05/08/2019

La lucha contra la ideología separatista debe librarse tanto a nivel internacional como dentro de la comunidad autónoma de Cataluña !

72614F1B-E074-4DFD-87CE-8A6C9DE79DBC.jpeg*Mientras estoy escribiendo estas líneas, el alias "Gabriel Laflèche", autor supremacista suizo cuya identidad está protegida por un juez local, sigue siendo publicado por el abogado notario Stéphane Riand, esposo de la separatista catalana Beatrice Riand. Esta última parece ser uno de los cerebros del aparato separatista catalán en Suiza. Su última hazaña: "No hay independencia sin secesión. No hay independencia sin declarar ilegítima la justicia y la política del opresor ». En otras palabras, es un llamamiento a la insurrección en una democracia moderna, miembro de la ONU y de la Unión Europea (UE). Sin embargo, a nadie parece conmoverle excepto a Catalunya Peuple D´Espagne (CPDE), asociación suiza apolítica, compuesta exclusivamente por voluntarios, de la que soy Vicepresidenta. Es insostenible el clima de odio que algunas autoridades occidentales permiten hacia España. Esta estrategia responde a intereses inmorales y económicos particulares. Con el riesgo de desagradar a algunos pensadores bien intencionados, no se trata de la expresión de una nueva leyenda negra. Nos enfrentamos a una organización criminal. Utiliza una ideología supremacista con fines de poder y de dinero. Es un robo a la democracia. Con perjuicios importantes a la población que son reales y cotidianos y sin que se pueda descartar,por desgracia,una escalada de violencia. En Suiza, descubrimos cómo el fugitivo Carles Puigdemont hace lo que le viene en gana,al igual que la líder de Esquerra Republicana de Cataluña (ERC). Esta organización fue tristemente famosa, en la autonomía catalana de los años treinta del siglo XX, por los asesinatos masivos cometidos con asentimiento directo o indirecto del que fue líder de esta formación de extrema izquierda y también presidente de la Generalidad de Cataluña, Lluís Companys. Marta Rovira asocia la bandera suiza con los actos de ERC y de la ANC y utiliza la emblemática Plaza de las Naciones de Ginebra con fines políticos, pisoteando las ordenanzas locales, que sin embargo, sí se aplican a todos los residentes de este país. ¿Qué podemos pensar de la Escuela Suiza de Vidrieras y Arte cuando dedica un acto apológico a ERC? Debemos redoblar nuestros esfuerzos. Siempre con el mismo objetivo: imponer una tolerancia cero. Denunciamos a las autoridades competentes –ya sean nacionales o supranacionales– todo lo que es inaceptable en una democracia moderna que se respeta. El objetivo es garantizar el estado de derecho en la autonomía catalana e impedir toda incitación al odio hacia los demás, frenar el nacionalismo y el supremacismo,este es el requisito previo para que sea posible un debate político constructivo. De momento, no hemos llegado a eso. Todavía estamos en la fase de la recuperación histórica. Todavía nos enfrentamos a las consecuencias del intento de golpe de Estado de los días 6 y 7 de septiembre de 2017. Lo que hace más difícil la tarea es la inestabilidad del actual gobierno español. En el extranjero, los aliados de la unidad de España saben que todavía no es posible esperar una respuesta contundente de un gobierno así...Este gobierno sigue siendo reacio a adoptar la postura de un Estado de derecho cuya integridad territorial ha sido atacada por un enemigo tanto desde dentro como por las complicidades internacionales. De momento, las únicas respuestas adecuadas proceden de la justicia estatal, que hace un buen trabajo, y de la sociedad civil. La que se ha movilizado a través de asociaciones, plataformas ciudadanas o acciones individuales. Los felicitamos. Sin embargo, seguimos esperando una movilización popular mucho más intensa y con más gente que se sume a ella,el silencio es lo que nos ha llevado a la situación actual...Lo más preocupante ocurre cuando las entidades constitucionalistas están politizadas. ¡En este caso, se vuelven aún más peligrosos que el enemigo! Por nuestra parte, hacemos un llamamiento para que sigamos con intensidad la lucha contra el nacionalismo y el supremacismo del aparato separatista catalán,tanto en la Comunidad Autónoma y en España como en el resto del mundo, en profundidad y con coordinación. En el extranjero, los enemigos de la democracia española no conocen límites ni vergüenza. En un mundo globalizado e interconectado, sería ingenuo creer que un acontecimiento del grupo de presión separatista ANC, tal y como ha planeado en Berna, la capital suiza, el sábado 31 de agosto de 2019, no tendrá ningún impacto en la autonomía catalana. También será una oportunidad para "vender" al mundo, que Cataluña habla con una sola voz y que está oprimida por un colonizador franquista español que, como escriben muchos periodistas suizos, está enamorado de la dictadura. ¡Movilicémonos!

