12/08/2016

OUI à une économie durable !

iStock_000016015539XSmall[1].jpgNotre pays doit faire un choix non seulement économique mais aussi de société. C'est simple. Soit on poursuit notre fuite en avant, tête baissée, dans une situation d'équilibre précaire. Autant dire jouer la montre. Ou on devient responsable et lucide même si c'est douloureux. Cas échéant, on ancre dans le marbre de la Constitution quelques principes élémentaires en matière environnementale. Et même avec ça tout restera encore à faire.

Faut-il le rappeler ? Notre économie ne montre plus de signes de croissance véritable.

Le 25 septembre prochain, nous voterons sur l’initiative populaire « Pour une économie durable et fondée sur une gestion efficiente des ressources ». Appelé aussi "Economie verte" le texte - léger et agréable à lire - a le mérite d’énoncer des principes fondamentaux. L'initiative déposée déjà à l’automne 2012 s’inscrit non seulement dans la dynamique de l’agenda international pour une économie verte voulu par le sommet "Rio+20" tenu sous l'égide de l'ONU sur le développement durable mais aussi dans la constellation d'une tendance lourde. Tout le monde parle de durabilité et d’efficience énergétique. Pour autant, ce n'est pas un phénomène de mode. C'est une réelle et profonde prise de conscience. Le train est bien là et il s’agit de le prendre.

Pour sa part, le Conseil fédéral l’a lui-même reconnu. Il a proposé une révision de la loi sur la protection de l'environnement comme contre-projet. Il aurait probablement pu éviter ainsi l’appel aux urnes de septembre prochain. Le contre-projet n’a pas passé la rampe du Parlement. Il faut le rappeler celui-ci sent le poids grandissant du lobby economiesuisse qui semble avoir tourné sa veste récemment. La faîtière appelait, il y a peu, à accueillir favorablement l'initiative.

De quoi s’agit-il exactement ? Nous consommons bien plus que ce que la planète Terre peut à la fois produire et supporter. Par exemple, à partir de ce mois d’août, nous vivons déjà à crédit. Aussi, l’objectif est d’ici l'année 2050 d’encourager une économie durable qui ne laisserait comme empreinte carbone « que » l’équivalent de ce que produire une seule Terre. C'est logique. Jusqu'à preuve du contraire, nous n'en avons qu'une.

Bien entendu pour nous Suisses le tout ramené à la taille de notre pays. Notons que d’autres sont encore bien plus ambitieux tels que la Finlande. Pour y arriver, nous devons remplacer l’économie du tout-jetable et nous orienter vers une économie dite circulaire. C’est-à-dire qui mise sur des produits durables et écologiques et qui revalorise les déchets.

Quel magnifique potentiel d'innovation et de création de nouveaux emplois !

Vision que rejoint l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) :

"Il s’agit d’une part de prendre des mesures pour permettre à nos entreprises de continuer à jouer la carte de l’innovation et proposer sur les marchés mondiaux des technologies d’avenir peu gourmandes en ressources, et, d’autre part, de rendre la consommation plus écologique."

Acte de foi et de bon sens qui pourtant vont être attaqués par certains milieux privilégiés par les affaires ou sur l’autel du dogme néo libéral : du minimum d’Etat et de réglementation.

Seulement voilà, la doctrine néolibérale  se résume à : « Après moi, le déluge. »

Et du déluge nous n’en voulons pas. Refuser d'inscrire ce changement de paradigme majeur et historique dans notre Constitution c'est comme vouloir revenir au paquet de Camel dans la poche de sa chemise à carreaux. C'est rester avec son poste TV noir et blanc et sans télécommande. On ne peut être raisonnable en acceptant que la partie du progrès qui nous arrange.

14/01/2016

Terrorisme - Préparons-nous au pire !

