04/09/2015

l'EI ou le miroir de notre mal-être !

daech.jpgAvant, nous avions les séries TV comme « Dallas » et « Dynastie ». Puis, on nous a servi et on en a redemandé les émissions de real TV telles que « Loft Story » ou la « Star Ac ». Nous sommes tous des voyeurs. Et les criminels de l’Etat islamique (EI) – au demeurant une organisation criminelle de droit commun - le savent et ils l’exploitent. Ils renouent, à chaque fois, d’ingéniosité morbide pour nous servir un nouvel épisode des plus sordides.

Ils n’ont pas même à faire la promo de leurs courts métrages. Les médias occidentaux, globalement, dégénérés et décadents s’en chargent. Tout doit être fait pour provoquer encore plus de peur et de sidération. Ça c’est pour notre complicité de consommateurs occidentaux. L’autre aspect du miroir que nous impose Deaech – l’EI en arabe – est notre dépendance volontaire avec le bourreau.

Un litre d’essence sur quatre que nous consommons à la pompe nous le payons à l’Arabie Saoudite. La monarchie abritant le berceau d’une secte rigoriste, d’un autre temps, appelée wahhabisme. La suite de l’histoire on la connaît. A coups de pétro dollars, la secte est devenue majoritaire au sein de l’Islam. Non en nombre de croyants mais en visibilité et en violence. Ce n’est pas moins septante pour cent des mosquées de Casablanca, au Maroc, qui sont financées par les fanatiques de Ryad. Plus près de nous, la grande mosquée de Genève a régulièrement défrayé la polémique.

Ne manquons-nous pas de cohérence ? Nous nous indignons devant les atrocités perpétrées par l’EI et nous commerçons allègrement avec le Royaume saoudien qui a procédé à cent deux exécutions capitales rien qu’au cours du premier semestre de cette année contre 90 pour tout 2014. Comme le précise Amnesty, il s’agit de décapitations au sabre – souvent on ne sait pas même pourquoi. Sur des places publiques, les cadavres comme les têtes tranchées sont habilement exposés !

L’autre grand financier de l’horreur n’est autre que le Qatar. Mais voilà, le Qatar est devenu un partenaire commercial qu’il s’agit de soigner. Pour une Europe en faillite financière, on ne va pas mordre la main de l’émirat même si les attentats du 11 septembre 2011 en portaient déjà son odeur, entre autre. Notre faiblesse est mise à nu. Trop d’intellectuels et de biens pensants noient tentent encore de noyer le poisson. Appelons un chat un chat. Oui il y a le feu dans la maison Islam. Oui ce sont les Musulmans eux-mêmes qui en paient le plus lourd tribut et tous les jours qu’Allah fait. Mais il n’y a pas qu’eux.

Pour le philosophe et essayiste Pascal Bruckner, récemment interviewé par « Marianne » : « Il faut considérer que le dogme religieux est confronté à une modernité dans laquelle il se sent à la fois exclu et diminué. L’islam réagit alors par un raidissement doctrinaire jusqu’au meurtre de masse. Peut-être faut-il regarder ce qui arrive au monde musulman à la lumière de ce qui s’est passé dans le christianisme, après la Renaissance. Quatre siècles ont été nécessaires pour qu’après de sanglants affrontements les humanistes, la Réforme et les idées des Lumières l’emportent sur la barbarie. »

Plus pragmatiquement, nous récoltons les premiers effets non souhaités du choix que nous avons fait pour un monde sur lequel nous avons installé un autre califat. Celui du capital. Ce dernier déshumanise l’humain. Avec toute sa brutalité, il le réduit à l’instrumentalisation. L’humain consomme et est consommé à son tour. En vide de sens et de culture, nous sommes plongés dans le petit écran du smartphone. Dans un monde où les réseaux sociaux atténuent gravement la responsabilité individuelle, tout en nourrissant la lâcheté. Cela Daech l’a aussi compris.

Tel le démon, il attise le feu : « Faites ce qu’il vous plait mais surtout soyez le plus extravagants possible. » Cela veut dire le plus macabre et pensez avant toute chose à l’image. Pour combler un vide intellectuel évident on nous abreuve d’images. L’image a bel et bien sublimé en piétinent la raison, la réflexion et le coeur.

Peut-être bien que l’un des chemins les plus vertueux pour circonscrire le mal serait d’encourager la responsabilité individuelle et de promouvoir des images dignes de sens et de dignité.

Daech nous a bel et bien déclaré une guerre de l’image. Et tous masochistes que nous sommes nous en redemandons. L'EI va encore nous pousser dans nos derniers retranchements tant que nous ne réagirons pas en tapant du poing sur la table.

Ces bandits se jouent de notre lâcheté et de notre irresponsabilité.

A méditer…