23/10/2021

Mediapart, orientation de l’information et censure arbitraire

A231DB2D-D470-4156-B143-B3EB02D1C439.jpegEn premier lieu, cela devient un luxe journalistique que de pouvoir s’exprimer sur un sujet pour lequel on dispose d’un minimum de connaissances. Force est de constater que ce n’est pas le cas pour une majorité de journalistes qui aujourd’hui noircissent du papier sans quitter leur bureau. Ils font du copier / coller. Ils s’autocensurent pour rester dans les clous de la pensée dominante. À la rigueur, ils passent un à deux appels téléphoniques - grand maximum - pour se donner bonne conscience. Ces mêmes « journaleux » - il n’y a pas d’autres termes pour les qualifier. Ce sont les mêmes qui quémandent continuellement les aides publiques - c’est-à-dire nos impôts - pour relater une information bien trop souvent lisse; polémique ou vide de sens. Certes, ils vont jusqu’à « enrichir » leur papier d’une citation ou d’une référence. Histoire de présenter une copie un temps soit peu différente du collègue concurrent. On nous livre alors trop souvent un mensonge. Un morceau de vérité seulement et c’est le pire des mensonges. Comme disait l’autre. Citons Jacob Cat : « Si vite que coure le mensonge la vérité un jour le rejoint. »

 
Ce préambule pour parler de choses expérimentées personnellement : la censure arbitraire du média en ligne Mediapart. J’irai même plus loin. Mediapart pratique du «journalisme » qui peut être orienté. Mediapart pratique du « journalisme politique ». Mediapart pratique du « journalisme d’opinion » et Mediapart contribue à la pensée unique voire à renforcer le courant mondialiste. 
 
Aussi, quand le 22 octobre 2021, sous la rubrique « Santé - Enquête », Pascale Pascariello publie dans les colonnes de Mediapart son article intitulé « IUH de Marseille : les ravages d’une expérimentation sauvage contre la tuberculose », rien que son premier paragraphe nous met en alerte : « La crise du Covid a révélé comment le professeur Didier Raoult pouvait s’affranchir des règles de méthodologie scientifique et d’éthique, en prescrivant comme traitement l’hydroxychloroquine, dont l’inefficacité a depuis été prouvée. »
 
C’est que Mediapart croit avoir des comptes à régler avec le professeur Didier Raoult. Hors, Pascale Pascariello n’est ni médecin; ni scientifique et encore moins professeure. Quand elle affirme que l’inefficacité du traitement à l’hydroxychloroquine a été prouvée, Pascariello nous livre un mensonge qui va par ailleurs discréditer l’ensemble de son texte. C’est regrettable. L’information qu’elle prétend délivrer sur les agissements de Didier Raoult pourrait être utile. Seulement voilà, il n’existe pour l’heure aucun consensus scientifique sur l’efficacité ou la non efficacité de l’hydroxychloroquine. Et la baisse de la charge virale obtenue avec cette molécule administrée à temps a probablement sauvé plus d’une vie. Les témoignages dans ce domaine ne manquent pas. Pascale Pascariello se livre alors au jugement de valeur, à l’instar de Mediapart. On retrouve dans la ligne éditoriale du site d’informations français l’ombre d’Edwy Plenel qui semble se masturber à brandir la menace de l’extrême-droite là où elle n’existe pas. Mais Edwy Plenel c’est aussi un passé à la fois brillant et sulfureux. Militant trotskiste dans les années 1970, il est d'abord journaliste à Rouge, l'hebdomadaire de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR). Plus tard, il entre au service Éducation du Matin de Paris, puis au journal Le Monde en 1980. Ses révélations sur les affaires de la présidence de François Mitterrand en font une figure du journalisme indépendant et critique. En 2004, il doit toutefois en démissionner. Éclaboussé qu’il est par la publication du livre d’investigation  « La Face cachée du Monde » publié en 2003 par les journalistes Pierre Péan et Philippe Cohen et critiquant le fonctionnement du journal français Le Monde, plus particulièrement celui de sa direction tripartite de l'époque, composée de Jean-Marie ColombaniEdwy Plenel et Alain Minc.
 
Edwy Plenel demeure un journaliste d’opinion. Le pouvoir de compter parmi les faiseurs d’opinion l’importe  plus que le journalisme comme il devrait se faire pour garantir l’existence d’un quatrième pouvoir digne de ce nom, selon la charte de déontologie de Münich. Plus que l’information factuelle c’est le pouvoir d’influence qui l’intéresse. 
 
Ce qui peut expliquer la censure arbitraire pratiquée au sein du Club Mediapart. Faire une rapide analyse sur un moteur de recherches permet d’apprendre que les plaintes à ce sujet fusent. En corollaire, la suffisance d’Edwy Plenel est régulièrement soulignée. Celui qui ne daigne pas même répondre aux doléances des abonnés et lecteurs de son média. 
 
Mais quant-est-il de la censure pratiquée au sein du Club Mediapart ? 
 
