10/07/2019

Ma présence à Strasbourg le 2 juillet ne fait pas de moi un espion...

2E0951A4-CF63-44C2-9086-34C01F68660E.jpeg*Le conflit catalan touche tout le continent. C'est le point de départ d'une déstabilisation de l'Union européenne (UE). L'appareil séparatiste est en train d'assumer le leadership des nationalismes en Europe. Et nous savons que le nationalisme est un poison pour la prospérité et la cohésion sociale. Quant à la mère de mes enfants, bien que son défunt père était un garçon de Badalona, elle, comme trop d'Espagnols et de Catalans, semble avoir perdu tout intérêt pour le conflit. Je me suis rendu à Strasbourg au nom de l'association suisse "Catalunya peuple d'Espagne (CPDE)". Son but est de lutter contre la suprématie et le nationalisme dans l'autonomie catalane.

Ma mission est de connaître et de documenter l'organisation de l'événement et sa matrice, qui est l'Assemblée nationale de Catalogne (ANC). Aussi, pour voir qui était présent. C'est ainsi que j'ai reconnu certains complices suisses de l'appareil séparatiste ainsi que les Mossos de la République, qui ne sont plus des policiers mais, au mieux, des criminels et, au pire, une véritable police politique. Depuis le 29 août 2018, j'ai participé à d'autres nettoyages des lasos et j'encourage tous les Catalans et Espagnols qui aiment l'autonomie catalane à faire de même. L'appareil séparatiste contamine et détériore la région et son patrimoine. Nous avons également dénoncé cette situation à l'UNESCO à Paris et avons reçu une bonne réponse à notre plainte.

5DBCB063-A786-4708-A775-2337DBCCDC55.jpegL'ANC en Suisse fait comme ailleurs : propagande, manipulation massive, appel à la haine et à la violence, coordination des événements locaux et dénigrement de l'Espagne. Le pire, c'est qu'il a réussi à faire croire au monde entier qu'ils étaient légitimes pour parler au nom de tous les Catalans alors qu'il ne représente que la minorité séparatiste. Ma solide formation en renseignement militaire me donne de bonnes capacités d'analyse et une meilleure compréhension des événements. En outre, j'ai étudié et écrit sur l'ETA, le terrorisme, la violence politique et le crime organisé. J'ai aussi étudié la perversion narcissique et la suprématie. Dans l'autonomie catalane, il y a actuellement tous les ingrédients pour transformer la situation en une infra-guerre. Sans une restauration rigoureuse de l'état de droit. Cependant, je n'ai aucune relation avec le CNI.

L'Union européenne doit être unie et parler d'une seule voix. Sa crédibilité est en jeu. Ce qui s'est passé dans l'autonomie catalane à l'automne 2017 est une tentative de coup d'État.

54C466AA-0468-4E4F-8E3B-38CB296C028C.jpegEt si nous la laissons faire, nous encourageons que cela se reproduise demain dans d'autres parties du continent. Le mouvement indépendantiste catalan, qui ne représente en rien la majorité sociale catalane et repose sur des activités criminelles, ne partage en fait pas les valeurs européennes, qui sont la solidarité à travers le Fonds de cohésion, l'intégration, le respect du droit, l'ouverture et le multiculturalisme. D'autre part, l'appareil séparatiste est suprémaciste, égoïste et signifie repli sur soi. Quant à M. Carles Puigdemont, qu'en est-il du personnage ? Il encourage un coup d'État et abandonne ses compagnons la veille de sa fuite. Il n'est plus crédible sur la scène internationale. Il perdra. Le problème de Puigdemont, c'est qu'il n'admettra jamais dans sa base les méfaits qu'il a encouragés, tels que, entre autres, l'endoctrinement scolaire, la discrimination linguistique et la violation des lois constitutionnelles. Je veux dire que, comme les autres dirigeants séparatistes, il préfère aller de l'avant et le chaos plutôt que de reconnaître qu'il a participé pendant des années aux mensonges fondamentaux de l'idéologie et du fantasme du séparatisme catalan.

*Entretien avec Cristian Campos de El Español,  journaliste, suite à ma présence devant le Parlement européen à Strasbourg, mardi 2 juillet 2019.