13/09/2019

Crise catalane : Lettre ouverte à Yannick Buttet

FF9C0991-6C6F-4FE0-AD9F-557C8BC00A49.jpegPréambule 

Avant de découvrir la lettre ouverte écrite par Angel Carillo, citoyen genevois, rappelons que le conseiller national Yannick Buttet a déposé, en date du 7 juin 2017, une interpellation no 17.3397 à l’intention du Conseil fédéral. Cette intervention qui a été classée sans suite s’est faite sous l’influence du lobbyiste séparatiste catalan Diplocat. Ce qui a de quoi inquiéter. Quand on sait que l’une des principales activités de Diplocat est le trafic d’influences. Cela inquiète aussi parce qu’en plus d’avoir présenté un texte orienté à la faveur d’un mouvement insurrectionnel, délinquant et non démocratique, on voit les failles de notre système qui peut être pénétré et influencé par des éléments étrangers qui ne partagent de loin pas notre conception de la démocratie. Sa vision est totalitaire. Tout ce qui est écrit dans ce blog relève de sources ouvertes au public. Aucun jugement de valeur n’est émis à l’endroit de l’élu valaisan Buttet.

FM

——

Cher Monsieur,

Voici de quoi éclairer votre intellect. 

Genève, le 7.09.2019
BUTTET Yannick www.parlament.ch


Il y a un peu plus de deux ans, vous avez interpellé notre Conseil fédéral pour l’informer que la Présidente du Parlement catalan Carmen Forcadell était poursuivie pénalement pour avoir autorisé la tenue d'un débat parlementaire. On vous avait alors donné tort.


Aujourd’hui, c’est Quim Torra, qui va être jugé pour désobéissance. Le parquet réclame 20 mois d’inéligibilité à son encontre. ( LE SOIR .be) mis en ligne le 12.07.2019. 

Pour éviter que vous fassiez la même erreur qu’en 2017, voici quelques éléments d’information.
Le président indépendantiste de l’autonomie va être jugé pour désobéissance. Pour avoir refusé de retirer des symboles politiques d'édifices publics.
Le tribunal supérieur de justice de Catalogne, la plus haute instance judiciaire de la région du nord-est de l’Espagne, a indiqué avoir ordonné l’ouverture d’un procès contre Quim Torra «pour un délit de désobéissance». La date du procès doit encore être communiquée.
Le parquet réclame 20 mois d’inéligibilité à son encontre. Une telle condamnation l’empêcherait de rester président de l’autonomie catalane.
Dans une interview au média Publico, le président catalan affirme que cette ouverture de procès «est la constatation d’une volonté politique de gagner avec les tribunaux ce que l’Etat ne gagne pas dans les urnes».
«Oui, j’ai désobéi», reconnaît Quim Torra, justifiant cette désobéissance au nom de la «liberté d’expression». «Chaque droit qu’ils nous refusent, nous l’exercerons à nouveau», promet-il.
La liberté d'exprésion doit / peut tout justifier...?

L’affaire remonte à mars dernier. L’autorité électorale espagnole avait alors ordonné à Quim Torra de retirer les symboles indépendantistes des édifices publics de la région afin de garantir la neutralité institutionnelle durant la campagne des élections législatives de la fin avril. Rappelons que celles-ci avaient vu les partis constitutionnalistes emporter 61% des suffrages. Ce qui ébranle quelque peu votre posture de soutien aux leaders séparatistes.
En Suisse personne aurait l'idée d'aller contre la Constitution, pas vrai ?
La Constitution se respecte et si cela ne se fait pas, IL Y A LES TRIBUNAUX tout comme en Espagne...!
Quoi d’étonnant donc que l'Espagne, face au non respect de sa Constitution, fasse appel aux tribunaux ?

Je suis encore surpris de votre démarche passée avec des arguments fallacieux. Vous qui devriez être, réfléchi, prudent et sûr de ce que vous avancez. De quoi vous rappeler les devoirs de précaution et de réciprocité d’un élu représentant nos institutions comme nos valeurs.

UN RÉFÉRENDUM INCONSTITUTIONNEL DONC ILLÉGAL ET MANIPULÉ 

... un fameux premier octobre 2017...


• Des urnes venant de Perpignan étaient déjà remplies bulletins de votes.
• Un accident fortuit mis à jour cette manœuvre indépendantiste et le monde entier
vit aux nouvelles cet état de faits.
• Des témoins affirment avoir voté jusqu'à six fois. D’autres on voté sans aucune vérification.
Pour mémoire il faut rappeler que ledit Référendum était inconstitutionnel, donc illégal.

