14/06/2012

La majorité sera-t-elle encore aux abstentionnistes ?

Ce jeudi 14 juin 2012, le quotidien « Le Temps » nous apprend que le taux de participation atteint à peine les 25 % pour l’élection du Conseil d’Etat genevois. Soit à quatre jours de l’échéance. Les abstentionnistes sont toujours plus nombreux. Pourtant, cette élection d’un niveau élevé met au défi des personnalités à la fois compétentes et hautes en couleurs. Par exemple, le PLR Pierre Maudet pour ne pas le nommer.  

Faut-il le rappeler ? La dernière complémentaire à la Municipalité de Morges n’a mobilisé que 29 % de l’électorat. Elle affrontait alors la gagnante Sylvie Podio (les Verts) à Alain Troger (PLR).

Mais quels sont les arguments en faveur des abstentionnistes ?

iStock_000016593641Small.jpgIl est souvent question de gens actifs qui déclarent ne pas avoir le temps d’aller voter. Ils pensent que cela ne sert pas à grand-chose. Ils disent également que cela soit pour un camp (la Droite) ou l’autre (la Gauche) cela ne changera rien au final. Avec raison, si on considère la paupérisation de la classe moyenne depuis une décennie. Quant au vote par correspondance, il faut aller chercher un timbre poste. Pour un pendulaire ou quelqu’un dont les horaires ne coïncident pas avec les heures d’ouvertures du bureau postal c’est ennuyeux. La Poste a supprimé les distributeurs d’empruntes d’affranchissements. Beaucoup également pensent que « tout va bien Madame la Marquise ». En regard avec ce qui se passe chez nos voisins européens, on ne saurait leur donner tort.

Que pouvons-nous faire ?

Elever la qualité et la densité du débat politique. Dans ce sens, les journalistes ont un rôle primordial. Encourager François Meylan à la Municipalité.jpgl’instruction civique à l’école. Equiper le vote par correspondance avec des enveloppes déjà affranchies. Le coût pour la collectivité n’en serait que minime.

Un élément clé est d’offrir le choix. Promouvoir de nouveaux candidats. D’autres profils armés de compétences complémentaires.

En augmentant le choix - de facto le nombre de candidats neufs, on augmente les chances d’accroître la base électorale. Chacun mobilisant son entourage et de nouveaux soutiens. A coup sûr, une quantité de gens qui n’iraient pas voter habituellement. A méditer…