18/08/2018

Pour en finir avec les clichés ? – Emmanuel Todd, la Catalogne, l’Espagne et la démocratie.

96A064EF-E78C-4A89-82BA-6E3381B10750.jpegUn engagement personnel pour une cause supérieure est déterminé par un élément clé ou encore par la rencontre d’une personnalité. Pour ma part, le traitement très lacunaire par nos médias suisses romands - même malhonnête - de l’antagonisme catalan a été l’élément déclencheur. Ma rencontre avec le français Nicolas Klein, professeur prodigue, auteur et grand connaisseur de l’Espagne fut déterminante. J’ai le plaisir de publier ici son dernier texte en exclusivité. FM

Propos liminaires
​Dans une interview accordée à la radio française ce mercredi 11 juillet 2018, le célèbre démographe et penseur français Emmanuel Todd était amené à s’exprimer sur la politique d’Emmanuel Macron dans notre pays.
Il s’est aussi brièvement exprimé (moins de cinq minutes) sur les tensions séparatistes et les troubles économiques qui agitent l’Espagne depuis une dizaine d’années. Son propos à ce sujet n’était évidemment pas aussi développé que le discours qu’il tenait sur la France et il aurait probablement pu être plus précis s’il en avait eu le temps. Néanmoins, ces quelques minutes synthétisent bien la position qui est la sienne concernant le défi séparatiste catalan et il n’est pas certain que, même avec plus de minutes à l’antenne, il l’aurait substantiellement nuancé ou modifié.

​Loin de moi l’idée, dans ce billet d’humeur, de réfuter toutes les thèses d’Emmanuel Todd dans tous les domaines. Je ne conteste pas non plus ses compétences en démographie ou en anthropologie (dont il se sert pour analyser les événements espagnols des dernières années) ou la pertinence des arguments qu’il développe habituellement. Mon article ne concerne ici que les quelques minutes qu’il a consacrées à la question catalane ce 11 juillet 2018 et qui résument ce qu’il avait déjà pu en dire auparavant.
​Nul n’est tenu d’être un spécialiste de tous les sujets et Emmanuel Todd a beaucoup apporté à la pensée politique et sociale dans l’hexagone. En revanche, si l’on s’exprime sur un sujet que, de toute évidence, l’on maîtrise assez mal, l’on doit pouvoir tolérer la critique. De même, expliquer des choses le plus souvent intéressantes ne signifie en rien que tout ce que l’on dit est nécessairement juste. C’est pourquoi il me semble salutaire de répondre aux récentes déclarations d’Emmanuel Todd en ce qui concerne l’actualité politique et économique espagnole.

La thèse d’Emmanuel Todd
​L’idée fondamentale du plus célèbre de nos démographes part de ses théories sur les grandes catégories familiales, qu’il applique à la Catalogne et dont il tire, en quelques mots, les conclusions suivantes :
1) la Catalogne se caractérise historiquement par la prégnance de la famille-souche, qui s’organise autour de lignées paysannes avec une importance capitale du fils aîné dans la transmission de l’héritage ;
2) les sociétés dominées par ces structures anthropologiques se constituent en fonction de principes ethniques ;
3) ces principes ethniques peuvent aboutir soit à des systèmes politiques autoritaires (cas de l’Allemagne et du Japon), soit à des systèmes de tradition démocratique (cas de la Suisse alémanique) ;
4) la Catalogne répond plutôt au second paradigme ;
5) elle s’oppose de fait depuis longtemps (voire depuis toujours) à la Castille, qui se manifeste davantage par son absolutisme et son centralisme.

Il faut reconnaître à l’intervention d’Emmanuel Todd deux mérites fondamentaux : d’une part, réaffirmer que l’Espagne actuelle est belle et bien une nation ancienne et cohérente en dépit de ses tensions internes (à en lire les inepties des uns et la propagande des autres, l’on viendrait presque à en douter) ; d’autre part, s’appuyer sur l’histoire longue pour tenter de comprendre les développements contemporains (ce qui, dans le cas espagnol, permet d’échapper aux considérations éculées et souvent simplistes sur la Guerre civile et la dictature franquiste).

En revanche, l’analyse de la situation catalane qui est ici produite me paraît singulièrement erronée, probablement parce qu’Emmanuel Todd connaît mal l’Espagne mais aussi parce qu’il a, à mon humble avis, excessivement recours à sa grille de lecture familiale.

