28/11/2013

Le Conseil fédéral propose le rejet de l'initiative "Sauvez l'or de la Suisse"

lingot_d_or.jpgL'UDC a déposé une initiative populaire pour préserver l'or de la Banque nationale suisse (BNS). En substance, cette dernière - elle s'intitule "Sauvez l'or de la Suisse" - demande à la BNS de stopper ses ventes d'or. De ramener au pays l'entier de ses stocks. Notamment la quantité stockée au Canada et en Australie. De constituer des réserves d'or pour au moins 20% de ses actifs.

Pour le Conseil fédéral, cela fait longtemps que le métal précieux n'a plus d'incidence directe sur la stabilité des monnaies.

L'UDC quant à elle estime que la préservation du stock actuel de 1040 tonnes est nécessaire pour garantir la stabilité du franc suisse.

Et le Conseil fédéral de proposer au Parlement de rejeter le texte sans contre-projet. 

Les arguments principaux :

- Une part élevée d'or - actif peu liquide - entraverait la politique et la liberté de manœuvre de la BNS.

- Par exemple, une mesure comme l'instauration d'un cours plancher par rapport à l'euro ne pourrait plus être prise avec la même liberté.

- Le stock actuel d'or reste important en comparaison internationale.

- L'interdiction des ventes d'or ne permettrait plus de réaliser des plus-values substantielles et réduirait le bénéfice que l'institut redistribue chaque année aux cantons.  

Néanmoins, il est regrettable de ne pas proposer un contre-projet qui permettrait une certaine latitude pour vendre et racheter une part du métal jaune avec gains quand cela est possible. Du moins, entrer en discussion avec les initiateurs.

Parce que les autres points de l'initiative ne sont pas sans intérêt et il est temps que notre population et nos élus soient d'avantage intéressés par les rouages de la BNS.

Il en est de même pour sa politique et sa vision actuelles.

A suivre...

13/09/2013

Refusons la modification de la loi sur le travail !

 

psantschi-petit.jpgDans le cadre des votations du 22 septembre 2013, nous avons à nous prononcer sur la modification de la Loi fédérale sur le travail dans l’industrie, l’artisanat et le commerce (Loi sur le travail, LTr). C’est l’article 27, al. 1quater qui sera, cas échéant, modifié comme suit : « Les magasins des stations-service qui sont situés sur les aires des autoroutes ou le long d’axes de circulation importants fortement fréquentés par les voyageurs et dont les marchandises et les prestations répondent principalement aux besoins des voyageurs peuvent occuper des travailleurs le dimanche et la nuit ».


 

Pierre Santschi, Ing.-physicien EPFL, SIA, ancien député au Grand Conseil vaudois

&

François Meylan, Conseiller financier

Que l’on ne s’y trompe pas. Plusieurs motions parlementaires, concernant d'autres libéralisations,1070097_10151717727958276_712367506_n.jpg sont actuellement pendantes. Leur sort sera fixé en fonction du résultat de cette votation. C’est principalement pour cela que les opposants à la modification ont opté pour un non de conviction et de précaution.

 

 

Mais cette votation pose un problème philosophique plus important. Souhaite-t-onenfants_tv.jpg continuer à transformer l'humain en un simple moyen de production ? Ou, de surcroît, en un pur consommateur avec les résultats que l'on connaît sur la santé mentale et affective de la population ? Force est de constater que le l'incitation à consommer  nous  entraîne dans une traversée en eau trouble dont nous ne voyons ni le fond ni les rivages. Le 22 septembre, nous aurons le choix entre dire non à une minorité de consommateurs « égoïstes » qui sont prêts à acheter ce que nous avons pour habitude de faire en journée à trois ou quatre « plombes du mat ».  Nous pouvons aussi considérer  l’individu – notre prochain – au cœur du système au lieu du dieu Fric et opter pour le bon sens, la modération et la sérénité pour toutes et pour tous.

Les partisans du oui argumentent la plus part du temps sur la base des principes d’une économie  dite libérale, voire plutôt néolibéraux.

Dans cette constellation, rappelons-nous les bases de la conception libérale réelle. Celle-ci est si souvent dévoyée dans notre pays. Exemple : on protège – la Confédération et nos parlementaires ont validé avec la loi too big to fail - l’UBS et le CS Group de la faillite et de toute concurrence sérieuse et dans le même temps on envoie nos concitoyennes et concitoyens à bas revenus ou se trouvant dans des conditions précaires travailler la nuit et le dimanche. Que d’hypocrisie, que d’arrogance et de mépris pour son prochain sous prétexte de libéralisme.  

Pourtant le libéralisme ce n’est pas ça. Pour ses concepteurs Adam Smith (la main invisible) et le français Montesquieu, la pensée libérale n'encourage pas la satisfaction de tous les "caprices" d'une poignée de consommateurs ni du marché qui sans encadrement devient sauvage. Sinon on trouverait des consommateurs qui seraient prêts à payer pour assister à des mises à mort. Le libéralisme - liberté d'entreprendre et liberté de contracter avec une pleine acceptation des risques - est encadré par la responsabilité sociale, le bien commun, le bon sens et la priorité à l'innocent. C'est pourquoi Messieurs Smith et Montesquieu accordent dans la promotion de l'esprit libéral une place importante à l'Etat comme arbitre et gardien du temple.

Cette modification de loi ouvre une brèche camouflée qui part des shops des stations-sevice et qui atteindra rapidement, par voie d’ordonnances, l’ensemble du commerce de détail.

Votons non le 22 septembre. Interrogeons-nous sur le modèle de société que nous souhaitons pour demain et pour nos enfants. A ce titre, il est surprenant de constater que les partis politiques qui brandissent la thématique de la famille dans leurs campagnes électorales ne semblent avoir que faire des effets néfastes du travail de nuit pour la famille et la santé.