21/05/2015

L'essence même du libérlaime est mis à mal par Monsanto !

IMG_4732.JPG*Tous les regards semblent se tourner sur Monsanto. Le 23 mai 2015, se tiendra la marche mondiale contre cette entreprise, mais également contre ses concurrents que sont le suisse Syngenta ou encore l’allemand Bayer. Ce n’est pas seulement contre les organismes génétiquement modifiés (OGM) que la rue gronde. C’est aussi contre les méthodes et les pressions employées par ces géants de la chimie. Ils défient les principes du libéralisme que sont la transparence et la libre concurrence. En corollaire de la manifestation internationale pour une agriculture durable et une alimentation saine pour tous, le spécialiste dans les biotechnologies agricoles du Missouri/USA, fondé en 1901, par John Francis Queeny, veut racheter le bâlois Syngenta pour la coquette somme de 42 milliards de francs suisses. La multinationale américaine en a les moyens. Elle espère ainsi tirer parti de la combinaison entre le savoir-faire de son concurrent dans la protection des cultures et son positionnement dans les semences. Permettant ainsi de créer le leader mondial de l'agriculture. Mais de quelle agriculture ? Soit un monopole de l’alimentation et du vivant. Les semences étant à la base de tout.  

IMG_4736.JPGLa stratégie est claire. Une fois la semence modifiée elle fait l’objet du dépôt d’un brevet et devient aussitôt propriété intellectuelle de la firme. Ces dernières années, celle-ci a acquis une cinquantaine de producteurs de semences. Pour l’instant, Syngenta, issu de la fusion des divisions agrochimiques des sociétés AstraZeneca et Novartis, qui commercialise le maïs Bt génétiquement modifié, a refusé cette offre dite « amicale. » Monsanto est confiant. Il est même convaincu, cas échéant, de l’emporter face aux autorités de la concurrence. Rappelons qu’il jouit d’une solide expertise dans le domaine de l’influence. La firme est notoirement connue pour son agent orange – le 245T – à base de dioxine, dont quarante millions de litres ont été versés sur les populations civiles lors de la guerre du Viêt Nam. On l’associe également à l’herbicide le plus employé au monde le « Roundap. » Les scandales sanitaires ne cessent d’augmenter. Notre pays peut se considérer bien heureux, avec son moratoire sur les OGM. Toutefois, celui-ci s’éteindra en 2017. Il est temps que nos politiques réagissent. Avec l’opération sur Syngenta et l’implémentation, au cours de la dernière décennie, du siège européen de Monsanto à Morges (VD), la Suisse se retrouve à l’épicentre du « Monde selon Monsanto. » Où quand les multinationales prédatrices font main basse sur les peuples. 

*Texte publié dans le quotidien "24 heures", le jeudi 21 mai 2015.

 

 

 

07/10/2014

L'industrie du lait... c'est beaucoup de calcium pour les lobbys !

Dans les pays à tradition laitière, les lobbys du lait sont intouchables.

(Article co-écrit avec Maëlle Kane et publié dans le quotidien Le Temps, le 3 octobre 2014.)

photo 1 (53).JPGUn nombre croissant de personnes dont de plus en plus d’enfants présentent une intolérance aux produits laitiers. Les grands responsables de cette intolérance seraient le lactose qui est le sucre du lait et la caséine, la protéine du lait.

Tout d’abord, il faut différencier l’allergie de l’intolérance. L’allergie est une réaction immédiate et visible avec production d’IgE* tandis que l’intolérance est une réaction retardée sans production d’IgE mais dans les deux cas, le système immunitaire est sollicité.

Les symptômes d’une intolérance aux produits laitiers peuvent être variables. Ils peuvent survenir plusieurs jours après ingestion de l’aliment incriminé :

Maux de tête, gargouillements d’estomacs, diarrhée, flatulence, coliques abdominale, chez les nourrissons prise irrégulière de poids, problème ORL, fatigue chronique, difficulté de concentration, etc…

La grande difficulté pour ces personnes qui présentent une intolérance ou une allergie et de pouvoir se nourrir sans pour autant nuire à leur santé.

Malheureusement, pour cette tranche de la population, le lait est partout ou presque…jambon, saucisson, médication, homéopathie, certaines boissons et même notre bon chocolat noir qui est censé ne pas contenir de lait est concerné.

