constitution c'est comme vouloir revenir au paquet de Camel dans la poche de sa chemise à carreaux. C'est rester avec son poste TV noir et blanc et sans télécommande. On ne peut être raisonnable en acceptant que la partie du progrès qui nous arrange.

02/08/2016

Ne pas confondre libéralisme avec néo libéralisme qui est son contraire !

IMG_8430.JPG*Le mieux est souvent l'ennemi du bien. On peut résumer ainsi le corolaire existant entre le libéralisme et le néo libéralisme.
 
Si le terme « néolibéralisme », voire « ultralibéralisme », est un terme plutôt vague, son idéologie illustre une vision de l’économie des plus radicales. Celle qui oppose le capital à l’Etat. Ce qui veut dire que le capital est promut au-dessus de la collectivité. Il prime sur l’Etat nation et sur le bien commun. Pire, l’Etat est à combattre. Il est à affaiblir. Il coûte. Il empêche et il régule. Il est le dernier rempart à toutes sortes de libéralisations et de privatisations. Le plus ennuyeux encore est qu’il transcrit, généralement sous l’impulsion du législateur, la moralité dans le Droit. Le Droit avec un grand « D » qui devrait s’appliquer à tous.
 
Alors que dans la pensée libérale qui prend ses sources déjà dans l’Antiquité avec le philosophe Aristote, l’Etat est important. Il est même indispensable au développement du libéralisme. Parce que l’Etat est souvent arbitre. Pour le moins, il doit garantir la justice et la stabilité du vivre ensemble. Sans ces préalables, le libéralisme ne peut s’épanouir. Puisque humaniste qu’il est le libéral ne peut se développer et s’élever dans un univers de sauvagerie
et de brutalité. Dans lequel un marché sans foi ni loi encouragerait la réalité d’une « économie » Far-West. Dans laquelle le lent est mangé par le rapide et le petit est tué par le gros.
 
Pour nous faire avaler la pilule nauséabonde du néo libéralisme – néo comme nouveau enimage001 (1).png
 
grec – on réduit dans le discours la pensée libérale. Comme à la page 35 de son livre de
 
nature didactique et de bonne qualité « Comprendre l’économie politique », l’économiste suisse Philippe Paoly résume le libéralisme comme suit :
 
« L’individu prime sur la collectivité. L’individu est libre. Le libéralisme est lié à l’économie de marché. »
 
Ce qui est faux. L’épanouissement économique de l’individu est étroitement lié au destin du bien commun et du vivre ensemble. Aussi, l’individu ne supplante pas la collectivité. Une vérité est plutôt que l’interdépendance s’impose naturellement. L’individu est libre certes.
 
Mais sa liberté s’arrête où celle des autres commence. C’est un principe élémentaire de la pensée libérale qui on a trop tendance à l’oublier promeut avant toute chose la responsabilité individuelle.
 
Heureusement, le même auteur privilégie la moralité quand il nous parle d’Adam Smith – philosophe et économiste écossais des Lumières qui reste dans l’histoire comme le père des sciences économiques modernes. Son œuvre majeure « La Richesse des nations », publiée en 1776, demeure l’un des éléments fondateurs du libéralisme économique.
 
Philippe Paoly en résume qu’Adam Smith admet, dans la dernière partie de son ouvrage, qu’il doit y avoir des règles pour des raisons éthiques. Ces règles proviennent de la morale et du droit donc d’un Etat fort.
 
Les néo libéraux qui prétendent revisiter voir réformer le libéralisme occultent intentionnellement ou par ignorance cet d’aspect du philosophe écossais.
 
La survie du libéralisme et de là de notre système économique actuel qui reste le moins mauvais que notre civilisation ait connu passe certainement par l’énoncé du sociologue et philosophe français Edgard Morin, dans son ouvrage « Où vont les valeurs, 2004 ».
 
 « Aujourd’hui, le thème de terre patrie doit inclure les patries singulières et non par les détruire. La relation entre le genre humain et l’individu passe par le développement de la citoyenneté terrestre. Le citoyen est celui qui se sent responsable et solidaire. »
 
 
*Texte écrit pour Orbis Terrae, sous le titre "Le néo libéralisme est l'ennemi du libéralisme".

14/01/2016

Terrorisme - Préparons-nous au pire !