Carmen Sierra Grande
Vicepresidenta Catalunya Peuple d´Espagne

*publié un première fois le 4 août dans « elCatalan »

26/07/2019

Catalogne : Boris Engelson ou la faillite du journalisme romand !

57516B60-B11B-4CB3-8E3E-7CD43A868658.jpegLundi 8 juillet 2019, je fus invité par une ONG espagnole active dans la dénonciation de la discrimination, aux côtés du professeur d’histoire espagnol et catalan Francisco Oya. Celui-ci, appuyé par le prestigieux « Foro de Profesores » a été suspendu par une Generalitat catalane séparatiste et suprémaciste - fort heureusement, ne représentant pas la majorité sociale - pour une durée de dix mois sans salaire.

https://www.abc.es/sociedad/abci-piden-investigue-prevaricacion-funcionarios-sancionaron-profesor-antiseparatista-201907300205_noticia.html

On lui reproche de dénoncer l’endoctrinement sur les bancs d’école, de dénoncer la réécriture de l’histoire par l’appareil séparatiste et d’avoir utilisé des supports de cours pourtant publics et complémentaires mais qui ne sont pas du goût de celles et de ceux qui endoctrinent, dans l’autonomie catalane depuis les années 80.

Le connaissant personnellement, je ne peux qu’aller dans son sens. Surtout quand il m’explique comment  l’institution suprémaciste catalane invente une Catalogne préhistorique ou encore prétend que le navigateur  génois Christophe Colon était catalan. Notons que l’évènement se déroulait, en marge du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

La thématique était lourde. Les problèmes lancinants dans l’automomie catalane, depuis des décennies, à savoir la discrimination systématique de la langue de Cervantes dans les écoles publiques comme dans les établissements concertés (semi privé) et même sur la voie publique. Alors que la moitié de la population de l’autonomie de 7,5 millions d’habitants a l’espagnol comme langue maternelle (voir les études du professeur français hispanisant Nicolas Klein). On brime l’usage de l’espagnol dans les préaux. On dresse des listes des professeurs n’ayant pas le catalan comme langue maternelle. On amende les restaurateurs qui n’affichent par leurs cartes en catalan, on harcèle à l’école de police - les Mossos d’Esquadra -les aspirants non catalaniste - politiquement parlant, on va juste à gifler et à projeter au sol cette écolière de dix ans de la commune de Terrassa - agglomération de Barcelone - qui a eu le malheur de dessiner un drapeau espagnol en y ajoutant « Viva España. »

6513DD90-6118-4C40-88EC-8BFC81B78B9D.jpegLa liste est longue pour décrire les agissements de l’appareil séparatiste à l’endroit de sa population. Dans tous les cas, le sujet est assez important pour en faire un sujet d’actualité, dans notre presse romande. Et c’est là qu’intervient piteusement le journaliste indépendant Boris Engelson. Accordons-lui le mérite de s’être déplacé au Palais des Nations ce lundi pesant d’un caniculaire mois de juillet. Malheureusement, son avis était vraisemblablement déjà fait avant la conférence. Il n’est pas venu avec la posture du journaliste qui est encore habité par la Charte de déontologie de Münich. Celle-ci stipulant que la recherche de la vérité, quelqu’en soit le prix est la mission première du journaliste.

Alors qu’il avait, à sa disposition, les interlocuteurs de choix, la documentation nécessaire et manifestement le temps, il a préféré disqualifier, à la fois, la probité des intervenants que la valeur informative de haut niveau de l’évènement.