En premier lieu, l’idée du club est géniale. C’est la vache à lait pour l’un des seuls médias profitables de l’hexagone. Les abonnés paient pour pouvoir s’exprimer. C’est fort et il fallait y penser. La traditionnelle rubrique « courrier des lecteurs » est passée aux oubliettes des médias déficitaires. Maintenant, le quidam doit payer pour publier son point de vue. Son argumentation qui est régulièrement de qualité enrichit et augmente l’audience de Mediapart. Quand le contenu ne convient pas à la ligne éditoriale dont l’ADN a été principalement enfanté par Edwy Penel, la censure algorithmique est immédiate. Sans explication aucune. Je l’ai dit en préambule : cela devient un luxe journalistique que de pouvoir s’exprimer sur un sujet pour lequel on dispose d’un minimum de connaissances.  Aussi votre serviteur a éprouvé cette façon de faire autocratique et anti journalistique de Mediapart. En parlant des décès avec un lien supposé aux vaccins Covid-19 qui sont rapportés tant par l’autorité française l’ANSM que par Swissmedic; en parlant des activités d’achats d’influences et de propagande du lobbyiste séparatiste catalan Diplocat ou encore en évoquant la maire française Marie Costa d’Amélie-les-Bains-Palalda, dans les Pyrénées Orientales, qui clame haut et fort que son président est le fugitif catalan Carles Puigdemont et qui se pavane dans les écoles de la république avec comme masque sanitaire la tristement célèbre et mortifère Estelada. 
 
Une autre forme de censure pratiquée par Mediapart et de reléguer au maximum les textes dont le point de vue ne lui convient pas le plus loin possible dans son moteur de recherches. Ce qui lui confère « l’honorabilité » d’octroyer la liberté d’opinion tout en la muselant dans les faits. Quelle n’est alors pas la surprise de trouver sur un thème politique donné des écrits aux contenus fallacieux voire même de nature raciste et suprémaciste répertoriés de manière bien plus avantageuse que de l’information factuelle et confirmée par l’expérience du terrain. 
 
Ainsi fonctionne la machine à cash-flows qu’est Mediapart. 
 
Pour ne pas en rester là, votre serviteur a donné la possibilité à la Rédaction de Mediapart de répondre sur le constat relaté dans cet article. Cela est resté lettre morte : 
 
Bonjour, 
 
Je prépare un article qui sera publié dans un autre média sur la procédure de censure chez Madiapart. En particulier sur le fonctionnement du Club Mediapart. 
 
En cas de non réponse de votre part, il sera fait mention que vous n’avez pas souhaité répondre. 
 
Voici les questions : 
 
1) Qu’est-ce qui déclenche une procédure de censure (une dépublication) ? Plainte ? Veille interne ? 
 
2) Quand le Club Mediapart procède à la censure c’est un algorithme qui est activé ne laissant aucune possibilité à l’auteur de l’écrit censuré de défendre son texte ni de savoir pourquoi il a été dépublié. Aussi, le Club Mediapart agit de manière très arbitraire. Songez-vous à améliorer cet état qui génère arbitraire; opacité; atteinte à la liberté d’opinion; frustrations et sentiments d’injustice; 
 
3) Comment sont référencés les billets de blog ? Par exemple, sur la thématique catalane il faut avancer à la 25ème page de référencement pour trouver enfin un texte critique à l’encontre de l’appareil séparatiste catalan. Ce qui peut laisser croire que la Rédaction de Mediapart « déclasse » les opinions contraires à ce qu’elle estime être sa vérité. On ne parle même plus de la Charte de déontologie de Münich qui est piétinée à plus d’un titre. 
 
Dans l’attente de vous lire, je vous remercie par avance pour le soin que vous consacrerez à répondre à ces trois questions. 
 
Bien entendu, vos éléments de réponse seront fidèlement reproduits dans mon article. Il en est de même pour ce que vous voudriez complémenter. 
 
Avec mes meilleurs et très respectueux messages.
 
François Meylan 
 
« Un mensonge peut tout détruire. La vérité ne fait mal qu’un instant. » Danielle Steel

12/10/2021

Facebook fait peur !

Facebook, Facebook krach, Facebook sur le déclin Cette semaine, Facebook, Instagram et Whatsapp ont souffert une panne qui a duré plus de sept heures ! Selon le site DownDetector, c’est la panne la plus importante depuis que ces plateformes existent. Des milliards d’utilisateurs ont été affectés. En premier lieu, les employés de Facebook qui ne pouvaient plus accéder aux outils de l’entreprise et même aux bâtiments. Les cartes d’accès ne fonctionnaient plus. Le siège social du géant bleu se trouve à Menlo Park, en Californie.

L’origine exacte de la panne de Facebook et de ses services reste inconnue. Si on ignore le « pourquoi », on connaît néanmoins le « comment. » Selon la firme, l’incident a été provoqué par un changement dans la configuration des routeurs. Au cœur même du réseau assurant le trafic entre les data centers.