Les produits laitiers il faut en consommer pour le calcium nous martèlent les médias. Au risque photo 2 (44).JPGde voir surgir une fragilité osseuse et dentaire ou d'autres problèmes liés à la carence en calcium. Allant jusqu’à culpabiliser les parents que nous sommes. Or, comment dès lors ne pas se questionner sur cette récente étude Nord -Américaine qui montre que l’incidence des fractures de l’avant-bras a augmenté de 32% chez les garçons et de 56% chez les filles au cours des 30 dernières années.

Les sources de calcium autres que les produits laitiers sont pourtant nombreuses. Des alternatives existent. Et le calcium est même mieux assimilé sans pour autant acidifier l’organisme.

Le lait est intimement lié à l’affectif. Il a en effet été introduit, dans les écoles auprès des enfants, en 1954 sous forme de verre de lait et de sucre par Mendès-France pour lutter contre la malnutrition et l’alcoolisme précoce qui faisaient des ravages dans la France de l’après-guerre.

Coutume qui perdure avec la mise en place récente de la “journée du lait à la pause” dans les établissements scolaires romands où les enfants qui présentent une intolérance au lactose sont priés de ne pas consommer les boissons lactées offertes par certaines associations paysannes.

Il est par ailleurs surprenant d’apprendre que dans le canton de Vaud, la journée nationale du lait est fixée au 4 novembre alors que dans le canton de Genève cette dernière avait lieu le 26 avril.

Dès lors, sachant que de plus en plus de petits Suisses souffrent d’intolérances aux produits laitiers n’y aurait-il pas d’alternatives au verre de lait aromatisé et sucré pour les enfants présentant une intolérance aux produits laitiers autre que d’origine animale ? 

Pour Thierry Souccar, auteur scientifique du Collège américain de nutrition : « La consommation généralisée de lait est une anomalie dans l'histoire alimentaire de l'humanité.» Pas de problème pour les baies, fruits et légumes. Notre organisme a même appris à tolérer la viande, apparue plus tardivement dans notre alimentation. Néanmoins, l'homme a commencé à consommer du lait il y a seulement 10’000 ans. Aujourd'hui encore, 75% de l'humanité ne le tolère pas. Le lobby laitier et ses relais politiques (Conseillers nationaux et accrédités) ont imposé leurs produits. La montée en puissance du marketing est constante. Elle s’étend de nos gares CFF à nos postes TV.  L’industrie du lait est une vraie poule aux œufs d’or. En 2013, 3'428'611 tonnes de lait ont été produites rien que dans notre pays. Avec une marge allant de 100 à 200% entre le prix payé au producteur – le paysan, très souvent exploité - et celui demandé par le détaillant/grossiste, une quantité d’intervenants vivent de cette industrie qui au demeurant est subventionnée par la collectivité. L’autre incohérence est la diminution régulière du nombre d’exploitations dans notre pays pour une production de lait identique. C’est-à-dire, une sur production par bête. L’apparition de la vache à haute performance. Des races spéciales sont sélectionnées et nourries avec des compléments énergétiques. Sans lesquels l'organisme de ces bovidés ne pourrait produire autant de lait. A titre de comparaison, une vache qui ne fait qu'allaiter son veau produit environ 7 à 9 litres par jour. Une vache de haute performance produit plus de 40 litres par jour. On payant le juste prix au producteur, on pourrait à la fois limiter le nombre d’intermédiaires et les subsides. Privilégions la qualité à la quantité. Avec l’esprit libéral et dans une optique de durabilité, il est temps de promouvoir un réel choix. Celui d’adopter ou non une alimentation à base de lait.

 

*Les immunoglobulines E (IgE) correspondent à une classe d'anticorps uniquement retrouvés chez les mammifères.

 

25/08/2014

Les passeurs de la Vallée de Joux…

B.jpgNombreux sont les faits et les évènements de la seconde guerre mondiale qui ont affecté de près ou de loin notre pays la Suisse. Le décor exceptionnel de La Vallée de Joux fut le théâtre d’opérations d’une poignée de femmes et d’hommes qui prirent sur eux et leurs familles pour sauver des gens d’autres nationalités et d’autres confessions (juive en particulier) que tout semblait condamner à l’insoutenable extermination nazie.

Dès juin 1940, l’Armée allemande occupe toute la moitié Nord de la France, la côte atlantique jusqu’à la frontière avec l’Espagne comprise. La France « libre » de Pétin – soit le reste de l’hexagone et particulièrement le sud le restera encore deux ans.

