25/08/2014

Les passeurs de la Vallée de Joux…

B.jpgNombreux sont les faits et les évènements de la seconde guerre mondiale qui ont affecté de près ou de loin notre pays la Suisse. Le décor exceptionnel de La Vallée de Joux fut le théâtre d’opérations d’une poignée de femmes et d’hommes qui prirent sur eux et leurs familles pour sauver des gens d’autres nationalités et d’autres confessions (juive en particulier) que tout semblait condamner à l’insoutenable extermination nazie.

Dès juin 1940, l’Armée allemande occupe toute la moitié Nord de la France, la côte atlantique jusqu’à la frontière avec l’Espagne comprise. La France « libre » de Pétin – soit le reste de l’hexagone et particulièrement le sud le restera encore deux ans.

A.pngL’une des principales frontières que nous avons alors avec cette France occupée est le Massif du Jura et tout particulièrement les 300 km qui comprennent les bois du Risoux. Les villages français les plus proches sont Chapelle-des-Bois et Mouthe. Il leur est imposé le stationnement de deux garnisons allemandes dont une unité de la Grenzschutz appuyée de soldats russes. Rappelons-le, à cette époque, les Russes de Staline sont des envahisseurs qui non sans avoir partagé la Pologne avec Hitler attaquent, entre autres, la Finlande.

Le Risoux sera alors et jusqu’en 1944 le théâtre des contrebandiers, des espions mais aussi des passeurs. Si l’emplacement de l’ambassade britannique à Lausanne explique les activités d’espionnages, ce sont des cœurs vaillants et des êtres d’exception – demeurés discrets et modestes – qui motivent les opérations des passeurs. Des Enfants de la Hille – colonie établie au pied des Pyrénées – aux familles juives, en passant par d’autres réfugiés menacés de déportation, les « passeurs » de la Vallée sauvèrent des vies.

Avec pudeur et refusant toute publicité, certains diront plus tard :

« Nous n’avons fait que notre devoir. »

Pourtant, les dénonciations ont été courantes, tant du côté suisse que du côté français. EnC.jpg décembre 1942, Georgette Meylan et un autre compatriote sont arrêtés dans la ferme de Sous-le-Risoux, à Chapelle des Bois (F).

Le 30 juillet 1943, Bernard Bouveret et Achille Griffon qui sont arrêtés par les douaniers lors de leur arrivée de notre côté de la frontière. Les douaniers du pays, à l’instar de nos autorités de l’époque, sont sans complaisance. L’atteinte à la neutralité suisse est un délit. Un contrebandier des Charbonnière sera même abattu.

Le 20 décembre suivant, Achille Griffon est arrêté par les gendarmes français – sévit alors la France de la collaboration. Remis aux Allemands parce qu’il était en possession d’une arme, il est déporté au camp concentration français de Struthof (Alsace).  Il ne reviendra qu'en 1945.

Le 17 janvier 1944, André Bochy, le fiancé de Georgette Meylan, est arrêté à son tour dans son moulin à Champagnole. De nationalité helvétique, il n’a pas été mobilisé; mais il s’est engagé dans la résistance. Déporté, il ne reviendra jamais !

Printemps 1944, c’est au tour de Bernard Bouveret d’être arrêté, à la suite de son père, la Gestapo les ayant confondus. Tous deux sont déportés au camp de Dachau, jusqu'à leur libération en avril 1945.

La guerre terminée, l’Europe libérée, il a fallu attendre la fin des années huitante pour que la contribution héroïque des passeurs soit reconnue. Parmi les anciens passeurs du Risoux, c’est la contribution d’Anne-Marie Im Hof-Piguet qui est reconnue en premier. Grâce surtout au témoignage des enfants Juifs rescapés de la Hille. S’y ajoute le travail de mémoire effectué par Yad Vashem, le mémorial de la Shoah.

« Cette reconnaissance sera, comme ailleurs dans le monde, d’abord internationale puis locale. Dès lors, la porte sera ouverte à la reconnaissance de ses compagnons de l’époque. Simultanément, notre pays reconnaîtra enfin, par la voix de son président Kaspar Villiger en 1995, avoir négligé son devoir d’assistance et d’accueil au profit d’une conception trop étroite de sa neutralité. La réhabilitation définitive des passeurs suisses, de Genève jusqu'à la Thurgovie, sera achevée par une commission parlementaire en 2011. »

http://www.lespasseursdememoire.ch/

les passeurs.pngPeut-être encore, le meilleur moyen de leur rendre hommage est de participer à la cérémonie officielle autour du monument des passeurs, samedi 13 septembre 2014, à 11 :00, sur la rade du Pont (VD). Ou encore prendre part à la prochaine et huitième marche « Rando des Paseurs » qui relie via deux parcours de 17 et respectivement 25 km la Vallée de Joux à Chapelle-des-Bois (F).

 

Ce dernier évènement qui a le mérite d’associer effort, nature et souvenir se déroule chaque année au mois de juin.

 

www.randodespasseurs.com