Un regard en arrière
Il y aurait trop à dire sur les propos du démographe pour tout reprendre point par point. Cependant, quelques éléments cruciaux doivent à tout prix être clarifiés car l’opposition entre Catalogne démocratique et Castille autoritaire est non seulement manichéenne mais très certainement fausse de bout en bout.

Procédons dans l’ordre :
1- contrairement à une légende historiographique tenace, la Catalogne est loin d’avoir été le seul point d’appui (ni même le principal) des républicains espagnols durant la Guerre civile (1936-1939). Non seulement une grande partie de la droite autonomiste catalane (animée par la Ligue régionaliste de Francesc Cambó) a soutenu Francisco Franco et les troupes nationalistes sur le plan moral, financier et matériel mais en plus, la Seconde République a résisté dans bien d’autres points de la géographie espagnole. Aussi Valence a-t-elle été capitale de l’Espagne après que les autorités républicaines s’y sont réfugiées, entre 1936 et 1937. De plus, c’est bien Madrid qui est tombée en dernier, lorsqu’aucun espoir ne subsistait et que le conflit était irrémédiablement perdu pour le camp républicain. L’installation de Francisco Franco au palais du Pardo (qui se trouve certes sur le territoire madrilène mais en périphérie) témoigne de la profonde méfiance du dictateur envers la société de cette ville, qui s’est rebellée à plusieurs reprises contre le régime. Que l’on songe par exemple aux émeutes de février 1956, qui ont agité les milieux universitaires madrilènes et non pas barcelonais. C’est aussi à Madrid qu’est née et a le plus rayonné la Movida, symbole de la libération politique, sociale et morale du pays après la mort de Franco ;
2- malgré ce que semble sous-entendre Emmanuel Todd, l’union de l’Espagne, qui a donné naissance à la nation espagnole au sens moderne du terme, à la fin du xve siècle, s’est faite entre la Couronne de Castille et la Couronne d’Aragon – et non pas entre la Couronne de Castille et la Couronne de Catalogne. Il existait depuis le Moyen Âge des comtés catalans, dont le plus important était celui de Barcelone, mais pas de royaume catalan unifié ni, contrairement à ce que l’on voit fleurir dans les manuels scolaires indépendantistes, de Couronne catalano-aragonaise. D’ailleurs, lors du règne des rois catholiques, la Castille était l’élément fédérateur et dynamique de la péninsule Ibérique tandis qu’en Aragon, la bourgeoisie commerçante valencienne connaissait un essor qui contrastait avec le déclin économique catalan ;
3- il existe de nombreux éléments historiques attestant d’une tradition démocratique très ancrée dans la Castille médiévale, qui s’est d’ailleurs révoltée contre l’absolutisme de Charles Quint lors de la Guerre des Communautés de Castille, entre 1520 et 1522. C’est alors la bourgeoisie et la petite noblesse castillanes qui ont voulu œuvrer contre l’écrasant pouvoir royal. L’on trouve des révoltes du même type et motivées par les mêmes causes entre 1519 et 1523 à Valence et à Majorque, dans le cadre des germanías, mais rien de comparable en Catalogne. Les Parlements médiévaux de Castille étaient les héritiers d’une tradition démocratique (au sens ancien du terme) qui a d’ailleurs été officiellement reconnue par l’UNESCO. Les Cortes de León (Parlement qui s’est réuni dans cette ville castillane en 1188) ont donné lieu à ce qui est aujourd’hui unanimement considéré comme le plus ancien témoignage documentaire d’un système parlementaire en Europe, vingt-sept ans avant la Magna Carta anglaise. Des spécialistes de l’histoire espagnole (à l’instar de Joseph Pérez, qui fait autorité en la matière) estiment par ailleurs que la Couronne d’Aragon, en dépit de la tenue régulière de Cortes peuplées de représentants (procuradores) très remuants, était gangrénée par des oligarchies qui ne brillaient pas spécialement par leur « progressisme ». La Catalogne elle-même était engluée dans des luttes menées par des paysans pressurés de charges, les payeses, qui refusaient de payer une remensa (somme d’argent fixée par le seigneur) pour pouvoir quitter la terre qu’ils cultivaient. C’est Ferdinand le Catholique qui a dû intervenir en personne et qui, par la Sentence arbitrale de Guadalupe de 1486, a tenté en vain de résoudre l’opposition entre petites gens et possédants. À la même époque, la Catalogne actuelle était aussi en proie à l’affrontement entre deux groupes qui représentaient parfaitement les oppositions oligarchiques régionales, avec d’un côté la Biga (seigneurie traditionnelle) et de l’autre la Busca (secteur commerçant dont le pouvoir était plus récent). Bien entendu, au Moyen Âge et à l’époque moderne, la démocratie au sens où nous l’entendons aujourd’hui n’existait nulle part mais les institutions castillanes étaient sensiblement moins autoritaires que les institutions aragonaises et, singulièrement, catalanes ;
4- contrairement à ce que prétendent sans cesse les séparatistes catalans, la Guerre de Succession d’Espagne (1701-1715) n’a pas été un conflit entre une Castille absolutiste favorable à Philippe v de Bourbon et une Catalogne fédéraliste qui soutenait l’archiduc Charles. Les historiens sérieux, aussi bien en Espagne qu’ailleurs, ont depuis longtemps fait le lit de cette interprétation biaisée et seuls les propagandistes à la solde des dirigeants séparatistes la défendent encore. Il ne m’appartient donc pas de reprendre tous leurs arguments ici. Notons toutefois que les Décrets de Nueva Planta, imposés par Philippe v après sa victoire définitive et qui sont si décriés par les sécessionnistes, ont par exemple permis l’abolition du servage en Catalogne. Elle était seule région d’Espagne qui conservait encore cette forme socio-économique archaïque et, il faut bien le dire, très peu démocratique. Par ailleurs, la nouvelle dynastie royale s’est empressée de confirmer les fueros (privilèges et droits coutumiers) des provinces basques et de la Navarre, qui l’avaient soutenue durant le conflit. L’on est loin du centralisme étroit qui constitue toutes les caricatures possibles et imaginables sur l’histoire espagnole ;
