25/08/2013

Votons Non à l'initiative contre la sécurité le 22 septembre

Kreuzflyer_F.pngPour notre canton, le coup d'envoi de la campagne contre l'initiative du Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) a été donné jeudi matin à Lausanne. 

Le GSsA est un groupe de réflexions légitime et n'est de loin pas un adversaire de la démocratie mais un partenaire avec qui on va débattre.
En novembre 1989, on avait déjà voté sur son initiative pour la suppression de notre Armée. Le Groupe entendait également désarmer les corps de police, de gendarmerie et des gardes-frontière.
Leur initiative avait alors bénéficié d'un suffrage de 35%.
Aujourd'hui, dans le même état d'esprit que lors de l'Opération Minder et contre la Lex USA, nous allons faire campagne contre leur initiative qui si elle est acceptée affaiblirait irrémédiablement notre volonté et nos capacités de défense. Ce serait une forte atteinte à notre souveraineté.
A ce titre, les technocrates de la haute finance visent les mêmes objectifs.
A savoir, l'affaiblissement constant des institutions, des autorités et des politiques pour rendre le monde docile et négociable comme toute marchandise.
Faut-il le rappeler ? Les retraités de notre pays ont plébiscité l'initiative Minder parce qu'ils sont encore attachés au bon sens, au goût de l'effort, à l'équilibre et à la raison. Ils savent aussi encore apprécier nos conditions d'existence privilégiées et savent que rien n'est gratuit. Rappelons cet adage ancien comme le monde :

"Si tu veux la paix, prépare la guerre" 

Aujourd'hui, nous vivons une incertitude certaine. Un monde dans lequel tout peut évoluer très vite et dans le sens du pire. La grande majorité des pays qui nous entourent et qui ont abandonné leur système de milice le regrettent.

Récemment, les Britanniques ont entrepris une action t'intimidation - avec des moyens militaires - à l'endroit de l'Espagne au sujet de l'expansion du rocher de Gibraltar.

Les Etats-Unis, dans le cadre de la Lex USA, ont testé notre capacité de résistance. Il serait très dommageable à terme pour notre souveraineté de baisser la garde.

 

Une quantité de pays ont un grand besoin d'argent. Ils iront le chercher là où il n'y a pas de volonté de défense.

 

IMG_3511.JPGPour le district de Morges (VD), la campagne contre cette "initiative contre notre sécurité" porte le nom de              "Vy d'Etraz" - en latin, la Route de l'Etraz - cette route romaine qui traverse tout le district.

Elle a démarré ce samedi avec un stand au marché de la Coquette. Celui-ci étant tenu par le PLR Morges et renforcé par le PDC Morges Ville et des indépendants.

 

Dès lors, un grand merci à tous ces bénévoles qui vont s'investir jusqu'au 22 septembre au profit de notre souveraineté.

 

François Meylan

Responsable de campagne pour le District de Morges,

077 446 05 90

27/06/2013

Vers une Armée plus "light" mais efficace

photo (1).JPGLe Conseil fédéral a mis en consultation jusqu'au 17 octobre, sa proposition de réformes au sujet de la grande muette. Ainsi l'effectif doit passer de 180'000 à 100'000. Le texte prévoit également de réduire le nombre d'école de recrues de trois à deux par an. Sur ce point, on fait un retour à ce qui s'est longtemps traditionnellement fait soit l'Ecole de recrue (ER) d'hiver et celle d'été.

Une nouveauté très appréciée et appelée des veux de tous depuis longtemps est la réduction des cours de répétition. Ils dureront 13 jours au lieu des 20 actuellement.

Dans ce sens, chaque militaire devra en accomplir six, pour un total de 225 jours, au lieu de 260 aujourd'hui.

C'est une évolution réjouissante dans un pays de la taille du nôtre. On s'est souvent plaint qu'on courrait pour attendre à l'armée.

En réduisant la durée disponible pour accomplir un service de qualité et une satisfaction partagée, on adopte un rythme plus dynamique et on apprend à redéfinir les priorités.

Le concept de sécurité globale ne peut qu'en ressortir plus fort et plus ancré.

14/06/2012

La majorité sera-t-elle encore aux abstentionnistes ?

Ce jeudi 14 juin 2012, le quotidien « Le Temps » nous apprend que le taux de participation atteint à peine les 25 % pour l’élection du Conseil d’Etat genevois. Soit à quatre jours de l’échéance. Les abstentionnistes sont toujours plus nombreux. Pourtant, cette élection d’un niveau élevé met au défi des personnalités à la fois compétentes et hautes en couleurs. Par exemple, le PLR Pierre Maudet pour ne pas le nommer.  

Faut-il le rappeler ? La dernière complémentaire à la Municipalité de Morges n’a mobilisé que 29 % de l’électorat. Elle affrontait alors la gagnante Sylvie Podio (les Verts) à Alain Troger (PLR).

Mais quels sont les arguments en faveur des abstentionnistes ?

iStock_000016593641Small.jpgIl est souvent question de gens actifs qui déclarent ne pas avoir le temps d’aller voter. Ils pensent que cela ne sert pas à grand-chose. Ils disent également que cela soit pour un camp (la Droite) ou l’autre (la Gauche) cela ne changera rien au final. Avec raison, si on considère la paupérisation de la classe moyenne depuis une décennie. Quant au vote par correspondance, il faut aller chercher un timbre poste. Pour un pendulaire ou quelqu’un dont les horaires ne coïncident pas avec les heures d’ouvertures du bureau postal c’est ennuyeux. La Poste a supprimé les distributeurs d’empruntes d’affranchissements. Beaucoup également pensent que « tout va bien Madame la Marquise ». En regard avec ce qui se passe chez nos voisins européens, on ne saurait leur donner tort.

Que pouvons-nous faire ?

Elever la qualité et la densité du débat politique. Dans ce sens, les journalistes ont un rôle primordial. Encourager François Meylan à la Municipalité.jpgl’instruction civique à l’école. Equiper le vote par correspondance avec des enveloppes déjà affranchies. Le coût pour la collectivité n’en serait que minime.

Un élément clé est d’offrir le choix. Promouvoir de nouveaux candidats. D’autres profils armés de compétences complémentaires.

En augmentant le choix - de facto le nombre de candidats neufs, on augmente les chances d’accroître la base électorale. Chacun mobilisant son entourage et de nouveaux soutiens. A coup sûr, une quantité de gens qui n’iraient pas voter habituellement. A méditer…