22/01/2016

Veut-on vraiment arrêter Daech ?

*C'est incontestablement plus un état d'esprit crapuleux et mercantile qui motive les activités deIMG_1346.JPG l’Etat islamique (EI) qu’une quelconque doctrine religieuse. Ce n'est pas seulement les consciences qu'il s'agit de mobiliser pour vaincre ce cancer mais les réseaux et les relais financiers qu'il faut neutraliser. Circonscrire les flux sanguins qui alimentent la tumeur. Comme pour toute organisation criminelle, le terrorisme vit de la terreur et d'un climat de non droit. C’est pareil pour les structures mafieuses. Les crimes de droits communs tels que le racket, l'extorsion, l'enlèvement, la contrebande, le vol ou encore l'assassinat sont justifiés par les bandits. Ils en vivent. Pour cela, ils inventent une cause. Un but imaginaire est nécessaire pour soutenir la mécanique. Une « Cosa nostra » ou encore une lutte de libération. Toutefois, la motivation reste toujours la même… l’appât du gain. L’argent et le pouvoir sont leurs religions.

Les individus qui commandent Daech sont autant des repris de justice, d'anciens officiers déchus de Saddam Hussein que d'autres malfaiteurs rencontrés en prison. Animés par l'appât de l'argent facile et par le pouvoir, on sait leurs jours déjà comptés. Plus l’étau se resserrera sur la ville de Racca – ville syrienne et fief des criminels, plus la terreur qu’ils exporteront en Occident risque d’être d’une brutalité inouïe. Il faut faire vite. Une fois de plus, ce sont les flux financiers qu’il s’agit de surveiller. Les bandits ont déjà prévu un plan « B », voire même un plan « C ». Ils savent qu’ils devront se déloger, pour ne pas être pris ou tués. Aussi, l’argent se doit d’être en lieu sûr. Il y a moins d’un siècle, le célèbre gangster de Chicago aux Etats-Unis Al Capone se fit finalement coincer par l’entremise de son comptable. Pour l’EI, ce sera pareil. Son talon d’Achille est l’argent. Sans le nerf de la guerre, il ne peut rien faire. En attendant, ses commanditaires ont mis sur pied une véritable multinationale du crime. Ils en vivent confortablement. Tout un petit monde en tire aussi profit. D'Ankara à Ryad en passant par Londres et Karachi, des hommes d'affaires prospèrent. Ils occupent de belles villas et sont invités aux évènements mondains. Le pétrole irakien volé par l'EI est revendu entre 12 et 18 dollars le baril contre 48 sur le marché légal à des tribus sunnites locales et directement aux Turcs et aux Jordaniens. Le racket – appelé aussi l’impôt révolutionnaire - représente lui aussi une source de revenus considérable. Les enlèvements contre demande de rançons constituent un pactole. Les personnalités à séquestrer sont sans cesse scrutées, tels que les cadres d'entreprises étrangères, commerçants ou membres de grandes familles. Dans la région occupée par le crime organisé, on taxe également le coton comme les devises. Lors de la prise de la grande ville irakienne Mossoul, c'est pour plus d'un milliard de dollars de véhicules et d'équipements militaires de pointe qui sont tombés dans les mains des bandits. L'État islamique – autoproclamé, dramatiquement et médiatisé à grands regrets par nous Occidentaux - est également un employeur. Ses snipers d'origine tchétchène sont salariés quelques 7000 dollars par mois. Des artificiers comme d'anciens militaires travaillent pour la terreur. Une autre source de financement, révélée récemment par le procureur italien anti-terroriste Franco Roberti n’est autre que le trafic des migrants. Le contrôle des territoires de deux pays de provenance des migrants tels que l’Irak et la Syrie, ainsi que des régions de transit comme en trouve en Libye favorisent indéniablement cet autre business.