A.pngL’une des principales frontières que nous avons alors avec cette France occupée est le Massif du Jura et tout particulièrement les 300 km qui comprennent les bois du Risoux. Les villages français les plus proches sont Chapelle-des-Bois et Mouthe. Il leur est imposé le stationnement de deux garnisons allemandes dont une unité de la Grenzschutz appuyée de soldats russes. Rappelons-le, à cette époque, les Russes de Staline sont des envahisseurs qui non sans avoir partagé la Pologne avec Hitler attaquent, entre autres, la Finlande.

Le Risoux sera alors et jusqu’en 1944 le théâtre des contrebandiers, des espions mais aussi des passeurs. Si l’emplacement de l’ambassade britannique à Lausanne explique les activités d’espionnages, ce sont des cœurs vaillants et des êtres d’exception – demeurés discrets et modestes – qui motivent les opérations des passeurs. Des Enfants de la Hille – colonie établie au pied des Pyrénées – aux familles juives, en passant par d’autres réfugiés menacés de déportation, les « passeurs » de la Vallée sauvèrent des vies.

Avec pudeur et refusant toute publicité, certains diront plus tard :

« Nous n’avons fait que notre devoir. »

Pourtant, les dénonciations ont été courantes, tant du côté suisse que du côté français. EnC.jpg décembre 1942, Georgette Meylan et un autre compatriote sont arrêtés dans la ferme de Sous-le-Risoux, à Chapelle des Bois (F).

Le 30 juillet 1943, Bernard Bouveret et Achille Griffon qui sont arrêtés par les douaniers lors de leur arrivée de notre côté de la frontière. Les douaniers du pays, à l’instar de nos autorités de l’époque, sont sans complaisance. L’atteinte à la neutralité suisse est un délit. Un contrebandier des Charbonnière sera même abattu.

Le 20 décembre suivant, Achille Griffon est arrêté par les gendarmes français – sévit alors la France de la collaboration. Remis aux Allemands parce qu’il était en possession d’une arme, il est déporté au camp concentration français de Struthof (Alsace).  Il ne reviendra qu'en 1945.

Le 17 janvier 1944, André Bochy, le fiancé de Georgette Meylan, est arrêté à son tour dans son moulin à Champagnole. De nationalité helvétique, il n’a pas été mobilisé; mais il s’est engagé dans la résistance. Déporté, il ne reviendra jamais !

Printemps 1944, c’est au tour de Bernard Bouveret d’être arrêté, à la suite de son père, la Gestapo les ayant confondus. Tous deux sont déportés au camp de Dachau, jusqu'à leur libération en avril 1945.

La guerre terminée, l’Europe libérée, il a fallu attendre la fin des années huitante pour que la contribution héroïque des passeurs soit reconnue. Parmi les anciens passeurs du Risoux, c’est la contribution d’Anne-Marie Im Hof-Piguet qui est reconnue en premier. Grâce surtout au témoignage des enfants Juifs rescapés de la Hille. S’y ajoute le travail de mémoire effectué par Yad Vashem, le mémorial de la Shoah.

« Cette reconnaissance sera, comme ailleurs dans le monde, d’abord internationale puis locale. Dès lors, la porte sera ouverte à la reconnaissance de ses compagnons de l’époque. Simultanément, notre pays reconnaîtra enfin, par la voix de son président Kaspar Villiger en 1995, avoir négligé son devoir d’assistance et d’accueil au profit d’une conception trop étroite de sa neutralité. La réhabilitation définitive des passeurs suisses, de Genève jusqu'à la Thurgovie, sera achevée par une commission parlementaire en 2011. »

http://www.lespasseursdememoire.ch/

les passeurs.pngPeut-être encore, le meilleur moyen de leur rendre hommage est de participer à la cérémonie officielle autour du monument des passeurs, samedi 13 septembre 2014, à 11 :00, sur la rade du Pont (VD). Ou encore prendre part à la prochaine et huitième marche « Rando des Paseurs » qui relie via deux parcours de 17 et respectivement 25 km la Vallée de Joux à Chapelle-des-Bois (F).

 

Ce dernier évènement qui a le mérite d’associer effort, nature et souvenir se déroule chaque année au mois de juin.

 

www.randodespasseurs.com