12369147_923240661091548_8544780385606984538_n.jpgEn Suisse, à l'époque encore récente de l'Armée 61, le dicton : "Si tu veux la paix, prépare la guerre" était non seulement populaire mais qualifié de patriotique. Aujourd'hui, le prononcer vous expose à vous faire taxer de facho. Certes, principalement par un pseudo courant de pensée "gauche-bobo" se trouvant plus dans l'apparence que dans l'être.
Quoi qu'il en soit, le juge français Trévidic a probablement raison. Nous devons nous attendre au pire, en matière de terreur. Comme technicien, éprouvé, reconnu et renommé, il le martèle depuis des années. Et dans l'Hexagone voisin ce n'est pas, dans l'immédiat, le Front National (FN) le péril de la nation mais bien ce terrorisme lâche, gratuit et diffus qui a pris l'islam en otage.
On ne le répétera jamais assez. Le terrorisme est une industrie. Il utilise souvent les mêmes réseaux et filières que le grand banditisme. Les individus qui en vivent ne sont pas ceux qui se sont faits exploser au Bataclan ni ceux qui ont détourné les avions à New York.
Lancer des avions de civils contre des immeubles remplis d'autres civils est assez symbolique et assez symptomatique de la période que l'on vit. Celle du capitalisme sauvage et du consumérisme névrotique. Une part de la population assouvi ses névroses diverses - jusqu'au voyeurisme - au détriment de l'autre part qui est alliénée, pour des raisons économiques. Comme pour le crime organisé, les valeurs morales cardinales ont disparues sur l'autel du marketing et de la chose. On peut alors parler du Mal. De l'intelligence sans amour.
Dans cette logique, les attentats du mardi 11 septembre 2001 risquent d'être un record du sensationnalisme de la terreur à battre. Du moins, à égaler. L'organisation terroriste / criminelle que nos médias simplificateurs et paresseux de la pensée unique nomment l'État Islamique (EI) en a les moyens. Responsabilité peut être attribuée à nos politiques de droite comme de gauche qui demeurent si bienveillants fasse à la manne de pétrodollars qui se déversent régulièrement dans nos capitales européennes. L'argent n'a pas d'odeur. Ces mécènes si "généreux", qu'ils soient saoudiens, qataris, algériens, marocains, égyptiens, soudanais, pakistanais ou londoniens manifestent les mêmes largesses au profit des islamistes auto-proclamés - dans le but de s'acheter une bonne conduite "pieuse" et d'être épargnés - qu'auprès de nos clubs de foot, fondations, collectivités, sociétés actives dans le luxe et de notre sytème financier malade de la gangrène.
Un autre échec cuisant de l'Occident est d'avoir démissionné dans sa lutte contre les criminels - les leaders de l'EI sont des repris de justice et des criminels de droit commun dans leur pays d'origine - qu'il a lui-même armé et financé. Il a laissé la place au "dictateur sanglant" Vladimir Poutine qui s'inscrit alors comme sauveur de la chrétienté et de nos valeurs occidentales ! Quelle mascarade ! Force est de reconnaître que l'armée "impériale" poutinienne obtient des résultats. Au prix d'exactions humaines dont nous n'allons pas tarder à découvrir l'ampleur. Les Russes ne font pas dand la dentelle. Distinction n'est pas faite entre les "rebelles" terroristes et ceux que nos élus occidentaux cataloguent de modérés ou même de fréquentables. Qui a tort ? Nous avons décidément perdu le contrôle du monstre ou plutôt des monstres.
Et nous aurions tort de nous assoir sur le vaillant combat au sol des armées kurdes de Syrie et d'Irak. Parce que les Kurdes, à juste raison, roulent à présent pour eux. Comment peuvent-ils faire encore confiance aux diplomaties occidentales qui les ont si souvent lâchées, déjà depuis les accords de Lausanne de 1930, avec la Turquie moderne ? Que pensez de cette dernière ? Les islamistes corrompue au pouvoir à Ankara achètent sous cape leur pétrole à l'EI. Ils commercent aisément toutes quantités de choses du cotons, des armes, des devises. Parce qu'on l'oublie mais ceux qui vivent et s'enrichissent du "terrorisme" le font grâce à des zones de non droit - Syrie, Irak, Libye, une partie du Liban et les territoires palestiniens occupés. Aussi en utilisant nos réseaux financiers et commerciaux.
Pour ça, il faut encore une doctrine et une pensée unique dominante. Elle doit être dualiste. Elle doit offrir une raison d'être. Le bien contre le mal ou une religion contre une autre. Un climat infra guerrier est nécessaire pour embrigader, recruter et rendre légitime tout les crimes de droits communs tels que le rapt, le chantage, le vol, le meurtre etc et etc. Le tout étant validé par la "noble cause". Ce que d'autres appellent la Raison d'État. Bref, tout ce qui permet de vivre sans devoir aller au bureau, à la mine ou sur un chantier. Que l'on ne s'y méprenne guère. Nous n'avons pas à faire à des travailleurs. À l'ère de la toute puissance de la communication, nous nous rendons complices du crime en utilisant les mêmes chemins que depuis septembre 2001. En restant prisonnier de l'image du méchant "djihadiste-islamiste" qui veut s'en prendre au mode de vie d'Occidental décadent, comme par simple vue de l'esprit. Rien n'est gratuit. La terreur permet de financer d'autres activités. La réalité est plus complexe. Les Saoudiens sont à l'origine de la doctrine belliqueuse ayant servi de moteur aux assassins de Paris mais les politiques et industriels français vendent pourtant des avions de combat au Royaume. Ce dernier les utilise alors contre son petit et isolé voisin le Yémen. Autre guerre sale qui permet d'enrichir et de gagner du temps contre l'irréversible faillite des Saoud. Les acteurs sont nombreux. Les intérêts le sont aussi. Bien entendu, nous arriverons à bout de la pieuvre. Toutefois, dans ses derniers retranchements, elle nous frappera encore de plus en plus fort. Elle est perverse et hautement narcissique. Et au final, si nous continuons à fonctionner de la même manière que depuis la chute des tours, elle sera remplacée par une autre pieuvre.