5- l’accession au Trône des Bourbons, en 1700, a d’ailleurs supposé pour la Catalogne un décollage économique formidable qui est l’œuvre directe de la dynastie. Comme le développe Jesús Laínz dans un livre majeur, la bourgeoisie catalane a eu un poids prépondérant dans les décisions socio-économiques du pouvoir central. Les dirigeants qui se sont succédé à Madrid ont ainsi toujours favorisé l’économie catalane et ses intérêts, y compris durant le franquisme, au détriment d’autres régions espagnoles (Valence, la Galice, la corniche cantabrique, l’Andalousie). L’existence d’une bourgeoisie développée en Catalogne n’était d’ailleurs pas synonyme de démocratisation avancée. À la fin du xixe siècle, par exemple, les élites catalanes étaient les plus bellicistes et esclavagistes de toute l’Espagne et ce sont elles qui refusaient avec le plus de véhémence l’indépendance de Cuba et des Philippines, allant jusqu’à rejeter la moindre idée d’autonomie relative de ces archipels au sein du Royaume d’Espagne. Ce sont les descendants spirituels et matériels de cette bourgeoisie réactionnaire qui sont au pouvoir en Catalogne depuis des décennies ;
6- ce siècle a également été marqué, chez notre voisin ibérique, par l’affrontement violent entre les libéraux (aussi nommés « isabélins », car regroupés autour de la reine Isabelle ii, qui a régné sur l’Espagne de 1833 à 1868) et les absolutistes (aussi nommés « carlistes », car partisans de l’infant Charles, oncle d’Isabelle et prétendant au Trône d’Espagne). Les premiers étaient favorables au maintien des acquis de la Guerre d’Indépendance contre Napoléon et voulaient consolider le parlementarisme dans le pays – même si ce parlementarisme était loin d’être aussi abouti que le nôtre. Les seconds, au contraire, s’accrochaient à un ordre révolu des choses, fondé sur l’autorité incontestée du roi ainsi que des élites seigneuriales et ecclésiastiques traditionnelles. Or, les carlistes ont prospéré pour l’essentiel dans les provinces basques et en Catalogne – et non pas à Madrid, en Castille ou dans le Sud de la péninsule Ibérique ! Il existe d’ailleurs une corrélation assez marquée entre les zones qui soutiennent le plus l’indépendantisme en Catalogne (province de Gérone et campagne intérieure) et celles qui ont le plus nourri le carlisme (faut-il y voir une simple coïncidence ou un réel lien de cause à effet ?) ;
7- aussi bien le nationalisme basque que le nationalisme catalan se fondent sur des penseurs et écrivains ouvertement xénophobes – Sabino Arana dans le premier cas et Enric Prat de la Riba, Pompeu Gener ou le docteur Bartolomé Robert dans le second. Ces faits sont bien connus et de telles doctrines ne sont en rien un accident ou une dérive fâcheuse des deux séparatismes : ils en forment le berceau et le réacteur nucléaire. D’ailleurs, les élites autonomistes puis séparatistes catalanes contemporaines (Jordi Pujol, Marta Ferrusola, Artur Mas, Núria de Gispert, Joaquim Torra, Oriol Junqueras, etc.) continuent d’avoir des déclarations xénophobes à l’encontre des autres Espagnols sans que leurs bases ne s’en émeuvent réellement. Dans son interview à la radio, Emmanuel Todd a une excellente intuition lorsqu’il estime que les séparatistes voient la Catalogne comme une nation bien européenne, qui s’intègrerait volontiers dans une Europe unie si elle devenait indépendante. Il faudrait pourtant qu’il aille plus loin : ce sentiment européen repose sur la conviction d’une supériorité catalane face au reste de l’Espagne (les Catalans seraient naturellement et intrinsèquement plus démocratiques, plus riches, plus civilisés, plus cultivés) et c’est lui qui empêche tout sentiment authentiquement eurocritique d’émerger au sein de l’indépendantisme. Le démographe s’illusionne beaucoup sur ce point. Après tout, le parti de l’actuel président de la Généralité de Catalogne, Joaquim Torra, se nomme bel et bien Parti démocrate européen de Catalogne (PDeCAT) ;
8- la gestion de la communauté autonome par les dirigeants séparatistes ne s’avère pas spécialement plus démocratique que dans le reste de l’Espagne, bien au contraire. Les agressions verbales et physiques envers les unionistes accompagnent volontiers le viol du droit des hispanophones de naissance (majoritaires en Catalogne) d’étudier dans leur langue maternelle. La corruption a plus touché cette région que le reste du pays tandis que le Parlement régional est régulièrement fermé par la majorité indépendantiste (qui ne correspond pas à une majorité sociale). À l’automne 2017, il n’était ouvert que lorsque Carles Puigdemont devait y faire un discours, un peu à la manière d’un monarque absolu s’adressant aux représentants de ses bons et fidèles sujets. L’objectif très clair était de rendre le moins de comptes possibles à une opposition embêtante. Ne parlons même pas du détournement de vastes sommes d’argent – environ 4 milliards d’euros selon les juges – en faveur de l’indépendantisme et donc au détriment de la politique sociale de la région.

