10/03/2013

L’article constitutionnel sur la famille n’était pas la priorité du PDC

A défaut de comprendre comment le centre-droite peut à la fois prétendre promouvoir de nouvelles conditions cadre en faveur de la famille et soutenir l’ouverture dominicale des magasins, des questions s’imposent.

Famille, Minder, PDC, InitiativeEn écartera aussi les arguments de l’UDC contre l’article constitutionnel du Parti démocrate-chrétien (PDC) sur la famille qui tournaient essentiellement autour du financement et d’une vision conservatrice du fédéralisme. Toutefois, force est de constater que les agrariens sont les seuls à poser les bonnes questions sur notre conception de la famille. Celles qui automatiquement dérangent. Quel modèle est-on prêt à classer aux oubliettes et lequel constitue une fuite en avant à la faveur d’un monde consumériste qui s’est emballé avec son lot de pertes de repères.

Mais revenons au PDC qui avait le lead de la campagne qui nous occupe. Pour moi, clairement il n’y avait pas une réelle volonté de faire aboutir l’article constitutionnel sur la famille.

Comment expliquer que les secrétaires généraux des sections cantonales du PDC n’ont reçu les flyers et le matériel de campagne que début février. Soit à moins de quatre semaines de l’échéance du 3 mars ?

Pourtant, déjà à la fin novembre 2012, nous recevions, par le biais du Secrétariatphoto (15).JPG général du PDC suisse, les flyers de campagne d’Economiesuisse contre l’initiative Minder avec en photos des hauts calibres de l’appareil tels les parlementaires Yannick Buttet, Christophe Darbellay ou encore le Conseiller aux Etats Urs Schwaller.

Autre fait relevant, mardi 5 février 2013, le président national, Christophe Darbellay, invité par Pascal Descaillet, dans les studios de Léman Bleu - émission « Genève A Chaud » (GAC) - à part marquer son opposition à la LAT et « flinguer » la section cantonale vaudoise qui soutenait l’initiative contre les rémunérations abusives, n’a pas pipé mot sur l’article constitutionnel.

Question légitime : une campagne a-t-elle vraiment été conduite ?

Un débat dans le canton de Vaud a bien opposé l’UDC Parmelin au PDC Neyrinck, devant une trentaine de personnes. De son côté, la PDC Lecrezia Meier-Schatz a parlé de la famille lors du forum de Gland (VD), samedi 9 février. Elle a également débattu du sujet avec force, lors de l’Assemblée générale des Délégués du PDC réunie à Olten (SO), en janvier. Mais au cours de cette journée, son écho fut bien faible à côté des Schwaller, Darbellay et Bischof qui martelaient combien il était prioritaire de rejeter l’initiative Minder. 

11/01/2013

L’initiative Minder laissera des traces dans les partis politiques dits du centre !

Au départ, on aurait pu imaginer que l’initiative populaire contre les rémunérations abusives, déposée en février 2008, allait séduire les formations du pays qui se prétendent au centre de l’échiquier politique.

1001 raisons de soutenir l'initiative Minder.jpgD’une part la nature du texte constitutionnel proposé. Emprunt de bon sens et protégeant à la fois nos retraités, nos assurés, nos actionnaires et nos emplois. D’autre part, les caractéristiques mêmes de l’initiant. Un entrepreneur, patron d’une entreprise familiale et créateur d’emplois. Un libéral épris d’un besoin de justice légitime et animé par quelque chose qui ne s’achète pas, au grand dam des corrupteurs du pays, la CONVICTION !

Thomas Minder, PLR d’origine et indépendant par la suite – siégeant en tant que tel au sein du  groupe UDC, le seul qui l’a accepté – n’a pas la prétention d’être Dieu.  Seulement, il développe depuis des années une force et un courage plus qu’exemplaires. Il le fait contre l’arrogance, contre les coups bas et contre la médiocrité. Pour préserver le bien commun et l’équilibre du pacte social. Celui-ci conjugue libéralisme économique avec solidarité sociale. Récemment, l’ancien procureur anti-mafia Paolo Bernasconi m’écrivait : « l’initiative contre les rémunérations abusives  est le dernier rempart contre le féodalisme financier. »

Cette poignée minoritaire de pseudo top-managers qui se grattent mutuellement le dos et que l’illustre Cornelio Sommaruga vient de qualifier de parasites. Parce qu’on le sait toutes et tous… l’économie libérale s’appuie sur la liberté d’entreprendre. Et dans liberté on trouve avant toute chose la notion d’assumer ses choix. Pourtant, ils sont de plus en plus nombreux les fossoyeurs du capitalisme à conduire nos entreprises à la débâcle sur l’autel de l’enrichissement personnel immédiat.  En Suisse, ils n’ont pas à répondre de leurs actes. Arrivés les poches pleines de dollars – nos dollars – ils partent presqu’aussitôt en parachutes faits d’or – notre or.

Face aux nombreux abus qui ont rythmé l’actualité économique de notre pays au cours de ces quinze dernières années, il paraissait logique que les partis politiques « dits » du centre – garants du bien commun, de l’équilibre et représentant la principale classe contributive qu’est la classe moyenne - se retrouvent dans le texte proposé par Minder. Stupéfaction, il n’en est rien. A l’image de cette section du parti démocrate-chrétien de la Cité de Calvin qui réussit à faire venir en son sein un fervent opposant à l’initiative débattre… mais SANS contradicteur ! A l’instar de cette section romande des verts’libéraux qui sous le joug d’une « individualité dominatrice » en fait de même. Est-ce la nouvelle forme de démocratie ? Un Maître tout puissant qui maintient dans la trouille une meute de canidés espérant quelques restes du festin. Le verdict du peuple ne tardera pas à sanctionner les suppôts de la peur et de la magouille. Après cette campagne bouillonnante, on fera les comptes. On verra alors émerger les centristes survivants, humanistes et garants du bien commun. Le bras de fer va se jouer entre la peur et l’indignation. Le débat sera virulent. Une fois le 3 mars 2013 passé, il sera question d’apaiser et de reconstruire un vrai centre politique qui non seulement vivra ses valeurs humanistes mais aussi les respirera.  

 

09/10/2012

Chômage dans le canton de Vaud supérieur à la moyenne !

Malgré une légère diminution en septembre, le taux de chômage vaudois est supérieur à la moyenne nationale.

Il culmine à 4.5% contre 2,8% pour la moyenne suisse. Certes, nous sommes loin du taux allemand 6,8% ou du taux européen avec ses 11,40%.

Penguins.jpgMais nous devons quand-même nous poser la question. Comment se fait-il qu’un canton qui a usé et même abusé du régime spécial des exonérations fiscales en se « couchant » plus qu’à son tour devant les multinationales tous azimuts ait un tel taux de chômage comparé à ses pairs ? 

Alors que le plus difficile reste à venir. Des vagues de licenciements sont en préparation au sein de la place financière genevoise. Elles vont également affecter l’autre côté de la Versoix.

Notons que le gouvernement vaudois est - au même titre que Bâle, Jura et Genève - mis à l’index par le Bureau fédéral du contrôle des finances.

La question demeure ouverte…