FullSizeRender (7).jpgD’autre part, la protection ou plutôt la non agression de la part l'organisation est soudoyée très généreusement par d'influents Saoudiens et Qataris. Ces derniers qui font affaires tout azimuts sous nos latitudes, semblent vouloir se racheter. Ils financent, via la quête, les plus rigoristes et les plus totalitaires de leur religion. Les relations commerciales étroites des émirs et autres princes avec les carnets d’adresses occidentaux ne peuvent se faire qu’en achetant la bienveillance des radicaux de l'EI. Les circuits financiers qui alimentent la pieuvre sont ainsi connus. Les banques qui travaillent avec l'argent du crime le sont aussi. Il est illusoire de vouloir vaincre la criminalité de Deach avec des bombardements de haute technologie. Nous ne faisons que d’enrichir l’industrie de l’armement, autre bénéficiaire du jeu de rôles qui se jouent au Moyen-Orient. On l'a fait depuis les attentats du 11 septembre 2001 en Afghanistan, en Irak, en Libye puis en Syrie et pour quel résultat? Ce sont plus que jamais les transactions financières qu'il s'agit de traquer. La destruction de la tumeur est à ce prix. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Peut-être enfin une esquisse de réelle volonté politique. Reste à voir en pratique. Les enjeux financiers primant sur les idéaux.

*Texte initialement publié dans quotidien "Le Temps" sous le titre

L’Etat islamique cette industrie du crime.

Un second texte remanié encore plus actualisé vient d'être publié dans l'Agefi.

19/01/2016

Politique de bas étage et journaleux !

FullSizeRender (6).jpgLe coup de gueule !

La presse nous gratifie, régulièrement, de pseudos "scandales" politiques.

En premier lieu, appelons un chat un chat. Il est indéniable que la politique politicienne - soit la course au pouvoir et la confrontation des égos - et un petit monde de médiocrité et de putes... Eh oui de putes ! N'ayons pas peur des mots. Une quantité d'individus qui s'écharpent après avoir été les "meilleurs amis" du monde, dans un mouchoir de poche et en voulant prendre les autres à témoin. Alors que tout le monde s'en fout. Le monde tourne très bien sans eux. On a vu beaucoup de choses dans les coulisses de la politique du pouvoir. De cette ancienne élue au conseil municipal genevois qui utilisait jusqu'à cinq profils et faux profils sur Facebook pour s'enquérir de toute once de polémique pour salir les autres à ce secrétaire général d'un parti du centre vaudois qui animait un faux profil d'une jeune fille blondinette, au minois fort engageant, sur Facebook. Il faisait des propositions en-dessous de la ceinture à d'autre utilisatrices du réseau social. Jusqu'à ce secrétaire parlementaire de l'est vaudois qui va jusqu'aux SMS d'intimidation et à la calomnie pour tenter d'écraser ceux qui se dressent devant lui. L'affaire des enregistrements inopinés de l'ex présidente d'un parti situé à droite de la droite ou encore ce président cantonal qui jonglait avec trois maîtresses en même temps, puant au pas possible. Sans oublier le combat de coqs démocrate-chrétien qu'on nous a servi en terres vaudoises, courant printemps 2014. Bref, il ne sert pas à grand chose d'énumérer toutes les polémiques de la cour de récréation des partis. Grands, moyens ou petits ils en ont tous à jeter. Des boucs émissaires aux frustrés en passant par les insipides, les lâches et les comploteurs, notre petit paysage romand de la politique politicienne pourrait remplir un livre d'images d'Epinal.

Les réseaux sociaux constituent à eux-seuls des scènes de déballages épiques. Comme ce vert'libéral genevois démissionné, pervers narcissique, conteur pour femmes esseulées sur Facebook, dépourvu de moralité comme de courage embobine son petit monde de voyeurs.

Pour autant, il y a deux constats qui s'imposent :

 1) Il serait de bon ton que nos élus voire nos candidats à des charges politiques ou à d'autres mandats habitent pleinement la fonction... avec intégrité et responsabilité. Qu'ils montrent simplement l'exemple.