Ne pas s’arrêter aux images d’Épinal
En somme, il n’y a pas de réelle tradition démocratique et éclairée catalane qui s’opposerait frontalement à une forme d’absolutisme autoritaire et étroitement centraliste castillan ou madrilène. Emmanuel Todd fait fausse route à ce sujet mais il n’est pas le seul en France. Cette vision romantique et manichéenne voudrait rééditer une Guerre civile fantasmée ou une lutte pour les peuples opprimés à la manière d’un George Byron se rendant en Grèce mais elle est à la fois dépassée, trompeuse et dangereuse.

L’on peut comprendre que certains tombent dans le panneau. Après tout, les élites nationalistes catalanes se sont montrées très efficaces lorsqu’il a fallu donner le changer avec la démocratisation de l’Espagne, entre 1975 et 1982. Leur « opération cosmétique » a été parfaite sur le plan de la communication, à l’image du FC Barcelone qui s’est inventé une virginité démocratique et s’est fait le héraut d’une « nation bafouée ». De la même façon, les autorités indépendantistes aiment rappeler à l’envi que le Parti populaire (principale formation conservatrice espagnole) a été fondé par Manuel Fraga, ancien ministre franquiste. C’est vrai, mais ils oublient volontiers de mentionner que, lors des premières élections municipales libres après la mort de Francisco Franco, en 1979, bon nombre de maires encartés chez Convergence et Union (ancêtre direct du PDeCAT, parti de Puigdemont et Torra) étaient eux aussi issus des rangs franquistes et s’étaient habilement recyclés.

