11/04/2019

De ce côté de la loi !

14F9649C-23BD-4163-9B2F-8BB979EE397F.jpeg*Buenos días y bienvenidos otro día más a este lado de la ley.

**Hoy es uno de aquellos días en que me embarga la indignación y el mosqueo. Hoy he leído un artículo donde informaban cómo quieren sancionar a mi compañero del cuerpo de Mossos d’Esquadra, el MOZO Octavi de la BRIMO, por decirle a un agente rural la república no existe idiota.

He de recordar que el agente rural al que le dijo mi compañero Octavi la palabra que es motivo de sanción, “idiota”, está sometido a un régimen disciplinario como funcionario de la Generalitat que establece como infracción muy grave el ir uniformado fuera de su servicio habitual.

Yo me pregunto si el jefe de ese agente rural, el Director General de Agentes Rurales, también le ha abierto expediente a ese funcionario por pulular fuera de servicio con su uniforme de trabajo.

Por cierto, como curiosidad os diré que el actual Director de Agentes Rurales, el señor Marc Costa Trachsel, ex Mosso d’Esquadra al que le crearon a medida esa plaza de 82.000 euros al año (es decir, 6.900 euros mensuales), debe ser otro alto funcionario del gobierno catalán al que España le roba.

Pues, según informa un periódico digital, resulta queeste ex Mosso d’Esquadra de Ripoll al que colocaron a dedo como Director de Agentes Rurales trabajaba,como no puede ser de otra manera, en la Asamblea Nacional Catalana antes de que le dieran el puestecito al mando del ejército armado de los agentes rurales.

También como curiosidad contaros que Costa Trachselestuvo al mando de su ejército mientras se aplicaba el Artículo 155 y al mismo tiempo se mofaba a través sus redes sociales del Ministro Zoido y de toda la cúpula del Ministerio del Interior Español.

Todo ello se pasó por alto con el Artículo 155. También se pasó por alto que de este sujeto reclamara la formación de un ejército catalán. Pero a la Jueza Lamela no pasó por alto la actuación de este funcionario de la Generalitat de Cataluña

La jueza Lamela pidió que Costa Trachsel, que quería mantener el Golpe de Estado catalán, fuera investigado por su participación en el referéndum ilegal del 1 de octubre y finalmente fue investigado por delito de desobediencia por parte de los juzgados de Vic.

También me pregunto si el Consejero de Interior, el honorable Miguel Buch, actualmente también ha abierto expediente al bombero que estaba al lado de Octavipor vestir su uniforme de trabajo fuera de su servicio habitual, o si ha abierto un expediente disciplinario a la Mossa d’Esquadra Alejandra que durante el día del Butifarrèndum ilegal filtraba con su móvil personal, a través de su cuenta de WhatsApp, dónde estaban alojados los compañeros de la Policía Nacional y de la Guardia Civil. Ellos fueron los compañeros que vinieron a cumplir la orden dada por la jueza del Tribunal Superior de Justicia de Cataluña, para evitar el referéndum ilegal organizado por los políticos catalanes.

Me pregunto también si, al igual que expedientan a mi compañero Octavi por la palabra idiota”, van a expedientar al mosso d’esquadra que la semana pasada declaró en el Tribunal Supremo por haber sido identificado el día del Butifarrèndum”, por haber insultado en su puesto de trabajo y uniformado a miembros de la Guardia Civil.

¡Ah, vaya lo olvidaba! no es valorado de la misma manera que el insulto sea proferido por parte de un funcionario indepe a que lo haga cualquier otro funcionario que no exprese esa ideología política, como es su deber. Olvidaba también el detalle importante de que la ley no es igual para todos y que el rasero de la libertad de expresión de los mossosindepes es diferente a los de los constitucionalistas leales a las leyes vigentes y a las resoluciones judiciales.

En el Artículo 11 de la Ley de Policía de la Generalitat(Principios de Actuación) se indica que: “En cuanto a la dedicación profesional, los miembros del Cuerpo de «Mossos d’Esquadra» llevarán a cabo sus funciones con total dedicación, debiendo intervenir siempre, en cualquier momento y lugar, se hallen o no de servicio, en defensa de la ley y de la seguridad ciudadana”. Es decir, que mossos d’esquadra deben actuar como tal 24 horas del día. Pero este Principio de Actuación, ya os informo que sólo es aplicable a aquellos mossosdesleales con este régimen dictatorial del nazionalismo" independentista y leales no sólo a España sino a la legislación vigente. Por el contrario, todos los mossos afines a la línea ideológica del Govern de la Generalitat de Cataluña tienen barra libre y tolerancia total con su libertad de expresión y libertad de actuación fuera de servicio.

