05/03/2017

Le monde se réarme et se prépare à la guerre… mais à laquelle ?

*Pour le Conseil national du renseignement américain (NIC), les conflits changent de nature.

Ah-64_ground_with_weapons.jpgPlusieurs faits passent inaperçus. Regroupés, ils suscitent des interrogations cruciales. Le nouveau locataire de la Maison Blanche demande au Congrès d’augmenter de 9% les dépenses militaires et de sécurité nationale. Soit une hausse historique de 54 milliards de dollars. « Ce qui avec plus de 600 milliards de dollars par an font que les Etats-Unis dépensent autant que les neuf pays suivants cumulés », précise Frédéric Autran, correspondant à New York, pour le quotidien « Libération.» De son côté, Pékin annonce augmenter son budget de la défense de quelques sept pour cent – à 192 milliards - pour 2017. Et sa porte-parole de l’Assemblée nationale populaire, Madame Fu Ying, de rappeler que la Chine n’a jamais nui à aucun pays. « Les budgets de la défense dans le monde ont déjà nettement gonflé en 2016 pour s’élever à 1570 milliards de dollars» nous apprend le média « Sputnik France» Et de préciser que depuis 2014, les achats d’équipements militaires dans les pays baltes ont doublé et qu’ils devraient atteindre 2,1 milliards de dollars en 2020. Comme pour l’Asie, la région invoque une hypothétique menace russe. Pourtant, la Russie quant à elle communique une baisse de son budget. C’est une première, depuis les années 1990. Celui-ci passe de 51,8 à 48,4 milliards de dollars. La patrie de Poutine passe ainsi du quatrième rang au sixième rang mondial. Elle est devancée par l’Arabie saoudite – et oui la principale bailleuse de fonds de l’islam radical – et par l’Inde. A noter que la France, malgré son gouvernement socialiste, dépensera dans le domaine autant, en 2017, que la Russie. Le budget de l’Hexagone est également en augmentation. Autre fait marquant, c’est le rétablissement de la conscription – le service militaire obligatoire – dans des pays qui l’avait pourtant abandonnée. Tel est le cas pour la Lituanie qui a fait marche arrière en 2015. Mais aussi pour la Suède qui vient de rétablir le service obligatoire pour 2018. Après l’avoir abandonné en 2010. Demain, ce sera probablement le tour de la Pologne. Pour rappel : les Suisses se sont encore massivement prononcés, le 22 septembre 2013, par le biais des urnes, en faveur de son maintien. Manifestement c’est à juste raison.

Mais qu’en est-il de la menace réelle ? Beaucoup mettent à l’index une Russie expansionniste. Elle viole les espaces aériens de la Suède et de la Finlande qui songent adhérer à l’OTAN. Une même Russie, qui après avoir annexé la Crimée en 2014, multiplie ses déploiements militaires en mer Baltique. Toutefois, ils sont autant dans l’entourage du président Trump à se méfier de la Chine. En effet, la recrudescence des tensions en mer de Chine méridionale – point de passage de la moitié du commerce mondial et de l’approvisionnement en pétrole - ont déjà poussé des pays d’Asie-Pacifique comme le Japon et l’Australie à se réarmer en 2016.

Un des tout premiers rapports que Donald Trump a trouvé sur son bureau en prenant ses fonctions est celui rédigé par le Conseil national du renseignement américain (NIC) : « Global trends : Paradox of progress », janvier 2017. Celui-ci imagine le monde de demain. Il prend en compte les études et avis de quelques 2500 analystes et consultants de trente-six pays. Trois scénarios sont retenus par la synthèse : un monde en proie au protectionnisme et à l’isolationnisme, un monde dominé par quelques grandes sphères d’influence et blocs régionaux, ou finalement un scénario mettant en avant la naissance d’un monde dans lequel les Etats auront moins de pouvoir contrairement aux entreprises, réseaux sociaux, obédiences religieuses et autres. Autant dire que dans ce cas des fascismes tels que le néolibéralisme ou le fondamentalisme religieux l’auront emporté. Ce qui expliquerait également le sentiment de vulnérabilité exprimé, par le biais de la course aux armements. Toujours pour le NIC, la diminution des conflits, en nombre et en intensité au cours des vingt dernières années devrait s’inverser : « D’avantage d’acteurs seront en mesure d’employer un éventail plus vaste de moyens militaires et non militaires, brouillant les limites entre la guerre et la paix, et bouleversant les anciens critères d’escalade et de dissuasion. Les affrontements à venir s’appuieront sur la déstabilisation des infrastructures critiques, de la cohésion sociale et du fonctionnement du gouvernement, visant la domination psychologique et géopolitique plutôt que la défaite des forces ennemies sur le champ de bataille par des moyens militaires traditionnels. » Plus intrigant encore, il est fait mention que les populations pourront être prises pour cibles pour dresser les uns contre les autres des groupes ethniques, religieux et politiques. Perturber les liens sociétaux et la coexistence intérieure propres aux Etats. Nous voilà prévenus d’une telle dérive. L’objectif final étant toujours d’assoir sur l’autre une logique de pouvoir.

