07/04/2019

Cataluña; un proceso judicial que cumple las reglas del arte de la democracia

D5C24950-1C60-42C8-AFD2-41A75466BFB1.jpegEntrevista exclusiva con Nicolás Klein

FM: El juicio a los acusados de tentativa de golpe de Estado en el seno de la autonomía catalana en otoño de 2017 (juicio que comenzó en Madrid el pasado 12 de febrero) está siendo televisado y retransmitido por internet en directo ¿Por qué?

Nicolas Klein: La razón es muy simple. Se trata del juicio que ha generado mayor expectativa desde aquel otro a los acusados de la tentativa del golpe de Estado militar que se produjo el 23 de febrero de 1981. Los antiguos responsables de la Generalidad de Cataluña que se sientan hoy en el banco de los acusados, según figura en los escritos de acusación, intentaron fracturar España declarando, de manera ilegal (y en contra de la mayoría de la población regional) la independencia de una Comunidad Autónoma. Si esta tentativa hubiese triunfado, el seísmo en España habría sido de considerables dimensiones y además habría tenido unas repercusiones colosales en todos los ámbitos.
En otro orden de cosas, para España también resulta de vital importancia el mostrar al conjunto de sus conciudadanos (especialmente a los separatistas) y al mundo entero que nada tiene que ocultar y que su Administración de Justicia actúa con total transparencia.

FM: ¿Se sabe cuánto durará el juicio?

Nicolas Klein: En teoría, el juicio debe durar hasta finales de mayo o principios de junio. De hecho, nadie sabe si esta fecha límite se cumplirá porque se trata de un juicio complejo, que requiere muchas declaraciones testificales de los actores más o menos relevantes de la crisis (el ex presidente del gobierno español, Mariano Rajoy, por ejemplo, fue llamado a declarar en tal calidad). Este juicio aún movilizará al Tribunal Supremo y a los medios de comunicación durante varias semanas más.
Además, la Semana Santa se acerca rápidamente y es un período festivo muy importante en España, lo cual podría retrasar la conclusión del juicio, habida cuenta los numerosos días inhábiles a efectos judiciales que implica.

FM: Este juicio, está poniendo de manifiesto cómo y a qué precio los acusados "compraron" observadores internacionales supuestamente neutrales durante el referéndum ilegal del 1 de octubre de 2017 ¿Puede decirnos algo más sobre ello?

Nicolas Klein: En el marco de la organización del referéndum sobre la independencia ilegal del 1 de octubre de 2017, la Generalidad de Cataluña solicitó a unos supuestos "observadores internacionales" que supervisaran el escrutinio (lo que no impidió que fuera contaminada por un gran número de irregularidades y fraudes). Los "observadores" en cuestión fueron contratados directamente por las autoridades regionales porque la Comisión de Venecia y la OSCE, dos organizaciones encargadas de validar las elecciones y votaciones en Europa, no reconocieron la legitimidad del referéndum,

En su declaración prestada en calidad de testigo ante el Tribunal Supremo, el 27 de marzo, la jefa de estos doce "observadores", Helen Catt, admitió que el gobierno catalán había pagado a este grupo de "expertos" 115.000 euros en total, incluyendo 8.000 euros para sí misma.

Esa forma de proceder arroja serias dudas sobre las posibles conclusiones de tal grupo de "observadores". Sorprendentemente, Catt dijo ante los magistrados del Tribunal Supremo que no recordaba lo que había pasado el día 1 de octubre de 2017 ...

FM: ¿Podríamos decir que este juicio se está desarrollando de manera ejemplar y, en caso afirmativo, por qué?

Nicolas Klein: No soy un especialista en Derecho ni en procesos judiciales. Sin embargo, de todo lo que he leído y presenciado y en virtud de los testimonios de expertos que he podido reunir, no hay nada que sugiera un juicio fraudulento o uno cuyo Fallo venga ya predeterminado.
Los únicos que apoyan esta tesis son los propios separatistas catalanes, los cuales, sin embargo, no pueden aportar ninguna prueba que respalde sus afirmaciones. Es cierto que sus tesis las refuerzan unos supuestos "observadores internacionales" que siguen el juicio día tras día ... pero estos observadores son en realidad miembros de seis asociaciones secesionistas (Asociación Catalana para la Defensa de los Derechos Humanos, Collectif Praga, Instituto de Derechos Humanos de Cataluña, Irídia, Novact y Observatorio del Sistema Penal y Derechos Humanos) cuyas conclusiones están por tanto más que orientadas ...