12369147_923240661091548_8544780385606984538_n.jpgEn Suisse, à l'époque encore récente de l'Armée 61, le dicton : "Si tu veux la paix, prépare la guerre" était non seulement populaire mais qualifié de patriotique. Aujourd'hui, le prononcer vous expose à vous faire taxer de facho. Certes, principalement par un pseudo courant de pensée "gauche-bobo" se trouvant plus dans l'apparence que dans l'être.
Quoi qu'il en soit, le juge français Trévidic a probablement raison. Nous devons nous attendre au pire, en matière de terreur. Comme technicien, éprouvé, reconnu et renommé, il le martèle depuis des années. Et dans l'Hexagone voisin ce n'est pas, dans l'immédiat, le Front National (FN) le péril de la nation mais bien ce terrorisme lâche, gratuit et diffus qui a pris l'islam en otage.
On ne le répétera jamais assez. Le terrorisme est une industrie. Il utilise souvent les mêmes réseaux et filières que le grand banditisme. Les individus qui en vivent ne sont pas ceux qui se sont faits exploser au Bataclan ni ceux qui ont détourné les avions à New York.
Lancer des avions de civils contre des immeubles remplis d'autres civils est assez symbolique et assez symptomatique de la période que l'on vit. Celle du capitalisme sauvage et du consumérisme névrotique. Une part de la population assouvi ses névroses diverses - jusqu'au voyeurisme - au détriment de l'autre part qui est alliénée, pour des raisons économiques. Comme pour le crime organisé, les valeurs morales cardinales ont disparues sur l'autel du marketing et de la chose. On peut alors parler du Mal. De l'intelligence sans amour.
Dans cette logique, les attentats du mardi 11 septembre 2001 risquent d'être un record du sensationnalisme de la terreur à battre. Du moins, à égaler. L'organisation terroriste / criminelle que nos médias simplificateurs et paresseux de la pensée unique nomment l'État Islamique (EI) en a les moyens. Responsabilité peut être attribuée à nos politiques de droite comme de gauche qui demeurent si bienveillants fasse à la manne de pétrodollars qui se déversent régulièrement dans nos capitales européennes. L'argent n'a pas d'odeur. Ces mécènes si "généreux", qu'ils soient saoudiens, qataris, algériens, marocains, égyptiens, soudanais, pakistanais ou londoniens manifestent les mêmes largesses au profit des islamistes auto-proclamés - dans le but de s'acheter une bonne conduite "pieuse" et d'être épargnés - qu'auprès de nos clubs de foot, fondations, collectivités, sociétés actives dans le luxe et de notre sytème financier malade de la gangrène.
Un autre échec cuisant de l'Occident est d'avoir démissionné dans sa lutte contre les criminels - les leaders de l'EI sont des repris de justice et des criminels de droit commun dans leur pays d'origine - qu'il a lui-même armé et financé. Il a laissé la place au "dictateur sanglant" Vladimir Poutine qui s'inscrit alors comme sauveur de la chrétienté et de nos valeurs occidentales ! Quelle mascarade ! Force est de reconnaître que l'armée "impériale" poutinienne obtient des résultats. Au prix d'exactions humaines dont nous n'allons pas tarder à découvrir l'ampleur. Les Russes ne font pas dand la dentelle. Distinction n'est pas faite entre les "rebelles" terroristes et ceux que nos élus occidentaux cataloguent de modérés ou même de fréquentables. Qui a tort ? Nous avons décidément perdu le contrôle du monstre ou plutôt des monstres.
Et nous aurions tort de nous assoir sur le vaillant combat au sol des armées kurdes de Syrie et d'Irak. Parce que les Kurdes, à juste raison, roulent à présent pour eux. Comment peuvent-ils faire encore confiance aux diplomaties occidentales qui les ont si souvent lâchées, déjà depuis les accords de Lausanne de 1930, avec la Turquie moderne ? Que pensez de cette dernière ? Les islamistes corrompue au pouvoir à Ankara achètent sous cape leur pétrole à l'EI. Ils commercent aisément toutes quantités de choses du cotons, des armes, des devises. Parce qu'on l'oublie mais ceux qui vivent et s'enrichissent du "terrorisme" le font grâce à des zones de non droit - Syrie, Irak, Libye, une partie du Liban et les territoires palestiniens occupés. Aussi en utilisant nos réseaux financiers et commerciaux.
Pour ça, il faut encore une doctrine et une pensée unique dominante. Elle doit être dualiste. Elle doit offrir une raison d'être. Le bien contre le mal ou une religion contre une autre. Un climat infra guerrier est nécessaire pour embrigader, recruter et rendre légitime tout les crimes de droits communs tels que le rapt, le chantage, le vol, le meurtre etc et etc. Le tout étant validé par la "noble cause". Ce que d'autres appellent la Raison d'État. Bref, tout ce qui permet de vivre sans devoir aller au bureau, à la mine ou sur un chantier. Que l'on ne s'y méprenne guère. Nous n'avons pas à faire à des travailleurs. À l'ère de la toute puissance de la communication, nous nous rendons complices du crime en utilisant les mêmes chemins que depuis septembre 2001. En restant prisonnier de l'image du méchant "djihadiste-islamiste" qui veut s'en prendre au mode de vie d'Occidental décadent, comme par simple vue de l'esprit. Rien n'est gratuit. La terreur permet de financer d'autres activités. La réalité est plus complexe. Les Saoudiens sont à l'origine de la doctrine belliqueuse ayant servi de moteur aux assassins de Paris mais les politiques et industriels français vendent pourtant des avions de combat au Royaume. Ce dernier les utilise alors contre son petit et isolé voisin le Yémen. Autre guerre sale qui permet d'enrichir et de gagner du temps contre l'irréversible faillite des Saoud. Les acteurs sont nombreux. Les intérêts le sont aussi. Bien entendu, nous arriverons à bout de la pieuvre. Toutefois, dans ses derniers retranchements, elle nous frappera encore de plus en plus fort. Elle est perverse et hautement narcissique. Et au final, si nous continuons à fonctionner de la même manière que depuis la chute des tours, elle sera remplacée par une autre pieuvre.