*Texte initialement dédié à "la méduse", Journal suisse en ligne, fondé et conduit par Christian Campiche.

12/08/2016

OUI à une économie durable !

iStock_000016015539XSmall[1].jpgNotre pays doit faire un choix non seulement économique mais aussi de société. C'est simple. Soit on poursuit notre fuite en avant, tête baissée, dans une situation d'équilibre précaire. Autant dire jouer la montre. Ou on devient responsable et lucide même si c'est douloureux. Cas échéant, on ancre dans le marbre de la Constitution quelques principes élémentaires en matière environnementale. Et même avec ça tout restera encore à faire.

Faut-il le rappeler ? Notre économie ne montre plus de signes de croissance véritable.

Le 25 septembre prochain, nous voterons sur l’initiative populaire « Pour une économie durable et fondée sur une gestion efficiente des ressources ». Appelé aussi "Economie verte" le texte - léger et agréable à lire - a le mérite d’énoncer des principes fondamentaux. L'initiative déposée déjà à l’automne 2012 s’inscrit non seulement dans la dynamique de l’agenda international pour une économie verte voulu par le sommet "Rio+20" tenu sous l'égide de l'ONU sur le développement durable mais aussi dans la constellation d'une tendance lourde. Tout le monde parle de durabilité et d’efficience énergétique. Pour autant, ce n'est pas un phénomène de mode. C'est une réelle et profonde prise de conscience. Le train est bien là et il s’agit de le prendre.

Pour sa part, le Conseil fédéral l’a lui-même reconnu. Il a proposé une révision de la loi sur la protection de l'environnement comme contre-projet. Il aurait probablement pu éviter ainsi l’appel aux urnes de septembre prochain. Le contre-projet n’a pas passé la rampe du Parlement. Il faut le rappeler celui-ci sent le poids grandissant du lobby economiesuisse qui semble avoir tourné sa veste récemment. La faîtière appelait, il y a peu, à accueillir favorablement l'initiative.

De quoi s’agit-il exactement ? Nous consommons bien plus que ce que la planète Terre peut à la fois produire et supporter. Par exemple, à partir de ce mois d’août, nous vivons déjà à crédit. Aussi, l’objectif est d’ici l'année 2050 d’encourager une économie durable qui ne laisserait comme empreinte carbone « que » l’équivalent de ce que produire une seule Terre. C'est logique. Jusqu'à preuve du contraire, nous n'en avons qu'une.

Bien entendu pour nous Suisses le tout ramené à la taille de notre pays. Notons que d’autres sont encore bien plus ambitieux tels que la Finlande. Pour y arriver, nous devons remplacer l’économie du tout-jetable et nous orienter vers une économie dite circulaire. C’est-à-dire qui mise sur des produits durables et écologiques et qui revalorise les déchets.

Quel magnifique potentiel d'innovation et de création de nouveaux emplois !

Vision que rejoint l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) :

"Il s’agit d’une part de prendre des mesures pour permettre à nos entreprises de continuer à jouer la carte de l’innovation et proposer sur les marchés mondiaux des technologies d’avenir peu gourmandes en ressources, et, d’autre part, de rendre la consommation plus écologique."

Acte de foi et de bon sens qui pourtant vont être attaqués par certains milieux privilégiés par les affaires ou sur l’autel du dogme néo libéral : du minimum d’Etat et de réglementation.

Seulement voilà, la doctrine néolibérale  se résume à : « Après moi, le déluge. »

Et du déluge nous n’en voulons pas. Refuser d'inscrire ce changement de paradigme majeur et historique dans notre Constitution c'est comme vouloir revenir au paquet de Camel dans la poche de sa chemise à carreaux. C'est rester avec son poste TV noir et blanc et sans télécommande. On ne peut être raisonnable en acceptant que la partie du progrès qui nous arrange.

27/06/2013

Vers une Armée plus "light" mais efficace

photo (1).JPGLe Conseil fédéral a mis en consultation jusqu'au 17 octobre, sa proposition de réformes au sujet de la grande muette. Ainsi l'effectif doit passer de 180'000 à 100'000. Le texte prévoit également de réduire le nombre d'école de recrues de trois à deux par an. Sur ce point, on fait un retour à ce qui s'est longtemps traditionnellement fait soit l'Ecole de recrue (ER) d'hiver et celle d'été.

Une nouveauté très appréciée et appelée des veux de tous depuis longtemps est la réduction des cours de répétition. Ils dureront 13 jours au lieu des 20 actuellement.

Dans ce sens, chaque militaire devra en accomplir six, pour un total de 225 jours, au lieu de 260 aujourd'hui.

C'est une évolution réjouissante dans un pays de la taille du nôtre. On s'est souvent plaint qu'on courrait pour attendre à l'armée.

En réduisant la durée disponible pour accomplir un service de qualité et une satisfaction partagée, on adopte un rythme plus dynamique et on apprend à redéfinir les priorités.

Le concept de sécurité globale ne peut qu'en ressortir plus fort et plus ancré.