Hemos de recordar que el honorable Conseller de Interior Buch está actualmente investigado por delitos de malversación y prevaricación por parte de la Fiscalía de Cataluña. Esa investigación viene derivada de una denuncia presentada por ofrecer un puesto como asesor al sargento Lluís Escolà con un sueldo aparejado de 76.000 euros (como premio por haber ayudado a fugarse al presunto delincuente y ex presidente Carles Puigdemont). Pero en realidad el sargento Lluis Escolà se dedicaba poco a asesorar y mucho a escoltar al fugado de la justicia española a costa del erario público, Así se le acabó el chollo a Lluís Escolà, sargento de los mossos d’esquadra que, además de esto, a través de Twitter se reía abiertamente de sus condición de asesor y confesaba que lo que verdaderamente estaba haciendo era acompañar al fugado de la justicia española Carles Puigdemont, (actividad que recuerdo está prohibida por el Estado Español).

Al igual que la señora mossa d’esquadra Alejandra puede tranquilamente filtrar por su WhatsApp los alojamientos de la policía estatal, el mosso AlbertDonaire i Malagelada (niñato youtuber y portavoz del movimiento “Mossos per la Independència” ligado a la ANC) puede insultar a la Guardia Civil, mientras es perfectamente identificado por ellos, sin ninguna consecuencia, y despotricar tranquilamente de las instituciones españolas sin que le afecte nada que tenga que ver con la neutralidad política. Mientras que a través de sus redes sociales sube toda clase de evidencias gráficas de cómo vota fuera de servicio a favor del “Butifarrèndum ilegal, el mismo Butifarrèndumque el Tribunal Superior de Justicia ordenaba a los policías, que lo evitasen, identificasen a los organizadores y retiraran las urnas (recordemos aquí sobre el Artículo 11 de la Ley de Policía de la Generalitat: Principios de Actuación…)

Una gracia tremenda cuando el director general de policía me contesta a mi denuncia interna, que votar no es delito.

Este sujeto olvida que, nosotros no somos ciudadanos normales y corrientes sino, funcionarios, sujetos a un régimen disciplinarios que ellos, aplican a su libre albedrío, en función de a quien les interesa barrer y machacar o, a quien le tienen que poner un sueldo de asesor o de director general de agentes rurales.

Aquí tienes tu premio o tu castigo en función de la ideología política del agente policial.

Y luego hablan de la cobardía de los mozos de escuadra que nos queremos ir de este cuerpo policial. Que ya no aguantamos más. La dejación de funciones del gobierno estatal durante 40 años no debe hacer de nosotros y nuestras familias mártires y víctimas de una situación en la que el gobierno no ha ejecutado el obligado cumplimiento de la supervisión de las competencias transferidas a esta comunidad desde siempre desleal.

Pedimos el desarrollo de la disposición adicional 4 vigente desde el año 2015 en la Ley de Personal del Cuerpo Nacional de Policía que nos permitiría salir de este infierno de cuerpo policial y al que tenemos derecho y que el legislador español, tiene obligación.

*Testimonio de una policía catalana - Témoignage d’une policière catalane 

** Photo : Barcelona, FM

09/02/2019

Marta Rovira empêchée par la police à Genève !

D5546E22-8A24-438D-A1BE-8916B6D33E4B.jpegVendredi 8 février 2019, Marta Rovira, ex sécrétaire de *l’ERC - la gauche républicaine catalane - a une nouvelle fois cette année fait venir toute la direction de sa formation politique depuis Barcelone pour marquer un coup médiatique et symbolique fort sur la place des Nations, à Genève. Précisions que le président de cette formation est en prison préventive pour sa participation à la tentative de coup d’état dans l’autonomie catalane les 6 et 7 septembre 2017. À cette époque une courte majorité d’élus indépendantistes avaient violé la constitution espagnole, le statut de l’autonomie - le même qui leur avait pourtant permis d’être élus - et la majorité qualifiée des deux tiers requise en Catalogne.

Pour ainsi se délester de l’opposition et passer en force une nouvelle loi de déconnexion d’avec l’Espagne, Ceci dans le déni le plus total de la majorité de la population catalane qui ne partage pas les vues séditionistes. Le rapport est d’environ de 2 millions en faveur de l’indépendance contre 5,4 millions qui se sentent à la fois espagnol que catalan et ainsi sont atachés à la double culture. Ce vendredi, la manœuvre de Marta Rovira consistait à tenir une conférence de presse sur l’emblématique place des Nations, à la hauteur de la célèbre chaise manifeste contre l’emploi des mines anti personnelles. Entourée de sa coupole, une trentaine de personnes ayant volé avec EasyJet le matin même, et avec comme seul média la TV3, organe de propagande séparatiste financé avec les impôts de tous les Catalans.