Type d’élection
référendum
(« oui »/« non »)


Référendum illégal sur l'indépendance de la Catalogne.
1er octobre 2017, les résultats :

Population : 7 522 596

Corps électoral : 5 340 000

Votants : 2 305 936 

Votes exprimés : 2 286 217 (42,38%)

Votes blancs : 44 913

Votes nuls : 19 719

J'espère, Cher Monsieur, vous avoir fourni la matière nécessaire pour une bonne rectification auprès des Chambres fédérales et des médias. Le ferez-vous ?

Cordialement

Angel Carrillo

14/04/2019

Dirigents suisses compromis par l’appareil séparatiste catalan !

84984F7A-C46E-491D-AB0E-79E67C307845.jpegCouplées aux informations parues dans la presse tant en Suisse qu’en Espagne, les révélations du rapport du Tribunal de Cuentas No 1.319 concernant l’argent investi pour des actions extérieures à la communauté autonome de Catalogne, pour les années 2011 - 2017, va, à n’en pas douter, faire l’effet d’une bombe.
On y découvre la montée en puissance de Diplocat en Suisse. Le Consell de Diplomàcia Pública de Catalunya, au cours de l’exercice sous revue, non seulement pilote le « Groupe d’amitié parlementaire helvético-catalan » mais intervient également dans la rédaction des interventions des parlementaires suisses. Entre autres, le lobbyiste installé à la Casa de les Punxes, à Barcelone, fondé le 20 novembre 2012, finance le séjour aux côtés de Puigdemont, les 19 au 21 avril 2017, de quatre parlementaires helvétiques. Il s’agit des conseillers nationaux Mathias Reynard, Yannick Buttet, Lisa Mazzone et Viola Ahmerd. Le coût de l’opération est de 4157 euros. Montant certes non pas excessif, si ce n’est qu’il est question des impôts de tous les catalans. C’est-à-dire aussi des deniers de la majorité sociale qui n’est pas indépendantiste. On ne le répétera jamais assez hors des frontières de Catalogne. Hors de ces quatre parlementaires qui rechignent de s’entretenir avec les partis politiques catalans constitutionnalistes, durant leur voyage tout frais payés par le contribuable, Viola Ahmerd est Conseillère fédérale depuis le premier janvier 2019.

1960F0DB-C750-4F04-A26B-0483E318A1E8.jpegQuant aux trois autres ils poursuivent leurs pressions au sein du gouvernement suisse tout au long de l’année 2017. Notamment avec une interpellation le 7 juin 2017 « Laisse-t-on pourrir la situation catalane ? ». Une fois de plus, l’existence de la majorité sociale de l’autonomie est niée. C’est celle qui se sent autant espagnole que catalane. Pour les élus suisses mentionnés dans cet article, elle n’existe pas. Pire le 27 septembre 2017, on retrouve les politiques Mathias Reynard, Yannick Buttet et Lisa Mazzone au nombre des onze signataires d’une lettre ouverte au gouvernement espagnol. Alors que l’autonomie catalane vient d’être victime d’une tentative de coup d’État fomentée par l’appareil séparatiste, respectivement les 6 et 7 septembre, les élus suisses invoquent les valeurs démocratiques suisses pour fustiger les autorités de Madrid. Ces politiques, vraisemblablement schizophrènes, oublient que dans le pays des montres et de l’argent du corrompu et corrupteur Jordi Pujol on a pas le droit non plus de violer le statut d’une autonomie, ni d’une loi électorale, ni des sentences des tribunaux et encore moins de la constitution nationale. Celle-ci étant la garante du vivre ensemble.

AE0C88F4-56F1-43E8-BC45-DB0700F06624.jpegAutre fait inquiétant est que parmi les sept ministres helvétiques qui conduisent aujourd’hui le destin de la nation de Heidy on trouve, en plus de Viola Ahmerd, le conseiller fédéral Ignazio Cassis lui-même membre de la nébuleuse du « Groupe d’amitié parlementaires helvético-catalan. » On y trouve également la suisse et catalane Béatrice Riand, domiciliée à Sion, dans le canton du Valais, qui ne cache pas son soutien actif aux séparatistes. Est-ce que le fait que Diplocat pilote deux ministres suisses sur sept explique le laxisme vis-à-vis des actions de manipulation de masses et de déstabilisations perpétrées depuis le territoire helvétique à l’encontre de la jeune démocratie espagnole ?