Un dernier mot enfin. Alors que le Parlement régional catalan n’a eu de cesse, ces dernières années, de réduire les droits de l’opposition aux indépendantistes, un événement capital a eu lieu au Parlement central espagnol entre la fin du mois de mai et le début du mois de juin 2018. Suivant les dispositions prévues à l’article 113 de la Constitution de 1978, une majorité d’élus de la chambre basse a renversé le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy pour installer au pouvoir le socialiste Pedro Sánchez. Dans ce cadre, le vote des députés nationalistes basques et séparatistes catalans a été crucial. Sans eux, une telle motion de censure n’aurait jamais pu passer.
Quelle étrange démocratie que celle qui empêche l’opposition de s’exprimer et quelle étrange dictature que celle qui permet que l’infâme tyran soit chassé du pouvoir sans effusion de sang, par une procédure tout à fait transparente et prévue de longue date !

31/07/2018

Endoctrinement à l’école, Elena témoigne !

EC996F02-0A79-4077-8F8D-A5B3F19EC91C.jpegFrançois Meylan : *Elena, vous êtes née à Barcelone et votre vécu avec l’endoctrinement à l’ecole me glace le sang. Comment peut-on politiser ainsi l’éducation publique jusqu’à la confondre avec une secte ?

Elena : Je suis née en 1985 au cœur de Barcelone et au sein d’une famille d’origine castellane, de Léon et d’Andalousie. Aux yeux des nationalistes catalans, ceux qui donnent de l’importance à la génétique, je suis et je serai toujours une fille de « nouvinguts » ou d’immigrants, comme se sont toujours chargés de me le rappeler les professeurs du collège. J’appris en ce temps-là la signification du mot “charnego”.

Ce fut précisément au collège, à l’âge de 8 ans, que j‘étudiais l’histoire de Wilfried le poilu, à qui il faut attribuer l’indépendance des comtés catalans du royaume de France. Evidemment, les professeurs ne perdirent pas l’occasion de nous transmettre la version la plus fantasmagorique et la plus sanguinaire de l’histoire, dans laquelle on attribue aussi à Wilfried l’origine du drapeau catalan des quatre lignes ensanglantées dans un champ doré : la Señera.

Profitant d’être sur la lancée historique, cette même année, nous apprenions les paroles de la chanson l’ « Estaca » de Lluis Llach, que nous chantonnions à toute heure à la maison. Ce qui ne manquait pas d’indigner ma mère qui me trouvait trop jeune pour siffloter des mélodies politiques en permanence, et qui considérait que des chansons comme « Paff el drac màgic» ou « Dins la fosca» étaient plus de mon âge.

A cette époque, ils nous racontaient aussi que Franco avait interdit de parler catalan, donc ils nous demandaient de parler dans cette langue dans la cours de l’école. Les professeurs m’appelaient même pendant la recréation pour me demander de parler en catalan. Mais moi, comme mes camarades de classe de familles hispanophones, nous les ignorions.

J’ai toujours aimé lire. Au collège, chaque semaine j’empruntais des livres à la bibliothèque et à vrai dire, je ne me souviens pas d’avoir lu en Castillan. Probablement pour la simple raison qu’il n’y avait pas de livre dans la langue de Cervantes. J’ai gagné durant des années les « Jeux Floraux » de San Jorge, au collège puis au lycée. En août 2003, lors d’un évènement organisé par la Generalitat de Catalogne, je reçu une distinction lors du concours d’entrée à l’Université, document signé par le Conseiller des Universités, en ce temps-là Andreu Mas Colell.

FM : À vous entendre, l’endoctrinement à l’école était planifié et systématique ?

Elena : Oui, cela fait partie du plan de Jordi Pujol. Par chance il a raté. Aussi grâce à mes parents. Ils se sont toujours préoccupés de mon éducation et m’ont appris les bases élémentaires de respect. Que les êtres humains sont égaux indépendamment de leurs origines ou nationalités. Qu’il n’y a pas de nations ou d’origines meilleures que les autres.