Debe quedar claro: en la mayoría de los rankings internacionales, España se considera una democracia "completa", donde se respetan todas las garantías y derechos fundamentales. En 2018, la independencia del sistema judicial español, a menudo cuestionada por los separatistas, No sólo existe sino que incluso ha mejorado significativamente, según la Unión Europea. La idea de un Tribunal Supremo actuando “a la orden” es algo que no está demostrado por hechos concluyentes. Por tanto se trata de una afirmación a priori inválida y, también hay que decirlo, bastante vinculada a ciertos poderes políticos.

Fotos: FM

05/04/2019

Catalogne, un procès dans les règles de l’art pour la démocratie !

F6DEF2E0-615D-4A16-8237-0C72BB0C50A2.jpeg
Entrevue exclusive avec Nicolas Klein...
 
FM : Le procès des auteurs de la tentative de coup d’État au sein de la Catalogne à l’automne 2017 (et qui a commencé à Madrid le 12 février dernier) est télévisé et retransmis en direct. Pourquoi ?

Nicolas Klein : La raison en est simple : il s’agit du procès le plus attendu en Espagne depuis celui des auteurs de la tentative de coup d’État militaire du 21 février 1983. Les anciens responsables de la Généralité de Catalogne qui se retrouvent aujourd’hui sur le banc des accusés ont en effet tenté de fracturer l’Espagne en déclarant illégalement (et contre l’avis d’une majorité de la population régionale) l’indépendance d’une communauté autonome. Si cette tentative avait porté ses fruits, le séisme aurait été considérable en Espagne et aurait eu des répercussions colossales sur tous les plans.

Par ailleurs, il s’agit aussi pour l’Espagne de montrer à l’ensemble de ses citoyens (notamment aux séparatistes) et au monde entier qu’elle n’a rien à cacher en la matière et que sa justice agit en toute transparence.

B32FE306-B51E-47F6-BCC4-2A00225A92BA.jpegFM : A-t-on une idée de sa durée ?

Nicolas Klein : En théorie, le procès est censé durer jusqu’à la fin du mois de mai ou au début du mois de juin. En réalité, nul ne sait si ce délai sera respecté car il s’agit d’un jugement complexe, qui nécessite de très nombreux témoignages d’acteurs plus ou moins célèbres de la crise (l’ancien président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a par exemple été invité à témoigner dans ce cadre) et qui va mobiliser la Cour suprême et les médias pendant plusieurs semaines encore.

De plus, la Semaine sainte arrive à grands pas et il s’agit d’une période festive très importante en Espagne, ce qui pourrait donc retarder les conclusions du procès en raison des nombreux jours fériés à venir.

1A849A6F-10C5-4A68-929E-8414D6BC4C5B.jpegFM : Ce procès a déjà révélé comment et à quel prix les inculpés ont « acheté » des observateurs internationaux censés être neutres lors du référendum illégal du 1eroctobre 2017. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nicolas Klein : Dans le cadre de l’organisation du référendum indépendantiste illégal du 1er octobre 2017, la Généralité de Catalogne a demandé à des « observateurs internationaux » de superviser le scrutin (ce qui ne l’a nullement empêché d’être entaché d’un grand nombre d’irrégularités et de fraudes). La Commission de Venise et l’OSCE, deux organisations chargées de valider les élections et votations en Europe, n’ayant pas reconnu la légitimité de ce référendum, les « observateurs » en question ont été directement embauché par les autorités régionales.

Lors de son témoignage devant la Cour suprême espagnole, le 27 mars dernier, la responsable de ces douze « observateurs », Helena Catt, a reconnu que ce groupe d’« experts » avait été payé par le gouvernement catalan (115 000 euros en tout, dont 8 000 euros directement pour elle).

Une telle façon de procéder jette évidemment le trouble sur les possibles conclusions d’un semblable groupe d’« observateurs ». Étrangement, Catt a affirmé devant les magistrats de la Cour suprême ne pas se souvenir des événements de la journée du 1er octobre 2017…

21E03904-D6A4-465D-AB9F-867EA32E203A.jpegFM : Peut-on dire que ce procès est conduit de manière exemplaire et si oui, pourquoi ?

Nicolas Klein : Je ne suis pas moi-même un spécialiste du droit et des procédures judiciaires. Néanmoins, de tout ce que j’ai lu et pu constater ainsi qu’en vertu des témoignages d’experts que j’ai pu recueillir, rien ne laisse présager d’un procès truqué ou dont le verdict serait prédéfini.