Dans son article du numéro 955 du magazine genevois  « Tout l’Immobilier », Rubrique « Emploi & Formation » du 15 juillet dernier, Engelson qui, par ailleurs était assis à ma gauche lors de la conférence et donc en première ligne de mon intervention, nous taxe d’individus d’extrême-droite ! Rien que ça.

Il appuie son propos, au cours de ses lignes dont le message n’est que difficilement audible et que l’on pourra prendre pour de la prose, sur le fait qu’il a fait des recherches sur l’encyclopédie libre en ligne Wikipedia pour nous attribuer cette étiquette ô combien lourde à porter de nos jours.

Boris Engelson, à qui on peut recommander l’oeuvre de Spinoza, à refusé d’explorer une réalité qui est autre que la sienne et rejoint ainsi les leaders séparatistes catalans, qui toujours en manque d’arguments face à un raisonnement construit, vous disqualifie avec la même attitude que Engelson : vous êtes d’extrême-droite ou encore « facho » parce que vous ne partager pas leur opinion. 

Précisons que cet écrit est adressé comme proposition de droit de réponse à la rédaction du « Tout l’Immobilier » et je confirme ni le professeur Francisco Oya, ni moi-même, ni l’association suisse apolitique et enregistrée comme telle à Lausanne que je représente « Catalunya peuple d’Espagne », ni l’organisateur l’ONG Hazteoir ne sommes d’extrême-droite. 

Si le fait de dénoncer l’injustice, la discrimination sous toutes ses formes et des cas de suprémacisme intolérables à notre époque et sur notre continent nous place automatiquement sur ce bord de l’échiquier politique alors oui Engelson illustre bel et bien la faillite du journalisme romand ! 

02/06/2019

Autonomie catalane, des luttes politiques aux conséquences économiques incertaines !

240FB9DA-3356-4335-9991-3AC7165F5626.jpegExclusif, avec le professeur Nicolas Klein, comprendre les dernières élections catalanes.
 
FM : Les 28 avril et le 26 mai, il y a eu des élections en Espagne et en particulier dans l’autonomie catalane. Pour nombre d’observateurs, elles ont été importantes pour mesurer le sentiment vis-à-vis du courant séparatiste dans la péninsule. Qu’en pensez-vous ?

Nicolas Klein : Ces élections ont en effet eu leur importance dans le domaine car elles sont les premières à se dérouler depuis le début du procès d’une dizaine d’anciens dirigeants indépendantistes, en février 2019, et doivent également permettre d’établir les soutiens au futur gouvernement socialiste de Pedro Sánchez au niveau national. Or, un tel soutien passera (malheureusement) peut-être par les deux principales formations sécessionnistes catalanes, la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et le Parti démocrate européen de Catalogne (PDeCAT).

Il faut toutefois se garder de faire du dernier scrutin (celui du 26 mai) un indicateur trop clair. Les Espagnols en général et les Catalans en particulier ont tendance à voter différemment selon la nature et le périmètre des enjeux. En Catalogne, il me semble que le scrutin national et le scrutin régional sont les deux événements majeurs à vraiment prendre en compte (plus que les municipales ou les européennes). Et dans ces deux premiers cas, le sentiment « unioniste » ou l’idée que c’est à Madrid que la politique se joue dominent largement.

D59E031C-95FA-4D78-AEA0-93384EE32D31.jpegFM : Votre état des lieux ?

Nicolas Klein : Les élections municipales et européennes du 26 mai dernier devaient, pour l’essentiel, mesurer l’état des forces au sein même du monde séparatiste catalan. En d’autres termes, elles devaient permettre de répondre à la question suivante : qui, d’Oriol Junqueras ou de Carles Puigdemont, dominera l’univers indépendantiste ? Quelle formation (l’ERC ou le PDeCAT) l’emportera sur l’autre ?

Une fois de plus, le choix des électeurs n’a pas été univoque. D’un côté, la Gauche républicaine de Catalogne semble l’avoir emporté au niveau municipal avec 23,5 % des suffrages exprimés environ sur toute la communauté autonome. Toutefois, le parti de Carles Puigdemont et Quim Torra est parvenu à se maintenir dans un certain nombre de ses fiefs. De plus, ce sont surtout les socialistes catalans qui ont réussi à se renforcer dans différentes municipalités.