Facebook a ainsi disparu d’internet pendant des heures.  Quelque chose ou quelqu’un a retiré ce qui permettait aux ordinateurs et autres appareils connectés à internet de trouver leur chemin jusqu’aux services du groupe. Lorsqu’une personne entrait l’adresse Facebook.com dans son navigateur, ce dernier n’avait aucune idée de la façon dont il pouvait rejoindre l’adresse. Engendrant un message d’erreur. Les services étaient toujours fonctionnels, mais inaccessibles. Dans le même temps, la rumeur circulait que les données personnelles d’un milliard et demi d’utilisateurs se trouvaient en libre accès sur des réseaux superposés tels que le darknet. Rumeur qui fut aussitôt démentie par la Direction de Facebook.

Cela fait réfléchir sur l’usage que nous faisons de nos données personnelles. Facebook s’enlise dans des problèmes d’image.

04/08/2021

5G, un effet rebond impossible à appréhender !

A5689E8D-48FC-48AD-B396-4DAFECF298CF.jpegLa crise pandémique qui s’éternise nous éloigne non seulement d’une vie dite «normale» mais également de débats de société cruciaux. Celui de la 5G en est un. C’est la cinquième génération des standards pour téléphonie mobile. Elle a comme finalité l’augmentation et la rapidité de transmissions des données. Si dans certaines régions du monde la 5G est déjà bien implémentée (Chine, Inde), en Suisse, entre moratoires imposés par les villes ou les cantons et les lourdeurs administratives, la situation évolue officiellement lentement. Sur le terrain, la réalité est autre.
L’opérateur téléphonique historique Swisscom fait des pieds et des mains pour ne pas perdre de temps, mais la seule vraie résistance vient des associations de consommateurs, voire des voisins. Pour le parlementaire Peter Stuckmann, en charge du dossier à la Commission européenne, la 5G est un élément essentiel à la reprise économique post-Covid19 en Europe. Alors que pour Caroline Zorn, déléguée à la ville numérique, à Strasbourg, on ne devrait pas parler de progrès mais d’évolution technologique, qui doit être encadrée tant par le politique que par la population. Encore faudra-t-il consulter cette dernière. Toujours selon Caroline Zorn, la 5G ne devrait pas pouvoir s’appuyer sur les nombreuses carences du territoire en matière de haut débit et de couverture. Interrogée dernièrement, la spécialiste évoque la nécessité d’une profonde réflexion sur quelle société souhaitons-nous: celle où le réfrigérateur communiquera directement avec le service de ventes à domicile ou celle où la voiture n’aura plus besoin de son utilisateur? Quant au plan écologique, elle rappelle que le data-center d’Amazon fonctionne encore au charbon dans les montages des Appalaches.
Les plus fortes oppositions s’inscrivent dans le domaine des risques pour la santé. Depuis 2011, les champs de fréquences électromagnétiques sont classés dans la catégorie des phénomènes pouvant être cancérigènes (OMS). C’est dans ce sens que va le «5G Appeal», un mémorandum signé par près de 200 scientifiques prédisant une exposition massive des ondes imposée et nuisible à la santé. Cependant, tant du côté des pro-5G que des anti-5G, le ‘cherry picking’
est omniprésent, soit de ne considérer que des études scientifiques et autres sources qui s’avèrent en adéquation avec notre prise de position.
Il nous reste alors l’argument climat. Les pro-5G anticipent une baisse drastique de l’empreinte carbone. En octobre 2020, l’Université de Zürich et l’Empa ont publié un rapport intitulé «Next generation mobile networks: Problem or opportunity for climate protection?». Cette étude, financée par Swisscom, se montre plutôt positive en terme d’émissions de gaz à effet de serre (GES), à l’horizon 2030, de par le biais de la construction et de l’exploitation du réseau 5G en Suisse. À volume égal de données transmises, la 5G semble plus performante sur le plan énergétique que ses prédécesseurs. Ce qui est nuancé par la climatologue de renom Corinne Le Quéré: «À l’heure actuelle, nous ne disposons pas d’évaluations adéquates qui permettraient d’affirmer que la 5G peut jouer un rôle bénéfique pour le climat. Le déploiement de la cinquième génération doit être compatible avec les engagements nationaux en termes de neutralité carbone. Et il est démontré que la 5G est capable d’augmenter, en France comme à l’étranger, les émissions importées à travers la fabrication des équipements.»
Le 19 décembre 2020, le Haut conseil pour le climat français a remis, après en avoir été saisi par le Sénat, un rapport de prospective consacrée à l’impact carbone de la 5G, qui s’est révélé moins tendre avec la nouvelle génération de téléphonie mobile. Il appréhende, en cas d’utilisation de la 5G, une empreinte carbone équivalente en 2030, voire supérieure. Pourquoi cette différence de posture? La principale différence vient du fait que l’étude financée par l’opérateur helvétique ne considère que la question du point de vue de l’opérateur et de son périmètre d’équipements permettant la construction de son réseau, alors que l’investigation française tient compte des terminaux mobiles, dont la fabrication serait responsable d’environ 64% de l’impact carbone total calculé pour la 5G. Madame Le Quéré rappelle que les usages finaux des nouvelles technologies ne sont jamais entièrement anticipés, alors que les possibilités techniques finissent toujours par être utilisées à leur maximum. L’effet rebond annulerait ainsi toute espérance de gain pour le climat.