Les seuls à soutenir cette thèse sont les séparatistes catalans eux-mêmes, qui ne peuvent toutefois apporter aucune preuve pour étayer leurs dires. Il est vrai qu’ils sont confortés dans leurs thèses par des « observateurs internationaux » qui suivent le projet jour après jour… mais lesdits observateurs sont en réalité membres de six associations sécessionnistes(Association catalane pour la Défense des Droits de l’Homme, Collectif Prague, Institut des Droits de l’Homme de Catalogne, Irídia, Novact et Observatoire du Système pénal et des Droits de l’Homme) dont les conclusions sont par conséquent plus qu’orientées…

Il faut être clair : dans la plupart des classements internationaux, l’Espagne est considérée comme une démocratie « pleine », où toutes les garanties et droits fondamentaux sont respectés. En 2018, l’indépendance de la justice espagnole, souvent remise en cause par les indépendantistes, s’est même sensiblement améliorée selon l’Union européenne. L’idée d’une Cour suprême aux ordres, outre le fait qu’elle n’est pas démontrée par des faits probants, est donc a priori invalide et elle-même peu indépendante à l’égard de certaines puissances politiques.

Photos : FM

12/03/2019

Les mythes et fantasmes entretenus par l’appareil séparatiste catalan...

ED5F5747-8B1C-435B-B3CD-3DBE18EA104B.jpeg
Entretien exclusif avec Nicolas Klein, professeur, auteur et spécialiste de l’Espagne.
 
FM : L’indépendantisme catalan alimente des mythes comme celui d’un ennemi héréditaire ou encore celui d’être volé économiquement ce qui a été invalidé à maintes reprises. Il utilise la victimisation dans sa propagande. Il aime ressusciter Franco. Pourtant, il apparaît que la Catalogne n’a pas plus souffert du franquisme que les autres régions d’Espagne. Qu’en-est-il ?

Nicolas Klein  : L’indépendantisme catalan aime en effet mettre l’accent sur la victimisation dont il aurait particulièrement fait l’objet, selon ses défenseurs, au cours de l’histoire espagnole, surtout en comparaison des autres régions du pays. Tantôt, ce sont la Castille et Madrid, dépeints comme d’horribles monstresfroids et centralisateurs, qui occupent le devant de la scène dans ce discours schématique ; tantôt, ce sont l’Andalousie et l’Estrémadure, terres méprisées car « arriérées » et plus pauvres mais aussi plus « généreusement arrosées » d’argent par l’État central, qui reviennent au premier plan.

AEB50C96-D41B-4C48-B636-A78E6D8EEF2A.jpegEn réalité, d’un point de vue économique, la Catalogne et le Pays basque ont été les deux grands gagnants de la période franquiste car la dictature n’a fait que poursuivre une politique menée depuis deux siècles au moins (politique dont lesinitiateurs sont les Bourbons). La bourgeoisie catalane a été l’un des piliers matériels et financiers fondamentaux du camp nationaliste durant la Guerre civile (1936-1939) car elle était effrayée par les « rouges » et ne voulait surtout pas d’une victoire de l’extrême gauche républicaine. Elle s’est donc montrée très proche de Francisco Franco, l’exemple le plus frappant en étant sans doute l’entrepreneur Francesc Cambó, grande figure de la Ligue régionaliste dont les descendants idéologiques actuels sont Carles Puigdemont et Quim Torra.

Franco, qui savait pertinemment qu’il devait en partie sa victoire à cette bourgeoisie farouchement anticommuniste, lui a bien rendu la pareille à partir des années 50-60. C’est la Catalogne qui a été la mieux dotée en termes d’infrastructures lourdes (autoroutes, ports, pôle pétrochimique de Tarragone) dans tout le pays et elle a également bénéficié de nombreux avantages (Madrid, par exemple, n’a reçu l’autorisation d’organiser une foire internationale que des décennies après Barcelone et c’est la jeune démocratie espagnole qui lui a octroyé ce droit, pas Franco).

De fait, ce sont les Catalans et les Basques qui ont accueilli avec le plus de ferveur populaire le caudillo lors de ses déplacements en province (les images sont à ce sujet éloquentes), notamment dans les zones les plus indépendantistes à l’heure actuelle, comme Berga ou Manresa. Il faut comprendre qu’il s’agit en fait des héritières du carlisme (idéologie absolutiste, réactionnaire et traditionaliste qui s’oppose au libéralisme de Madrid à partir du xixe siècle) qui ne font que reproduire depuis lors, ce rejet de l’égalité et du projet démocratique porté par le centre du pays.