De l’autre côté, aux élections européennes, la coalition Ahora Repúblicas (qui regroupe l’ERC et diverses formations indépendantistes basques et galiciennes, notamment) est arrivée devant Libres pour l’Europe (alliance dont le noyau dur est le PDeCAT). La première a ainsi emporté 1,2 million de voix environ (soit 3 sièges sur les 54 dont l’Espagne dispose au Parlement européen) tandis que la seconde a obtenu 1 million de bulletins approximativement (soit 2 élus).

Il semble donc que la guerre que se livrent Junqueras et Puigdemont à distance ne soit pas terminée.

533CF2D3-A235-4492-97DC-3BF76197EA39.jpegFM : Comment expliquer que la mairie de Barcelone échappe, une nouvelle fois, aux formations clairement affichées pour l’unité de l’Espagne ?

Nicolas Klein : Comme dans beaucoup d’autres municipalités, la mairie de Barcelone affiche une forte fragmentation électorale. La coalition menée par Ernest Maragall, de l’ERC, arrive en tête de très peu (environ 5 000 voix) devant Barcelone en Commun, la plateforme de la maire sortante, Ada Colau, soutenue par Podemos. Toutes deux ont obtenu 10 sièges sur les 42 que comptent le Conseil municipal de la capitale catalane.

Derrière eux, l’on retrouve le Parti des Socialistes catalans (PSC) de Jaume Collboni, qui multiplie son nombre d’élus par deux (de 4 à 8 sièges). Suivent Manuel Valls (soutenu par Citoyens) avec 6 sièges, le PDeCAT (qui s’effondre en passant de 10 à 5 sièges) et le Parti populaire, qui limite la casse avec 2 représentants contre 3 aux élections municipales de 2015.

Une question se pose désormais : comment parvenir à la majorité absolue (21 sièges) ? Comme dans toutes les autres municipalités espagnoles, si un accord n’est pas trouvé d’ici à la mi-juin, la liste arrivée en tête (celle de l’ERC, donc), gouvernera automatiquement… mais en minorité. De nombreux enjeux (la lutte entre indépendantisme et « unionisme », la lutte entre gauche et droite, la lutte au sein de la gauche et de la droite, la lutte au sein même du sécessionnisme) se croisent et s’enchevêtrent à Barcelone.

Va-t-on vers une alliance tripartite « de gauche » entre l’ERC, Barcelone en Commun et les socialistes ? Ou vers une coalition menée par Ada Colau et Jaume Collboni avec le soutien ponctuel de Manuel Valls ?

Les indépendantistes pourraient gouverner la plus grande ville de Catalogne même si ce n’est pas certain du tout. Par ailleurs, quand bien même ils y parviendraient, ils ont encore perdu des plumes dans ce scrutin. En 2015, ils représentaient 18 sièges sur 41. Aujourd’hui, ils n’en sont plus qu’à 15 élus. Et dans la ceinture métropolitaine de Barcelone (traditionnellement « unioniste »), la situation est encore plus catastrophique pour eux puisque le PDeCAT y a beaucoup souffert, notamment au profit du PSC.

9C91E217-3700-430C-89C1-522CD9565C9F.jpegFM : Votre vision pour l’autonomie catalane ?

Nicolas Klein : Il est difficile, à ce stade, de faire des prévisions fiables et solides. Notons cependant qu’en ce début de mois de juin se tenait dans la station balnéaire de Sitges la réunion annuelle du Cercle de l’Économie, organisation patronale catalane qui invite tous les ans les dirigeants régionaux et nationaux à exprimer en public leur vision de l’économie à court, moyen et long terme.

D’un côté, les grands patrons réunis sur place ont demandé au président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, de s’orienter vers plus d’autonomie pour la Catalogne – un désir auquel il n’a pas formellement répondu, préférant pour le moment se montrer prudent pour des raisons électorales. De l’autre, ces mêmes entrepreneurs n’ont pas caché leur pessimisme concernant l’évolution économique de la Catalogne et ont mis en scène leur rupture totale avec le président de la Généralité, Quim Torra.

Affaire à suivre, donc…