FM : En quelque sorte vous avez été privilégiée. Imaginez les jeunes qui n’ont pas eu cet ancrage à la maison. Et qu’en est-il de la suite de vos études ?

Elena : Lorsque j’ai commencé l’université, mes bonnes notes et mon accent espagnol furent l’objet de blagues les plus cruelles de la part des plus radicaux. En 2003, j’ai arrêté de parler catalan.

L’indépendantisme, de mon point de vue, s’autodétruit. Car il crée des gens égoïstes, arrogants et avec un complexe de supériorité. Tout le travail minutieux des professeurs du collège n’a servi à rien à partir du moment où j’ai reçu le mépris de certains camarades de classe. Je pris conscience de l’existence d’une société suprémaciste et mesquine. Par chance, je dois dire qu’à l’Université, j’ai aussi rencontré mes meilleurs amis. De vrais amis, catalans depuis plusieurs générations, qui valorisent les personnes au-delà de leurs origines et accents.

Tout le temps où j’ai vécu dans l’autonomie catalane, je n’ai jamais parlé de mon idéologie politique par peur du rejet social. En octobre 2008, je suis partie vivre en Allemagne. Jusqu’aux dernières élections de décembre 2017, je n’ai plus revoté.

Beaucoup de complexes provenant de nombreuses années de manipulation. Tout ce qui est arrivé à partir du 1er octobre m’a ouvert définitivement les yeux. Cela m’a donné la force de lutter pour une Catalogne plurielle et métissée. Ma maison est foncièrement démocratique et s’appelle aussi bien Espagne, Catalogne qu’Europe. Monter une population contre une autre ne fait aucun sens. 

* prénom d’emprunt 


**nouvinguts : nouveaux venus
**charnego : singes
**l’Estaca : le Pieu
**Paff el drac màgic : Paff le dragon magique
**Dins la foca : Dans la brume

20/07/2018

L’emprise...

D321464F-3C95-4199-9AE8-2A358EACCDC2.jpegVous avez vécu un jour ou l’autre une situation d’emprise. Comment cela fonctionne ? Un individu que vous pensez bienveillant vous fait exister. Dans votre existence, un peu solitaire, en recherche de sens ou traversant une fatigue passagère vous rencontrez cette personne. Elle s’intéresse à vous. Vous porte de l’attention. Vous avez l’impression de ne plus vous sentir seul. Ses paroles comme par la suite ses messages sont savamment dosés pour créer une dépendance. Mais qu’importe puisque vous exister. C’est ce que vous croyez.

 

 

En réalité vous n’existez plus. Vous êtes passé de sujet à objet. Vous n’êtes plus qu’un instrument. À la merci 8C1445B5-0450-410B-9CB5-08BF9CBF67CC.jpegde cet individu que vous croyez toujours être votre ami vous allez le suivre dans ses actions et même faire des choses contre votre propre intérêt et celui de vos proches. Il n’y a ni générosité ni amour et encore moins de perspectives avec cette personne qui vous a mise sous son emprise. Ce n’est que manipulation intéressée.

 

 

Votre organisme se manifeste, il résiste, une petite voixA66A5282-8BA5-414C-BFF9-A540647FC1BC.jpeg en vous tire l’alarme dès le début de l’entrée en relation. Mais vous ne l’écoutez pas. Parce qu’il y a la nouveauté, le jeu, la curiosité et 7CF3177D-5142-4D02-891D-C231A23A184F.jpegsurtout cette incroyable sensation d’exister. Sans compter le sentiment d’appartenance qui est également fort très fort. Plus l’emprise sera longue plus en sortir sera difficile. Pourtant, il faudra le faire. Ce sera tôt ou tard une question de vie ou de mort. On retrouve le phénomène d’emprise tant dans le couple, sur le lieu professionnel, dans la famille, en politique et ailleurs. Le fonctionnement des sectes est édifiant, dans ce domaine. Force est de constater qu’en Catalogne il est en train de se passer quelque chose de la sorte. C’est inquiétant. De voir autant de gens qui agissent comme dans une secte, totalement sous emprise, guidés par des marionnettistes qui n’ont strictement rien à leur offrir comme projet de société. Si ce n’est que d’alimenter leur jouissance narcissique et de poursuivre le bal des vampires.