Si l’on s’en tient à la répression des nationalistes contre les républicains, selon les estimations du juge Baltasar Garzón (que l’on ne peut guère tenir pour un nostalgique du caudillo), entre 1936 et 1939, la Catalogne a été moins touchée que la région de Valence, la Nouvelle-Castille, l’Estrémadure, le León et la Vieille-Castille, la Galice ou même les Asturies, autant de provinces moins peuplées.

Après 1939, la province de Cordoue a connu des exactions bien plus importantes que celle de Barcelone, pour ne citer qu’un autre exemple frappant.

Reste la problématique du catalan, qui n’a en effet pas été promu au même titre que le castillan durant la dictature. Il n’en reste pas moins que cette langue régionale n’a pas été bannie de l’espace public : les foules passionnées qui recevaient Franco en Catalogne l’accueillaient avec des calicots en catalan. Par ailleurs, même si l’enseignement du catalan n’étaient alors pas aussi répandu qu’aujourd’hui, nombre de livres étaient officiellement publiés dans cette langue et il existait même des concours littéraires qui la mettaient à l’honneur et n’avaient rien de clandestin.

Par conséquent, la société catalane n’a ni plus, ni moins souffert du franquisme que celle du reste du pays.

9161D306-8370-41C0-A2D3-6FE80B8DD852.jpegFM À contrario, l’indépendantisme catalan semble taire les années noires d’un certain Lluís Companys. Qui était-il ?

Nicolas Klein  : Lluís Companys est en effet une figure-clé de l’histoire contemporaine catalane (et, partant, espagnole). Né en 1882, il est avocat de formation et occupe brièvement le poste de ministre de la Marine de l’Espagne en 1933. Il préside par la suite la Généralité de Catalogne, de 1934 à 1940.

Il s’agit de l’un des principaux chefs de file de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), parti qui existe toujours aujourd’hui et défend l’indépendance de la communauté autonome. Exilé en France après la défaite des républicains à l’issue de la Guerre civile, il est arrêté par la Gestapo, remis aux autorités franquistes et fusillé à Barcelone en 1940. Cette fin tragique lui confère bien entendu une aura considérable dans l’univers séparatiste actuel.

FM : Quels sont les faits qu’on peut lui reprocher ?

Nicolas Klein  : L’exécution de Companys par les autorités franquistes est parvenue à éclipser dans l’esprit de beaucoup son action somme toute contestable (pour le dire gentiment) en tant que président de la Généralité de Catalogne.

Le dernier président de la Seconde République espagnole, Manuel Azaña, rapporte dans ses mémoires que Companys était partisan d’une « démocratie expéditive » (democracia expeditiva), expression qui en dit déjà long sur les convictions de ce dirigeant.

Outre le fait qu’il a proclamé l’indépendance de la Catalogne en octobre 1934 (trahissant ainsi la République), il a surtout ordonné des exécutions massives et aveugles à l’encontre de tous ceux qui avaient le malheur de ne pas communier avec ses idées. Ses massacres d’ecclésiastiques sont restés tristement célèbres, même s’il ne s’agit pas du seul secteur qui a eu à souffrir de la répression qu’il a orchestrée.

B3CF6E7E-43FC-44A4-B7AE-65F2E4E0736C.jpegFM : Pourtant, de Lérida à Barcelone en passant par Blanes et Manresa pour ne mentionner que ces villes –, des rues portent son nom. Comment est-ce possible ?

Nicolas Klein  : Toutes les nations ont besoin de références mythiques et de légendes fondatrices. Au même titre que Rafael Casanova, Francesc Cambó ou Enric Prat de la Riba, Lluís Companys figure dans le panthéon des « héros » qui ont lutté pour l’indépendance et la « liberté » de la Catalogne, tout du moins si l’on considère les choses avec le regard des séparatistes.

Il convient, dans ce contexte, d’éviter de souiller leur nom et leur réputation. La Généralité a donc mis sous le tapis tout ce qui pouvait la gêner chez de tels personnages au nom du combat pour la construction d’une réalité nationale catalane qui se veut radicalement opposée à la réalité nationale espagnole (ou à ce que les sécessionnistes en perçoivent). Elle n’en est de toute façon pas à une manipulation près…