 2) Que certains journalistes de basses besognes apprennent à gagner leur vie en vérifiant et en confrontant leurs sources. En chassant autre chose que du scoop polémique... Sale, vil, pleuril, inintéressant à mourir. Qui met tout lecteur qui se respecte mal à l'aise. Au point de finalement blâmer le journaleux !

04/01/2016

Soyons ambassadeurs de la durabilité !

FullSizeRender (3).jpgLe sommet de la COP21, à Paris, et la sortie en salle de l’excellent film « Demain » de Mélanie Laurent et de Cyril Dion sont des nouvelles piqures de rappel. Le système a atteint ses limites. Nous ne faisons que de gagner du temps. En corollaire des ressources naturelles qui s’amenuisent, pour beaucoup d’entre nous, c’est également la taille des patrimoines à gérer qui se rétrécissent comme peau de chagrin. Les causes sont nombreuses. Nous les connaissons et nous les subissons. L’impossibilité de travailler avec les ressortissants de nombre de clients de la communauté européenne et au-delà. Un flot ininterrompu de paperasse et de mesures réglementaires pour ne pas dire sur réglementaires. La génération des babys boomers qui arrivent dans le cycle de la consommation du capital. Et ils n’ont que trop bien raison. Des marchés financiers de plus en plus difficiles, dans un environnement de taux négatifs, sont à ajouter à toutes nos difficultés. Comme le rappelle, dans son essai « La finance verte », le professeur Beat Bürgenmeier : « L’importance croissante des intermédiaires financiers en tant que gestionnaires, alors que le nombre de propriétaires assurant des risques inhérents à toute activité économique diminue. »

Voici non moins de deux tendances de fond qui présentent autant de risques que d’opportunités pour notre corporation.

Premièrement, nous avons nos atouts à faire valoir dans les domaines liés à la durabilité. Soyons ambassadeurs de la durabilité. Soyons ambassadeurs du changement. L’épargnant devient responsable et actif quand il achète son logement ou lors de la création de son entreprise. Alors que quand il est question de ses relations bancaires, il devient passif et irresponsable. A coup sûr, beaucoup sont exposés, dans leurs portefeuilles, à des titres qu’ils n’auraient eux-mêmes pas choisis tels des entreprises en lien avec les énergies fossiles, avec l’armement ou encore les OGM. Pour ne citer que ces secteurs à hauts risques. En tant que bon libéral. Remettons au goût du jour l’entreprenariat local, le réseau, le consommé local… l’humain. Abordons ces thématiques avec nos clients. Accompagnons-les vers une affectation éthique et environnementale de leurs actifs financiers. Cultivons avec eux le goût d’entreprendre. Nous sommes très bien placés pour ça. Notre proximité avec le client final est une force indéniable que les plus grands acteurs financiers de type mécanistes ont perdu depuis longtemps. L’outil informatique de la segmentation n’a jusqu’à ce jour pas pu remplacer la connaissance du client dont nous bénéficions.

Secondement, plus que jamais, nous devons valoriser le service et l’expertise. Le business modèle qui repose essentiellement sur les commissions est en passe d’être obsolète. Encore faut-il que le client soit disposé à payer ledit service. D’où réside l’ampleur du défi, dans un monde déflationniste sur l’autel d’une pseudo gratuité. Les conseils à haute valeur ajoutée ne manquent pour autant pas. De la gestion des liquidités à l’exécution testamentaire, en passant par la prévoyance et l’analyse du risque, les pistes et besoins sont encore nombreux. Néanmoins, nous avons bel et bien changé de paradigme. Comme pour tant d’autres corps de métier, nous évoluons dans un monde connaissant l’érosion des marges et un ratio revenu / effort qui se complexifie. Nommons les choses telles qu’elles sont. Mais c’est peut-être bien là que réside la beauté et l’attrait de notre profession.

Texte destiné à l'Editorial du No 48 du Wealth Gram, Janvier 2016.