07/12/2015

L'exploitation actuelle d'UBER relève de la concurrence déloyale.

imagesXUK2FJDI.jpgEn marge de la manifestation de ce mercredi 9 décembre 2015, à la place de la Riponne, des chauffeurs de taxis lausannois, renforcés par leurs collègues genevois, il est utile de rappeler certains principes du libéralisme.
Le système "UBER" qui nourrit ses actionnaires outre atlantique en précarisant notre main-d'oeuvre locale est une expression de plus d'un capitalisme sauvage "ni foi, ni loi."

Il agit comme un parasite. En exploitant ce qui est à son profit exclusif. Ce n'est pas du libéralisme. Ce dernier postule pour l'élévation de l'individu, dans le goût de l'effort, de la remise en question et de la création de valeur.

Tout en restituant à son environnement une part substantielle du fruit de son travail. Parce qu'il n'y a pas de réussite durable en tout seul. On participe toutes et tous à un ensemble. Tout est question d'équilibre.

La stabilité et le niveau qualitatif de l'environnement - régulation gérée par un État fort et ultime garant du bien commun- sont indispensables à la fructueuse expression du libéralisme.

Pour en revenir à "UBER", l'organisation évolue, à armes inégales, sur le marché des taxis. Elle ne paie pas les charges sociales ni les impôts perçus auprès des compagnies de taxis traditionnelles.

Elle n'est pas soumise aux mêmes contraintes réglementaires - obtention du permis taxi, contrôle des heures de repos, collaboration prudentielle avec la police etc et etc.

Elle ne doit pas non plus se procurer une flotte de véhicules puisqu'elle emprunte une infrastructure déjà existence. La traçabilité, le professionnalisme et le collaboratif de ses chauffeurs avec l'autorité ne sont plus au rendez-vous et encore moins mesurables. 

Aussi, l'exploitation en sa forme actuelle d'UBER relève plus de la concurrence déloyale et de la cannibalisation du marché du travail sur l'autel de la maximisation des profits que d'une évolution économique durable.