L’illusion donnée par l’imposante allée des drapeaux, devant le siège onusien, est toujours bonne pour un plan marketing. Pire, pour une action de manipulation des masses dont l’appateil séparatiste catalan, d’origine criminelle, a le secret. Le lieu offre une ambiance solanelle et laisse croire à une visite protocolaire qui en réalité n’a pas lieu. Comme a tenté de nous faire croire, jadis, le journaliste du quotidien "Le Temps", Adrià Budry Carbo, avec son article sur l'élu et séparatiste catalan, également membre de l'ERC, Roger Torent : "A Genève, la Catalogne pousse son plan D." On notera, au passage, le titre trompeur du papier de Budry Carbo ! La Catalogne ne saurait être évoquée quand on sait que les "indépendantistes" ne représentent pas la moitié de la population catalane qui est de 7,5 millions d'habitants.

Sauf que voilà... l’utilisation de cette place est soumise à autorisation. La demande est à formuler au service gérant les espaces publics de la Ville de Genève. 

329F6AD1-9A3D-4BD4-8581-C2054A086390.jpegUn appel téléphonique au service mentionné permettait alors d’apprendre qu’aucun événement de cette empleur n’était annoncé dans la Cité de Calvin. Et une fois toute la coupole installée pour son action de propagande, la police fut appelée pour appliquer loi et règlement. N’en déplaise à Madame Rovira qui a fuit la justice espagnole à l’hiver 2018 pour trouver refuge dans la charmante cité sarde de Carouge (GE). Tout en revendiquant haut et fort son intention de poursuivre ses activités de déstabilisation à l'encontre de la démocratie espagnole, depuis la Suisse. 

On peut remercier l’employé du service de la ville et les policiers genevois d’être intervenus à bon escient, malgré un climat politique genevois et journalistique "naïf" et romantique qui donne la priorité au bourreau.

On est ainsi heureux d’avoir la confirmation que la loi est la même pour tous. 

8390D53D-ED8B-466D-BC5C-CFE8AD04CEAE.jpegToutefois, on est en droit de se demander encore combien de temps Genève va-t-elle se montrer si complésente avec un appareil séparatiste qui pratique à l’encontre de la population catalane le nationalisme, le suprémacisme, la discrimination linguistique et de rue, la police politique et la manipulation des masses. Faut-il rappeler les récents appels du président non élu de la Généralitat **Quim Torra à emprunter la voie slovène en Catalogne ? C’est-à-dire la guerre !

2FCFCF19-BA35-4879-8278-9E2A323E6F36.jpegIl est également peu courant de voir une direction de parti politique tenir ses réunions à l’étranger. Entre le principe élémentaire de la liberté d’expression et la proportionnalité, nos autorités semblent avoir manqué un chapitre. 

Intervention : François Meylan et Catalunya peuple d’Espagne (CPDE), Lausanne. 

Photos : François Meylan 

*Pour comprendre ce qu'est l'ERC... cliquer sur ce lien !

**Pour comprendre qui est Quim Torra... cliquer sur ce lien !

 

28/11/2018

Gérone, en Catalogne, ville de non droit...

DDFD087F-4D16-4164-96E2-406443F16DEE.jpegEntretien exclusif avec Nicolas Klein

FM : Depuis la tentative de coup d’État des 6 et 7 septembre 2017 en Catalogne, les débats se sont focalisés sur Barcelone, qui ne vote pourtant pas indépendantiste. Pourquoi ?

Nicolas Klein : Cette question est très intéressante car, à la fin de l’année 2017, à la faveur du référendum séparatiste illégal du 1er octobre, les Espagnols en général, les Catalans en particulier et le monde entier ont découvert ou redécouvert un fait pourtant bien connu des analystes : la profonde division des citoyens catalans sur la question indépendantiste. Pendant des années, les autorités sécessionnistes et leurs relais d’influence ont sans cesse martelé une idée simpliste et fausse, à savoir l’unanimité des Catalans autour d’une volonté de séparation d’avec le reste de l’Espagne.
Or, les manifestations « unionistes » des 8 et 29 octobre à Barcelone puis les commentaires autour des élections régionales anticipées du 21 décembre ont confirmé que non seulement les citoyens catalans défavorables à l’indépendance n’avaient plus peur de se faire entendre mais aussi (et tout simplement) qu’ils existaient et qu’ils étaient nombreux. C’est alors que bien des politologues et journalistes se sont remis à parler d’une réalité ancienne qui avait déjà été décrite : les deux principales aires urbaines catalanes (Barcelone et Tarragone), qui regroupent l’essentiel de la population et des activités économiques de la communauté autonome, sont majoritairement anti-indépendantistes tandis que les deux provinces restantes (Gérone et Lérida), beaucoup plus rurales et moins dynamiques, sont majoritairement séparatistes.
Ces dissensions sont donc de nature territoriale mais aussi sociale puisque la plupart des études réalisées jusqu’à présent montrent que les classes populaires et les petites classes moyennes catalanes sont « unionistes » tandis que les classes moyennes supérieures et plus fortunées sont sécessionnistes.

B6689085-2E83-4926-9394-94BA3DCC9AB2.jpegC’est aussi dans ce cadre qu’est apparue l’initiative Tabarnia, qui a pris de l’ampleur à partir de la fin décembre 2017, et qui vise à séparer à terme l’aire urbaine de Barcelone et celle de Tarragone du reste de la Catalogne. Cette scission, qui aboutirait à la création d’une nouvelle communauté autonome, est rendue possible par la Constitution espagnole de 1978. Ce mouvement, qui était d’abord satirique, est devenu très sérieux par la suite et ses tenants veulent justement défendre une autre réalité de la Catalogne, affirmant que la Généralité acquise à l’indépendantisme ne se préoccupe pas d’eux.

FM : Gérone, localité d’une centaine de milliers d’habitants située plus au Nord, n’est que peu médiatisée et c’est pourtant le fief des séparatistes. Pourquoi donc ?

Nicolas Klein : La Catalogne est souvent résumée (à tort) à Barcelone et surtout à une Barcelone fantasmée, qui aurait été de toute éternité un bastion du dynamisme, de l’avant-garde, de l’ouverture aux autres et de la démocratie, par opposition à une Castille archaïque et autoritaire centrée autour de Madrid. Peu de Français connaissent Gérone, qui n’est pas une ville côtière et a certes beaucoup d’atouts historiques mais ne bénéficie pas de la même exposition médiatique.
Il s’agit en effet de l’un des fiefs du séparatisme catalan, au sein de cette Catalogne plus rurale et méfiante vis-à-vis des grandes aires urbaines. Carles Puigdemont en a d’ailleurs été le maire de 2011 à 2016. Elle n’est toutefois que l’un des épicentres du sécessionnisme, puisque certaines communes de l’intérieur de la province de Barcelone, comme Manresa ou Vich, pourraient tout à fait lui disputer un tel statut.
Il est dans tous les cas évident qu’une Catalogne indépendante dépouillée de Barcelone et Tarragone ne pèserait pas bien lourd…

75E47469-894E-4A31-8996-C9CD9FAF2402.jpegFM : On a entendu que les habitants de Gérone qui voulaient célébrer, comme partout en Espagne, le jour de la Constitution le 6 décembre n’étaient pas autorisés à le faire sous prétexte que la place publique concernée a été rebaptisée place du 1er octobre. Qu’en pensez-vous ?

Nicolas Klein : De façon générale, la liberté d’expression, de manifestation et de rassemblement dans la Catalogne séparatiste est une chimère depuis bien longtemps déjà – et c’est un élément qui démontre combien les autorités sécessionnistes sont hypocrites lorsqu’elles se gargarisent de grands mots comme « liberté » ou « démocratie ».
Il est manifeste que la Généralité et une partie des activistes indépendantistes feront tout pour empêcher (que ce soit par voie légale ou de facto) les Catalans de célébrer les quarante ans de la Constitution espagnole de 1978 ce 6 décembre. Beaucoup d’entre eux ne supportent plus depuis un petit moment l’expression d’une opinion contraire à l’indépendantisme (une telle expression leur apparaît systématiquement comme une provocation et une offense en elle-même) et ils veulent faire perdurer le mirage de l’unanimisme catalan.

EA3A55FB-A78B-4A1E-BCD1-480FE0078145.jpegFM : Peut-on dire que les autorités de Gérone sont hors la loi ?

Nicolas Klein : Même si les lois en vigueur en Espagne ne permettent pas, à ma connaissance, d’empêcher par principe un rassemble de ce type, la municipalité de Gérone (comme celle d’autres communes séparatistes de Catalogne) trouvera bien une explication plus ou moins valable pour la reléguer loin du centre-ville, voire lui interdire de se tenir dans les faits.
C’est bien entendu scandaleux mais ce ne serait pas la première fois qu’un tel phénomène se déroule devant nos yeux. Comme je le disais plus haut, la démocratie revendiquée à longueur de journée par les indépendantistes consiste surtout à rendre omniprésente une opinion (le séparatisme) et à masquer, par la force s’il le faut, l’« unionisme ».